Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


Entretien d'embauche : Expliquer son départ de sa dernière entreprise

Expliquer son départ lors de l'entretien de recrutement


Forcément, la question que vous redoutez tant, vous sera posée...
"Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ?"
Cette question est logique, elle participe à la découverte du candidat, de son parcours et beaucoup de recruteurs sont parfaitement conscients des difficultés actuelles et des accidents de carrière nommés licenciements, ruptures conventionnelles, démissions...

Dans tous les cas, la vérité s'impose, tout mensonge se retournant inéluctablement, parfois tardivement j'en conviens, contre le candidat. Les motifs de rupture sont variés, parfois déguisés par l'ex-employeur mais peuvent être également provoqués par le salarié lui-même. 
Une règle d'or : ce n'est pas la rupture en elle-même qui est intéressante, c'est la leçon que vous en tirez pour continuer votre cheminement et apporter encore plus de compétences et de savoir-être chez votre futur employeur, ce qui vous permet de rebondir après l'échec. En d'autres termes, la rupture est un fait, une réalité sur laquelle vous allez vous appuyer en entretien, davantage que vous en justifier

Comment aborder son licenciement économique licenciement pour faute et rupture conventionnelle lors de l'entretien de recrutement
Expliquer son départ de son dernier employeur

Expliquer son licenciement économique

Les raisons d'un licenciement ne s'improvisent pas, et méritent d'être relatées d'une façon très concise. Préparez votre réponse, utilisez des faits, des chiffres, notamment en matière de licenciement économique. De quelle façon aborder son licenciement économique ? :


  1. Abordez tout d'abord le contexte de l'entreprise (CA en berne, secteur d'activité en souffrance, fusion, délocalisation...), les raisons sont malheureusement extrêmement nombreuses..
  2. Puis, mentionnez les conséquences, compression des charges, de la masse salariale, PSE, non renouvellement des contrats à durée déterminée... 
Personne ne vous reprochera d'avoir involontairement perdu votre emploi. Le licenciement économique n'a rien de personnel, aussi, