Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


La richesse infinie du parcours atypique

"j'aurais tant aimé avoir un parcours lisse, tout linéaire.. Sortir d'une grande école, intégrer un groupe international et puis, tous les sept, huit ans, changer de poste, de département, gravir les échelons et pourquoi pas, changer d'entreprise... Mais non, mon parcours ne ressemble pas à cela, et je crois que c'est exactement ce qui me fait défaut pour convaincre un recruteur..."

Voici une réflexion que j'entends très souvent de la bouche de mes clients, comme s'ils rêvaient d'une autre vie professionnelle pour ne plus avoir à se justifier, à expliquer des choix qui ne sont pas toujours... explicables.
Je sais bien que votre expertise n'est pas de passer un entretien de recrutement, qu'elle se situe ailleurs, dans un savoir être, un savoir faire, technique, théorique, académique et tous les "iques" qui s'en rapprochent..
Il est parfois usant d'expliquer une vie pleine d'aléas, de rebondissements en tous genres, de revirements, de changements.. une vie de roman, quoi ! Usant de devoir se justifier, revenir en arrière, sur des décisions prises dans un contexte qui n'est plus celui d'aujourd'hui. Alors oui, une vie linéaire semble bien reposante comparée aux tempêtes essuyées et traversées jusqu'à ce jour..

profil atypique
La richesse infinie du parcours atypique

Evidemment, ce que nous avons mis en place à 20 ans ne ressemble pas forcément à ce que l'on pourrait  faire aujourd'hui, des décennies plus tard. Certains ont payé cash de mauvaises options, par de l'ennui, du chômage, des changements dépassant le cadre professionnel, parfois de la stagnation, des retours en arrière..

Profil atypique

Mais bon, dans ce parcours, quelques succès émergent, des satisfactions, une reconnaissance, celle de nos pairs, notre quart d'heure de gloire, d'espoir, d'enthousiasme.. Selon Oscar Wilde, "l'expérience est le nom que l'on donne à ses erreurs". Alors de l'expérience, certains parmi vous en ont accumulée, beaucoup, énormément ! Une expérience parfois issue de mauvais choix, par vanité, malchance, méconnaissance, fainéantise, impatience, mais aussi de l'expérience générée par des valeurs, celles de l'apprentissage, l'orgueil, l'honnêteté, le sens des responsabilités (familiales par exemple), la résilience.. que sais-je encore !
Ne pouvant revenir sur le passé, ne pouvant le modifier, ne reste qu'une seule option : l'assumer. Assumons ! Et respectons ce que nous sommes, ce que nous sommes devenus, ce que nous continuons de devenir grâce à ce parcours sinueux... Et puis n'oublions jamais que ce "parcours" s'inscrit dans quelque chose de plus grand : la vie.. notre vie.

Confronté parfois au conformisme de recruteurs, je reste néanmoins très optimiste quant à l'ouverture de nos esprits vis-à-vis de l'atypique, du parcours "non-linéaire". J'y vois un formidable souffle, une capacité nouvelle de nos entreprises à faire autrement, à sortir du cadre, à puiser dans les Richesses Humaines (et non les ressources) ces parcours assumés, des expériences de baroudeurs, parfois paradoxales.. D'aller créer au sein d'entreprises ouvertes au non conformisme un esprit de pionniers, d'aventuriers qui expliquent leurs choix par la simple volonté et la détermination d'aller au bout de leurs envies. 

Votre CV n'est pas linéaire ? N'est pas lisse ? Jonché de creux, de bosses, de sillons ? C'est dans les sillons justement que germent les graines, que sortent les notes de musique, que les chemins se tracent. Le vrai, le véritable, l'authentique n'est jamais issu d'un laboratoire aseptisé mais bien d'une confrontation à la réalité du terrain.. Et nos vies professionnelles constituent un merveilleux champ d'expérience. Vous ne croyez pas ? 

Et peut être l'avez-vous remarqué, les fondements du parcours linéaire commencent à se fissurer. Aussi les grandes écoles qui propulsent très souvent de riches personnalités vers l'ennui d'une carrière lisse sont avides d'expériences "roots", de week-end de survie, d'excursions en autonomie, de boue, de saleté, de tempêtes.. Connaissez-vous le slogan d'HEC ? "Apprendre à Oser".. et bien cela ne s'apprend pas dans les couloirs ouatés de l'académisme, cela s'apprend en sortant des chemins tracés, en refusant de s'inscrire dans la linéarité d'un parcours tout tracé, en prenant des risques, et d'abord, celui de se tromper, de se planter magistralement... 
Alors, soyez rassuré, votre parcours tout cabossé, vaut tout l'or du monde et contient toute les richesses de développement, de résilience, d'adaptation et de courage que recherchent les employeurs !

Analyse de CV

Votre parcours est atypique ? Tant mieux ! Vous ne savez comment le valoriser ? Investissez enfin sur vous et confiez moi l'analyse de votre CV, je serais ravi de vous apporter des réponses très concrètes pour renforcer son impact et en faciliter la compréhension (pas la vôtre, celle de votre futur employeur). 


Haut les Coeurs !


Dois-je quitter mon job ou non ? 10 questions à se poser pour y voir plus clair...

Être bien dans son emploi


Suis-je bien dans mes pompes ? Suis-je bien dans mon job, mon emploi, cette fonction que j'exerce depuis quelques temps...? 

Voilà un ensemble de questions, de réflexions essentielles par lesquelles il nous arrive de passer. Est-ce que je passe à coté de ma vie professionnelle ou au contraire suis-je bien ancré dans un emploi qui m'épanouit ou contribue au fait que je me sente bien... ?

Je le reconnais, cette question s'adresse davantage à tous ceux qui sont en emploi. Lorsque l'on tend l'oreille lors d'une soirée entre amis, ou dans la vie de tous les jours, on remarque que beaucoup de personnes se plaignent de leur job, de la difficulté qu'elles ont à le réaliser, de la perte de certaines valeurs et du stress générés par des actes stupides ou improductifs... Parfois, ce sont les relations tendues entre collègues ou vis-à-vis de sa hiérarchie qui posent un sombre voile sur notre capacité à s'investir dans un emploi qui ne correspond plus à nos attentes.

bien quitter job emploi
Est-ce le moment de quitter mon emploi ?

Le coaching de carrière propose un accompagnement qui dépasse largement celui de la valorisation de ses compétences ou de la préparation à l'entretien de recrutement. Il permet d'évaluer un large champ personnel et professionnel destiné à explorer vos capacités, vos motivations profondes, ce que vous attendez de la vie (et aussi ce que vous provoquez pour répondre à vos attentes), tout ce qui vous fait vibrer, ce qui vous place en haute énergie, tout ce qui vous rend.. irrésistible.
Par conséquent, aborder le thème de l'épanouissement, du bien-être ou du plaisir à se lever chaque matin pour aller travailler est l'une des approches les plus fondamentales qui soit en matière de coaching emploi. Vous destinez-vous à survivre ou à vivre selon vos envies, vos besoins.. Vous destinez-vous à vous tourner le dos, à piétiner vos idéaux ou bien à respecter intégralement (et peut-être pour la première fois) vos valeurs, votre identité...

Mal-être professionnel

Je vous propose quelques axes de réflexion pour bien aborder la question du bien-être dans l'emploi :

  • 1- Commencer simplement à se poser cette question est le signe que quelque chose est à explorer. Peut-être une amélioration attendue ou espérée.. une fatigue ou l'impression d'avoir "fait le tour de la question", de tellement tout maîtriser par un effet de répétition, de routine que l'on stagne littéralement, sans continuer à apprendre, sans progresser dans sa pratique. Qu'avez-vous appris cette dernière année ? De quelle façon avez-vous progressé, dans vos méthodes, votre organisation, votre maîtrise technique... ? Êtes-vous sorti de votre zone de confort ? Vous êtes vous exposé à la nouveauté d'une pratique (management ? Finances ? Process ? Projets ambitieux ?)

  • 2- Avez-vous faim de travail ? En d'autres termes, avez-vous l'impression d'être un moteur éteint, ou au contraire sollicitez vous les nouveaux défis ? Vous sentez-vous stimulé intellectuellement ? Et comment faites-vous pour entretenir vos neurones professionnels ? Vous emparez-vous de tous les travaux possibles ? Travaillez-vous trop ? Pas assez ? De certains travaux ? Lesquels en particulier ?

  • 3- "Pleurez-vous chaque matin devant votre biscotte" (cette expression n'est pas la mienne, mais celle d'une cliente que j'ai accompagnée), le ventre noué, retardant le plus possible votre départ ? Votre emploi est-il écologique, compatible avec votre projet de vie ? Partez-vous fatigué ou au contraire plein d'énergie ? Quelles sont vos relations avec vos collègues ?

  • 4- Vous demandez-vous régulièrement s'il est temps de changer d'emploi ? Repoussez-vous souvent cette décision parce que vous craignez de perdre quelque chose (la sécurité d'un emploi, d'un salaire, des repères, une identité sociale, etc...), parce que cela fait si longtemps que vous travaillez pour cette entreprise que la peur vous saisit à l'idée de vous confronter au marché de l'emploi... Tous les signes de lassitude anxiogène sont à traquer pour vous remettre en mouvement.

  • 5- Parvenez-vous à vous investir dans d'autres sphères que votre vie professionnelle ? Pour rééquilibrer un manque, une envie, une valeur ? Avez-vous cette énergie pour vous libérer totalement du mal-être professionnel, vous ouvrir à d'autres horizons, rencontrer d'autres personnes ? Libérez-vous la pression qui vous ronge d'une façon satisfaisante pour votre équilibre ?

  • 6- Une impression de gâchis vous vient-elle parfois à l'esprit ? Cette sensation de gaspiller votre énergie, votre intelligence ? De ne pas l'exploiter complètement, de tourner en sous-régime et de ressentir un immense décalage entre votre potentiel, votre intelligence et ce qu'il vous est possible de réaliser au sein de votre entreprise, ménageant les susceptibilités, ou cherchant à ne pas dépasser pour répondre aux attentes non masquées d'un management en mal d'humanité.

  • 7- Le principe de réalité vous empêche t'il de vous poser cette question ? Vous ramène t'il à la dure réalité d'une fatalité bien encombrante. Par exemple, votre conjoint est-il(elle) en poste ? Quelle est votre marge de manoeuvre ? Êtes-vous seule(e), avec des enfants ? Sans ? Dans un lieu étranger, isolé ? Les charges financières, les responsabilités vous donnent-elles l'impression d'être bâillonné, étouffé par une situation inextricable ?

  • 8- Travaillez-vous dans un environnement qui vous tire vers le haut ? Un management stimulant qui cherche à vous faire progresser ? Existe t'il dans votre entreprise des perspectives d'évolution ? Des "plans de carrière", une politique de formation digne de ce nom ? Et si non, qu'avez-vous mis en place pour évoluer, pour communiquer sur votre évolution ?

  • 9- Une question qui fâche : votre employeur vous paye t'il à votre juste valeur ? Pas assez ? Trop (oui, cela arrive aussi de se saisir prisonnier d'un salaire trop élevé...) ? Votre salaire reconnaît-il vos efforts ? Un emploi sous payé est souvent assorti d'un haut turnover. Quelle est la politique salariale des concurrents ? Que disent les personnes que vous rencontrez ? Existe t'il un système de reconnaissance autre que la reconnaissance verbale (si déjà elle existe !!) satisfaisant pour vous ?

  • 10- Aborder cette question implique t'il un changement radical, comme un changement de lieu de vie, changement d'employeur ou carrément un changement de métier ? Ou bien, des aménagements peuvent-ils être mis en place ? Des compromis qui rendront la vie meilleure, plus agréable, tant professionnellement que personnellement ?


Ces 10 questions, peut-être les vous êtes-vous déjà posées.. Elles permettent d'observer, sans passion, les conditions de votre emploi, pour reconstruire, d'une manière ou d'une autre, les conditions d'accès à une vie professionnelle plus satisfaisante.

Quitter son job ?

Des questions pour prendre de la distance, relativiser ou... décider et poser des actes concrets. Si ces questions résonnent, je ne peux que vous encourager à mettre en place une réflexion sérieuse destinée à remettre du mouvement dans votre vie professionnelle. Je vous accompagnerai dans cette démarche et vous propose de prendre connaissance de l'un des modules de coaching (très abordable, je vous rassure car j'applique une politique du prix juste)  dédié à cette réflexion vitale.

A bientôt !

Les 5 points que cherche à valider le recruteur durant l'entretien..

préparation entretien recrutement
5 points incontournables validés par le recruteur pendant l'entretien


Mais non, vous n'avez pas une tête de CV ! Enfin, je vous le souhaite.. Ce bout de papier n'est rien d'autre qu'un passeport, un document vous ouvrant les portes de l'entretien. Il ne contient ni votre ADN, ni votre intimité. Le Curriculum (cela fait bizarre d'écrire ce mot effacé de notre vocabulaire) est un document de communication et rien d'autre. 
Vous êtes donc infiniment plus riche, plus intéressant que votre CV, que toutes ces informations résumées et éparpillées par ci par là sur une page ou deux...

Bonne nouvelle, non ?

Alors si le CV constitue la porte d'entrée à l'entretien de recrutement, du moins la poignée que vous allez actionner, le recruteur ne se décidera jamais sans avoir - un minimum - échangé avec vous. Vous rencontrer pour se positionner.. Voilà l'objet de l'entretien de recrutement. L'issue de l'échange dépend donc largement plus de vous, et donc de ce que vous exprimerez, que de votre CV. Vous ne croyez pas ?

Afin de transformer cette première rencontre de la façon la plus favorable qui soit, je vous propose de vous concentrer sur cinq éléments essentiels qui constitueront la trame décisionnelle de votre recruteur :

1- Votre honnêteté

A l'heure des réseaux sociaux, du maquillage assumé de compétences ou d'expériences, des arrangements avec la vérité, vous vous démarquerez en assumant votre unicité, celle qui vous inscrit dans la vérité. 
Pas la peine de travestir la réalité, de faire un numéro de claquettes destiné à séduire votre interlocuteur, ce qui l'intéresse, c'est votre UNICITÉ..  

Qu'est ce que cette fameuse unicité ? C'est la somme de ce en quoi vous croyez, de ce qui fait sens pour vous, vos valeurs, vous savez, celles qui ne sont pas négociables.. Ces dernières ont toujours un lien, un rapport avec vos choix, vos orientations, vos prises de décision, votre posture, et constituent une trame fascinante pour parler de vous et du chemin professionnel qui est le vôtre. 
Cette honnêteté est une base extraordinairement solide sur laquelle pourra s'appuyer le recruteur pour valider le fait que vous correspondez bien à l'esprit ou à la politique de l'entreprise
Serez-vous enthousiaste à l'idée de participer, d'appliquer, de développer la vision de votre employeur ? Il s'agit là d'un point vital que cherchera systématiquement à valider le recruteur.
Ah oui, quand j'évoque les valeurs, je parle bien entendu des vôtres, de celles qui restent bien à l'abri au fond du ventre, celles qui sont plus fortes et qui ne correspondent pas toujours aux valeurs que vous ont transmises vos parents ou plus largement la société...

2- Votre potentiel


Comment réagissez-vous aux changements constants d'une entreprise, quelles sont vos capacités d'adaptation ? Comment prenez-vous une décision, comment l'appliquez-vous, la partagez-vous ? Le comportement n'est pas forcément le coeur de cette thématique mais davantage la façon dont vous appréhendez les évènements inhérents à la vie de l'entreprise pour passer des caps et atteindre les objectifs qui vous sont confiés.. 
En bref : en avez-vous sous la pédale ?
Vous inscrivez-vous dans une démarche d'amélioration, d'apprentissage, d'évolution..? Ou non...(ce qui ne serait pas forcément le meilleur signe à envoyer..) ?
Toutes vos capacités se travaillent, se peaufinent, s'améliorent. Elles font appel à vos formidables qualités professionnelles et personnelles, mais aussi à votre capacité à mobiliser les ressources extérieures, celles des autres, de vos collègues, d'un professeur, d'un mentor, d'un prestataire externe, consultant ou coach...)

3- Votre sérieux


Attention, je n'évoque pas le fait que vous tiriez une tête de six pieds de long, mais davantage votre niveau d'engagement dans ce recrutement. Votre préparation, la façon dont vous avez investi une énergie dans la collecte d'informations, dans la quête d'éléments décisifs pour que votre candidature soit justifiée, cohérente. 
Que vous vous comportiez comme un candidat qui sait exactement pourquoi il est face aux recruteur, parce qu'il connait ses compétences, les illustre facilement, parce qu'il sait ce qu'il apportera demain à son employeur. Parce qu'il maitrise le secteur d'activité, en a analysé les évolutions, les tendances. Intéressez-vous à l'entreprise, elle s'intéressera automatiquement à vous... 
"parlez-moi de moi, il n'y a que ça qui m'intéresse !"

4- Votre moteur


Ou plus prosaïquement, vos motivations.. Qu'est-ce qui vous met en mouvement ? Qu'est-ce qui vous place en haute énergie ? Qu'est-ce qui vous donne envie de vous lever chaque matin ? Ces motivations sont forcément les vôtres.. Elles se communiquent facilement et peuvent devenir virales.. Un enthousiasme partagé soulève des montagnes.. et la vôtre de montage, c'est d'obtenir le poste. Vos motivations répondent à la façon dont vous appréhendez votre univers, dont vous promenez sur votre territoire, la façon dont vous avez cartographié les contrées que vous désirez explorer. 
Le recruteur valide par conséquent le fait que le projet d'entreprise soit bien adapté à vos motivations les plus profondes (et pas l'inverse...)

5- Vous et rien que vous


Vous le savez, la différence entre un autre excellent candidat et vous, c'est vous... Votre histoire, vos choix, les parcours de vie, les accidents, succès.. Toute cette richesse extraordinaire qui demain s'animera au service d'un employeur adapté à vos besoins.. 
La singularité de votre candidature, voilà ce qui marquera la différence, ce qui vous permettra de vous distinguer sans jouer la comédie. L'entretien est tout sauf un interrogatoire auquel l'on se rendrait en traînant des pieds. Il est avant tout une occasion formidable d'échanger, de parler sincèrement de ce qui vous anime, ce que vous êtes, ce que vous souhaitez partager. Tout cela constitue la clé d'un entretien réussi, un entretien à l'issue duquel vous ne nourrirez aucun regret...

Vous souhaitez travailler votre prochain entretien de recrutement avec un coach professionnel ? Découvrez la prestation d'accompagnement et de préparation aux entretiens de recrutement, un accompagnement très efficace, très dense qui renforcera votre approche, bien sûr, mais surtout votre confiance. Une préparation que je vous invite à mettre en place rapidement, y compris en ce mois d'aout, pour renforcer toutes vos chances d'obtenir un nouveau job dès la rentrée !

Haut les Coeurs !

Cumuler les contacts sur LinkedIn et découvrir le marché caché de l'emploi

Bien utiliser LinkedIN dans sa recherche d'emploi 

Vous êtes très peu actif sur LinkedIn ? Votre profil reste caché dans les limbes du numérique et le nombre de vos contacts n'a pas évolué depuis plus de cinq ans... ? Ce peut-être un choix, que je respecte. Mais au fond de moi, je dirais plutôt qu'il s'agit d'une belle erreur qui vous prive d'opportunités emploi que d'autres s'empresseront de saisir !

Savez-vous pourquoi il est nécessaire de cumuler les contacts sur ce type de réseau social professionnel ? Parce que c'est l'une des façons les plus efficaces d'accéder au marché caché de l'emploi.. tellement caché que les recruteurs n'en ont même pas encore conscience... Oui, par l'accumulation de contacts sur LinkedIn par exemple, vous découvrez en avant première, quels seront les futurs recrutements des entreprises que vous avez ciblées... Pas mal, non ?

coach emploi Paris
Accéder au marché caché de l'emploi grâce aux réseaux sociaux


Nous l'avons tous constaté, autour de nous ou dans notre propre comportement, dès qu'une personne intègre un nouveau job, elle s'empresse de le faire savoir en mettant à jour son profil LinkedIn. 
C'est logique, une nouvelle image, un virage dans la carrière, une mise en mouvement, parfois la satisfaction de ne plus être dans une situation.. insatisfaisante..  Donc, la mise à jour du profil ne traîne généralement pas, peu de personnes s'affichent comme étant encore employées de l'entreprise qu'elles ont quittée, parfois en mauvais termes
Elles informent alors leur réseau, du job, des responsabilités qui sont les leurs, de l'entreprise qui les emploie.. Beaucoup d'informations mises à jour, jusque là rien de nouveau, cette pratique, vous l'aviez déjà constatée et peut-être même appliquée. 

Le marché caché de l'emploi

Ceci dit, si vous cumulez les contacts au sein de toutes les entreprises que vous avez ciblées, celles qui sont l'objet de vos candidatures spontanées... si vous cumulez les contacts de ceux qui occupent un poste similaire à celui que vous recherchez... alors vous serez certainement passionné par le fait que telle ou telle personne ait quitté son ancien job... le laissant vacant un certain moment.. vacant, libre.. Un poste intéressant s'est libéré et s'offre maintenant à vous, souvent avant même qu'un recrutement officiel ne soit lancé.

Par votre expérience en entreprise, vous avez déjà constaté comme un départ n'est pas systématiquement compensé par une arrivée..  Le recrutement ne va pas toujours de soi, coûteux dans une période de disette, les entreprises serrent leurs budgets et vont de plus en plus tenter de continuer leur activité sans remplacer le collaborateur démissionnaire... Voilà exactement une partie importante de ce que l'on appelle le marché caché : un poste disponible qui n'a fait l'objet d'aucun recrutement officiel et dont le remplacement est plus qu'incertain.

Votre force, et surtout votre intelligence dans la relance de votre recherche d'emploi, sera de vous positionner à l'instant précis ou l'un de vos contacts vous informe de son nouveau job. Postulez alors chez son ancien employeur, proposez vos services, envoyez une candidature spontanée sans attendre ! Vous insisterez sur ce que vous êtes en mesure d'apporter à l'entreprise, vos qualités, vos compétences, en terme de résultats, de développement potentiel, d'expertise...

La proactivité en recherche d'emploi

Régulièrement, vous recevrez des notifications ou un récapitulatif des news de votre réseau. En organisant votre emploi du temps, et en accédant régulièrement à votre page d'accueil, vous embrassez d'un coup d'oeil, l'ensemble des actions générées par votre réseau. Ces informations valent de l'or ! Elles valent et contiennent votre futur job ! Chaque jour (ce que je vous recommande), chaque semaine, chaque mois, vous aurez ainsi accès à chaque modification du profil des contacts qui ont évolué sur le plan professionnel.. Aussi, plus votre réseau contient des contacts bien ciblés, nombreux, et plus vous devenez l'expert en proactivité qui vous permettra de vous positionner au meilleur moment au sein de votre futur employeur.

Comme vous, j'entends souvent dire que la quantité de contacts ne correspond en aucun cas à la qualité souhaitée. Être hyper-sélectif, n'accepter que les contacts que l'on a physiquement rencontrés est - de mon point de vue - une très grossière erreur pour tous ceux qui veulent évoluer dans leur carrière. Appuyez vous sur des informations extraordinaires, toutes celles qui proviennent, non pas des entreprises, mais de ceux qui les font vivre !

Enfin, offrez aux entreprises encore hésitantes sur l'opportunité de recruter, la chance de travailler avec vous ! Elles vous seront reconnaissantes de leur avoir épargné le coût parfois exorbitant d'un recrutement et d'apporter une réponse enfin claire à la question de savoir si elles remplacent ou non le collaborateur parti !

Haut Les Coeurs !

Valoriser ses compétences professionnelles

Présenter les compétences professionnelles


Commençons par une vérité connue de tous : Savez-vous ce qui se cache derrière une excellente présentation des compétences ? D'avoir entamé un processus de connaissance personnelle visant à identifier et recenser ses atouts en vue de la concrétisation du projet professionnel. Oui, bien présenter ses compétences implique d'avoir passé un temps suffisant à travailler sur.. soi. 
Tout ce qui va de soi, va mieux en le disant, n'est-ce pas ? Or, je constate chaque jour que l'immense majorité de mes clients n'a pas réellement conscience de ses atouts, de ses forces, des qualités professionnelles.. Et du coup, n'a encore moins d'idées sur la façon de les valoriser...

coaching emploi meilleur coach
Bien valoriser ses compétences professionnelles

Connaitre ses compétences


En accompagnant mes clients durant des heures privilégiées d'échange et de construction (notamment en coaching emploi), je me concentre essentiellement sur la (re)connaissance des compétences, qu'elles soient directes ou indirectes. Je m'appuie alors sur des protocoles puissants, que dis-je, imparables, qui permettent de révéler à mon client, une vérité criante, souvent cachée depuis bien longtemps. En abordant quatre thématiques distinctes et intiment mêlées, nous remontons le fil de la connaissance de soi, scrutant et analysant tous les champs personnels et professionnels de la personne (je crois qu'il n'y as pas plus passionnant que cette exploration !) :


  1. Aujourd'hui, qu'est-ce que je sais faire exactement ? Cette question toute simple implique de passer en revue le déroulé d'une journée type, celle du poste actuel ou du dernier emploi occupé. Prenez plaisir à remonter le temps, en décortiquant votre agenda, action après action (j'ai failli écrire tâche, mais je déteste ce mot !). A quoi ressemblent les projets que vous avez suivis, quelles sont vos réalisations, résultats obtenus ? Quelles connaissances théoriques ou pratiques vous ont permis d'atteindre tel ou tel objectif ? Quel savoir-faire pouvez-vous revendiquer ? Enfin, face à chacune des réalisations débusquées, notez votre ressenti ou émotion "je me sens fier d'avoir terminé tel projet...", Je me sens utile de...", etc.
  2. Deuxième questionnement, au delà des faits, de la réalité tangible de vos actions et réalisations, demandez-vous : qu'est-ce que j'ai envie de faire ? Qu-est-ce que je veux faire ? Voilà une question importante à laquelle beaucoup ne savent pas quoi répondre.. Comment viser une objectif si l'on ne le connait pas ? Alors une autre façon d'aborder ce point est de vous connecter à cette émotion nommée "plaisir". Je suis généralement à ma place, ou je me sens bien à ma place lorsque je rencontre la satisfaction de faire ce que je fais, lorsque je m'accomplis. Qu'est-ce qui me gorge de plaisir, quelles actions génèrent en moi de la satisfaction ? (attention, je n'évoque en aucun cas le bonheur au travail... hein !)
  3. OK, j'ai fait le point sur ce que je sais faire, sur ce qui m'apporte aussi un maximum de plaisir... C'est un bon début, mais ce n'est que le début car maintenant, je dois m'interroger sur mes capacités : Quelles sont mes marges de progression ? Quelles sont mes cacapictés d'apprentissage, d'évolution ? Qu'ai-je envie de tester, d'apprendre ? Après tout, j'ai un cerveau qui me permet de copier, de modéliser les meilleurs, d'observer.. et j'ai un coeur qui me permet de me lancer ! Qu'ai-je envie d'explorer !
  4. Et maintenant le dernier thème, celui qui ne pose en général aucune difficulté.. Qu'est-ce qui me sort par les yeux et qu'est-ce que je ne veux plus faire...? Alors évidemment, dans ce que je ne veux plus faire, il existe aussi une part de réalisme qui nous ramène au fait que.. envie ou pas envie, nous serons contraints de le faire car il est inhérent à notre job. En revanche, par ce questionnement, je commence à poser mes limites, définir les contours du négociable, ce que je peux tolérer, accepter et ce que je refuserai sans état d'âme... Je définis mes pôles d'excellence et écarte ceux qui me ratatinent, me tannent, me fanent... Cela revient à reconnaître les contours de son écologie pour mieux... se respecter.

Maintenant que vous êtes des champions de la réflexion sur vos atouts et compétences professionnelles, peut-être vous posez-vous la question de savoir quoi en faire ... ! Et bien, vous avez raison, c'est une excellente question ! 
Tout d'abord, gardez à l'esprit que la valeur des compétences que vous aurez définies sera largement supérieures à celles que je peux lire sur un CV dont l'auteur n'est pas passé par ces questionnements... Si je le ressens, le recruteur aussi..

Pour qu'elles soient les plus pertinentes possibles, ces compétences, je vous propose de travailler à un rapprochement : débusquer les compétences clés recherchées par les entreprises et les comparer aux vôtres.. Ce n'est pas sorcier, dit comme cela, en revanche, comment faire mouche et lister efficacement ces compétences clés tant convoitées par les recruteurs ? 
Là encore, je vous invite à suivre chaque étape scrupuleusement en répondant à ces nouvelles questions :

Les compétences recherchées par les recruteurs


  • Vous avez détecté des forces, des atouts, des appétences particulières. Quelle action, quelle compétence vous distingue réellement ? Que faites-vous si aisément, avec plaisir ? Que savez-vous faire mieux que quiconque ? OK, vous ne connaissez pas "quiconque", en revanche, avec un peu d'objectivité, vous pouvez facilement vous souvenir de vos collègues, du regard envieux ou admiratif qu'iles jetaient sur certaines de vos actions quotidiennes, ou réalisations ! En coaching, nous partions d'un principe simple : pour atteindre un objectif, quel qu'il soit, il est souvent plus facile de s'appuyer sur ces forces, de les développer, de les maximiser, les améliorer davantage que de corriger des faiblesses en utilisant une énergie considérable pour atteindre un résultat bien éloigné des sommets tutoyés par vos atouts...
  • En quoi mes cercle d'excellence peuvent-ils apporter quelque chose à l'entreprise...?  Si je suis particulièrement doué dans tel domaine, qu'est-ce que cela peut concrètement apporter à mon futur employeur ? Quels sont les éléments qui permettraient à mes compétence de s'exprimer pleinement, de s'étoffer, d'éclore ? Des moyens, un environnement particulier, une atmosphère...?
  • En quoi suis-je différent de ceux qui ont le même métier que moi ? Suis-je un autodidacte ? Une expérience particulière dans une entreprise de renom ? J'ai vécu à l'étranger ? J'ai connu beaucoup d'employeurs ? Des années d'expérience ? La liste est infinie car votre personnalité marque déjà une différenciation par votre histoire, vos valeurs, votre culture...
  • Pour quelles compétences les entreprises sont-elles prêtes à investir de leur temps, de leur énergie.. et de leur argent ? Question incontournable.. sinon, on tourne en rond ! Penchez-vous sérieusement sur les annonces emploi, comparez  et notez les points communs entre vos compétences clés et celles que recherchent les entreprises, quelles sont celles qui reviennent le plus souvent ? Multipliez les rencontres avec votre réseau, pour échanger, enquêter sur ce que recherchent VRAIMENT les entreprises... Soyez dans l'ouverture !
  • Enfin, un dernier questionnement plus intime, plus personnel : Pourquoi suis-je doué dans tel domaine ? Qu'est-ce qui m'a permis de développer cette compétence ? Et comment la conserver ? Comment encore la développer ? Qu'est-ce qui me rendra expert dans ce domaine ? Pour Malcom Gladwell, l'expertise est atteinte dès lors que 10.000 heures auront été consacré à l'exploration et l'approfondissement d'un champ.. Où en êtes-vous ? 
A l'instant où vous connaitrez précisément vos compétences que vous saurez celles que les entreprises recherchent, alors, mes chers amis, vous serez en mesure de travailler votre BVJ : Business Value Justification. Ce qui fait la différence, pourquoi vous et pas un ou une autre...

La mise en avant s'en trouvera plus aisée, comme par magie, vous parviendrez alors à évoquer vos compétences sans rougir en gardant à l'esprit que vous n'est pas pas à vendre.. mais que vos compétences répondent très précisément aux attentes du recruteur !

Si vous souhaitez travailler précisément sur ce qui marque une différence entre les autres et vous, contactez moi par e-mail, je me ferai un plaisir de vous présenter les différentes approches qui vous permettront de valoriser votre parcours et surtout les compétences que vous vous avez su mobiliser et développer.

Haut Les Coeurs !

Entretenir et garder son moral

Garder les idées claires et une énergie à toute épreuve pendant sa recherche d'emploi


C'est vrai, l'équipe de France vient de remporter le mondial de football et beaucoup d'entre nous se réjouissent  profondément de cette fantastique nouvelle. Une nouvelle qui apporte son lot de plaisir, de joie sincère, d'échanges entre proches, au sein de la famille, de réunions festives et joyeuses.. Bref, une vraie bonne nouvelle qui peut redonner une belle énergie à tous ceux qui l'avait perdue de vue..

D'une façon générale, en dehors de cette période assez exceptionnelle, il faut bien le reconnaître, je recommande chaleureusement de se déconnecter des médias pour passer au travers du flot continu de terribles nouvelles, toutes plus horribles les unes que les autres et qui, à force, sapent le moral du plus endurci d'entre nous. Décidons de ne pas nous laisser emporter par l'ambiance générale et préservons un semblant d'énergie pour rester positif, y compris durant sa recherche d'emploi. 

Attention, par positif, je n'évoque pas une capacité à se réjouir de tout en toutes circonstances, mais bien à renforcer cet état d'esprit  qui permet de se sentir au clair, rayonnant autour de soi  et provoquant une forme de bienveillance intérieure, très étrangère à la maltraitante continue que constitue l'absorption  de nouvelles extérieures désagréables, qu'elles soient véhiculées par les médias ou par l'absence,ce d'opportunité d'emploi.

garder moral rester positif recherche emploi
Garder le moral pendant sa période de recherche d'emploi

Comment rester positif en 9 étapes


1- Êtes-vous télévision ou radio ? Écoutez-vous deux fois, cinq fois, dix fois, vingt fois les mêmes nouvelles sur les chaînes d'information ? Êtes-vous bombardé continuellement de news pour lesquelles, votre pouvoir d'action est faible, voire nul ? 
Si vous êtes comme moi, j'imagine que vous n'avez peu d'influence sur les élections dans tel ou tel pays ou sur telle ou telle catastrophe au bout du monde. Attention, je ne dis pas qu'il est utile de fermer les yeux ou les oreilles sur tous les évènements extérieurs, mais je crois profondément malsain de s'y connecter aussi fréquemment au cours d'une journée de recherche d'emploi. 
Je vous propose alors de remplacer ce temps d'assimilation d'informations générales par un vrai moment, structuré, préparé, d'acquisition d'informations utiles, liées à votre recherche de job. Des informations relatives au secteur d'activité, par exemple, des informations destinées à renforcer vos compétences, vos qualités professionnelles, vous informer sur telle ou telle entreprise, sur un projet... Cherchez, fouinez...
Devenez avide de ce type d'information, lisez les journaux professionnels, suivez des formations, questionnez les acteurs de votre métier.. Ne restez pas en marge du mouvement... de votre mouvement.

2- Et si.. et si vous testiez vos idées, et si.. et si vous raisonniez en apportant un peu plus de rêve.. et si.. et si vous vous disiez plus souvent "et si..." ? ET si... pour écrire de nouvelles pages..
La part de rêve, la connexion à d'autres horizons, celle qui vous permet de raisonner différemment, d'apporter une vraie différence à vos méthodes, implique une réflexion plus poussée, plus "dérangeante" pour vos habitudes.. 
Changer de perspective, d'objectif pour explorer un monde jusque là inconnu, de nouvelles idées à tester, à peaufiner pour ne jamais rester planté les deux pieds dans le même sabot.

3- Écartez vous le plus possible de tout ce qui parasite et "bouffe" l'énergie. Vous savez, tous ces moments pendant lesquels vous soupirez d'exaspération, de lassitude, d'énervement.. Fuyez les sources de ces maux, ce qui provoque la tension dans le ventre. Il peut s'agir d'une simple et très "innocente" remarque dans votre entourage... 
Prenez vos jambes à votre cou dès qu'emmerdeur pointe le bout de son nez et vous fait regretter de vous être levé ce matin.. La période est suffisamment spéciale pour que vous concentriez toute votre énergie sur vous, rien que sur vous en éloignant le plus possible de vous tout ce qui pourrait perturber votre équilibre. 
Pensez à vous d'abord ! Et mettez-vous en ordre de bataille pour atteindre vos objectifs.

4- A propos d'objectifs, fixez-vous des objectifs que vous pouvez atteindre.. la part d'impossible dans un objectif n'est là que pour vous décourager. Souvenez-vous, l'objectif ne dépend que de vous (et de personne d'autre) ! SMART ! Des objectifs SMART ! J'ai toujours un  mal fou à me souvenir de chaque lettre mais dans notre cas, j'instaurai sur le M de mesurable et le R de réalisable... Par exemple, commencez par fixer le nombre de contacts que vous souhaitez ajouter à votre réseau professionnel : un nombre quotidien ou hebdomadaire qui ne dépend que de votre capacité à entre en relation avec tous ceux que vous aurez ciblés..
D'autres objectifs peuvent concerner le nombre d'heures d'apprentissage, de formation personnelle, le nombre de candidatures spontanées envoyées chaque jour (tiens, combien en avez-vous avoyé hier ? Cela répond-il à votre objectif ?), etc.. 
Votre objectif peut également favoriser la transformation d'une réponse négative en une nouvelle opportunité, rebondir, systématiquement.. Cela fait partie de ce que nous mettons en place dans l'une des quatre séances du coaching emploi.

5- Renforcez, encore et encore votre réseau professionnel, élargissez vos horizons, développez les opportunités de rencontre. Peu auront un emploi direct à vous proposer mais certains sauront vous diriger vers untel ou untel, vous écouter, vous conseiller.. 
Souvenez-vous de ne pas harceler les DRH, RRH et autres métiers du genre... Vous connaissez mon opinion (négative je le reconnais) sur ce qu'ils apportent réellement à l'entreprise et à l'emploi.

6- Arrêtez de vous regarder le nombril, de vous sentir accablé de malchance et commencez ou recommencez à sortir, à provoquer des rencontres, à sortir du silence. Bien sûr pour casser la solitude qui vient insidieusement remplir la journée de beaucoup de personnes en recherche d'emploi, mais aussi pour partager votre expérience, vous exprimer en dehors de la sphère personnelle. Recueillez des partages d'expérience, en dehors de la sphère familiale, sollicitez des spécialistes de la recherche d'emploi, un coach emploi, des groupes d'intervenants dans votre région, entourez vous d'un écrin bienveillant et soyez assurés des retombées morales très positives générées par l'immense majorité des personnes qui vous accompagneront.

7- Développez votre stratégie d'emploi, avec un agenda, rempli, heure par heure, une semaine à l'avance... Structurez, construisez, sachez exactement ce que vous avez à faire, pourquoi ce matin, vous vous levez.. 
Sortez pratiquer de l'exercice physique, c'est le moment ou jamais ! Oxygénez vous l'esprit, les idées, raffermissez votre corps  ! 
Bâtissez-vous un rythme, une cadence, des moments de récupération, de loisirs, de travail, sur des périodes denses qui vous permettront chaque soir de refermer votre ordinateur en sachant que vous avez atteint vos objectifs ! (Bien plus efficace que de vous dire : "merde, j'ai encore rien foutu aujourd'hui...!)

8- Apprenez-vous même à vous faire du bien. Attention, je n'évoque pas le fait de vous jeter sur le frigo, mais bien de reconnaître les séquences de travail que vous avez réalisées et de vous récompenser par une balade, une sortie, un peu de sport... 
Profitez de la vie ! et sachez reconnaitre vos efforts, sachez vous remercier, vous encourager... Comportez-vous comme si vous étiez votre meilleur ami, vous prenant par l'épaule.. 
Notez que dès que vous aurez retrouvé un emploi, vous vous souviendrez que votre période de recherche fut, globalement, assez courte, qu'elle appartient au passé et que peut-être, vous auriez du vous ménager un temps  pour vous, un temps vous déconnectant au positif...

9- Concentrez-vous maintenant sur tout ce qui va bien dans votre vie. Broyer du noir ne vous permet pas d'aller mieux (si...?) 
Inscrivez-vous dans la gratitudes dans la reconnaissance de tout ce qui tourne bien, ce qui fonctionne, ce qui vous fait du bien... comme ce rayon de soleil, cette coupe du monde qui vous réjouit, l'appel d'un copain.. Concentrez-vous sur tout cela et comblez, collectionnez ces moments dans un très lumineux carnet de plaisirs...

Haut les Coeurs !

Lire aussi : 
l'objectif SMART complété...

Se soumettre aux recruteurs ? Allons bon...

Ne dites pas de mal de votre dernier employeur ! Montrez votre motivation ! Soyez vous-même ! Mettez vos compétences au service d'un projet ! Répondez aux questions que l'on vous pose, pas aux autres ! Devenez force de proposition et construisez votre poste ! Vous voulez bosser ? alors, acceptez des périodes d'essai renouvelables deux, trois, quatre fois, d'abord en stage, puis en CDD, puis, éventuellement en CDI...!

Bref, chers amis, vous en entendez beaucoup... de conneries. Pour être honnête, j'en dis aussi quelques unes. Le fond de mon action, celle que je réserve à mes clients, que ce soit en refonte de CV ou en coaching plus suivi, consiste d'abord à relever la tête, puis à relever les manches et à rétablir le rapport d'équilibre entre le recruteur et vous.

recrutement difficile injuste
Il existe tant de chemins qui mènent à l'emploi

J'assiste tous les jours à la décrépitude d'une fonction rabougrie de recruteurs, de personnes hautaines, jugeantes, cassantes et peu délicates avec des candidats fragiles. Bien sûr, si vous êtes vous aussi recruteur, vous répondrez probablement que vous ne vous retrouvez pas dans ces lignes... Et je vous crois. Je vous crois d'autant plus que j'accompagne bon nombre d'entre vous dans des projets de reconversion, tant la dimension humaine des RH que vous avez épousée s'est volatilisée au fil des années et de vos illusions.

Les RH vont mal et le font bien sentir à des candidats vulnérables. Pourquoi ce billet ? Pour que les candidats arrêtent de se soumettre à ce point à des recruteurs paumés entre les injonctions de leurs clients, de leur direction et les raisons pour lesquelles ils ont choisi ce métier (s'il s'agit d'un choix bien sûr..). 

Ne pas se soumettre, qu'est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire exprimer librement ce que l'on ressent, et si vous avez travaillé pour un immonde employeur, de l'exprimer simplement, au nom de vos valeurs, parce qu'il n'est pas question de faire semblant et de faire croire que vous vous êtes quittés à l'amiable en signant une rupture conventionnelle...

Ne pas vous soumettre lorsque l'on vous dit que vous allez vous ennuyer, que vous êtes trop ci, trop ça...  en demandant des explications, en réfutant avec énergie et conviction, en ne laissant pas entendre par vos silences que vous êtes d'accord. Vous êtes choqué ? Dites le. Cela ne vous aidera pas à avoir le poste mais vous préservera dans votre intégrité..

Ne pas vous soumettre quand on vous manque de respect, que l'on vous fait traverser la France pour 10 minutes d'entretien, attendre un si long moment dans un couloir sordide. Ne pas se soumettre, c'est effectivement s'exposer à ne pas être retenu pour le poste, j'en ai conscience... mais de toute façon, pensez-vous réellement qu'après avoir attendu une heure sur une chaise, vous alliez être motivé à l'idée de bosser pour une entreprise aussi peu respectueuse ? Dites votre colère, l'injustice que vous ressentez, le manque de respect que vous éprouvez...

Ne pas vous soumettre quand un cabinet de recrutement écarte votre candidature sans aucune explication et oser alors le "court-circuiter" pour donner une chance à l'employeur d'entendre parler de vous. Lorsqu'une candidature est solide, il n'y a aucune raison pour que vous en priviez votre futur employeur. 

Vous n'avez qu'un seul objectif, que votre CV soit sur le dessus de la pile... et pour cela, tous les moyens sont bons : postuler plusieurs fois, postuler en direct, envoyer une candidature spontanée dans les jours qui suivent la phase de recrutement, vous déplacer sur place, exprimer votre déception et rester élégant ou fair play dans vos réponses, insister, insister jusqu'à ce que vous obteniez un entretien, téléphoner, relancer chaque jour malgré l'exaspération du standardiste, profiter de chaque contact pour renvoyer un CV. Devenir celui qui veut le poste.

Je suis, pour tout vous dire, écoeuré par la réalité des recrutements, cette réalité que vous ne lisez jamais dans les newsletters des grands cabinets, par ces méthodes de sélection, de tri qui ne laissent place à aucune audace, sclérosant totalement la santé économique de nos entreprises, de nos territoires, ouvrant le parapluie en se cachant derrière des tests grotesques où les temps de réponse sont mesurés et commentés... Des tests qui vous jugeront fragiles en situation de stress, oubliant que le stress le plus insupportable est généré par le recrutement lui-même... bref.

Tout cela pour dire que si le système vous fait souffrir, vous pouvez alors le contourner et mettre en place des stratégies qui vous rétabliront dans votre image, et aussi, vous permettront de vous rapprocher d'employeurs en quête de collaborateurs qui vont au bout de leurs convictions.. 
Donnez la chance aux entreprises de vous rencontrer !... Jusqu'à temps que vous les rencontriez !

La compétence professionnelle la plus importante... et de loin !

Mais qu'êtes-vous devenu ? Qui êtes-vous aujourd'hui ? 
Voici peut-être les deux questions les plus pertinentes qui devraient vous être posées en entretien d'embauche... Et comme aucun recruteur ne songe à les poser, alors, chers candidats, lecteurs de ce blog emploi, prenez les devants et abordez votre carrière professionnelle sous cet angle quelque peu philosophique.

se vendre en entretien - coaching emploi
Qu'avez-vous fait de vos expériences ?

Un candidat du passé ou de l'avenir ?

D'abord, partons d'un postulat simple, vous n'êtes pas compétent grâce à votre expérience passée, vous êtes compétent parce que vous avez tiré des enseignements du passé - nuance ! En d'autres termes, c'est votre capacité à aborder sereinement vos échecs, mais aussi vos réussites, à tirer les axes d'amélioration,  à définir les méthodologies, les stratégies les plus efficaces et à détecter celles qui mèneront à coup sûr vers l'atteinte d'un résultat qui est bien votre compétence la plus précieuse. Vous n'êtes donc pas compétent parce que vous avez connu un succès dans votre expérience passée, mais vous êtes compétent parce que aujourd'hui, vous savez exactement comment manoeuvrer pour atteindre un résultat positif... Pas mal, non ?

Tirer partie de ses échecs

Souvenez-vous, je criais hier, haut et fort, que le CV illustre l'avenir, davantage que votre passé (sinon, cela s'appelle une nécrologie)... Et pourtant, lorsque nous travaillons, mes clients et moi, à la préparation à l'entretien de recrutement, beaucoup sont tentés de justifier leurs compétences au travers de quelques succès remportés jusque 10 ans en arrière (et encore, parfois plus loin dans le temps)... 
Selon cette "logique",  je devrais (en tant que recruteur) alors déduire que puisque vous avez réussi en 2005, vous réussirez demain... Erreur ! C'est un biais qui précipite les candidats dans la liste des non-retenus ! Vous n'êtes pas votre passé, vous êtes la somme de toutes vos expériences, difficultés, facilités, vous êtes la somme de votre intelligence, de vos remises en question, de vos craintes, de vos croyances, de vos tests... Vous êtes donc en perpétuelle évolution, et c'est bien cette capacité à évoluer, à tirer les enseignements de vos expériences qui fera de vous un candidat de l'avenir, davantage que celui du passé.

Tirer les enseignements 

Comme tire t'on les enseignements ? D'abord en examinant scrupuleusement les faits : ce qui a marché,  avec lesquelles de vos qualités professionnelles, ce qui a échoué, et ce dans tous les domaines de votre vie professionnelle. Le but de cet examen, de cette analyse, honnête, est de déterminer une méthodologie efficace qui laisserait entendre que, demain, au service de votre futur employeur, vous saurez atteindre les objectifs demandés grâce aux enseignements que vous tirez de vos expériences.

Du coup, cela facilite grandement la présentation en entretien : plutôt que de parler au passé en justifiant votre présence devant le recruteur par quelques passages dans telle ou telle entreprise, vous aborderez l'entretien dans une posture plus positive, présente, en exprimant ce que vous êtes aujourd'hui et en l'illustrant au travers de quelques exemples bien choisis. Vous devenez donc un candidat d'avenir, parlant dans le même temps que votre recruteur, sans justifier quoique ce soit puisque vous assumez votre passé, échecs comme succès...

Carrière professionnelle en évolution

Vous l'avez compris, votre compétence numéro un, est cette capacité à prendre du recul sur vos expériences passées, pour tirer tous les enseignements de vos méthodologies, celles qui ont mené au succès comme aux échecs et de les proposer sur un plateau d'argent à votre futur employeur. Au passage, vous lui permettez de se projeter dans votre future collaboration..

Voulez-vous travailler vos candidatures sous cet angle terriblement efficace et générateur de confiance partagée ? Etc bien, commencez peut-être par découvrir de quelle façon j'aborde le coaching emploi, notamment dans la refonte du CV.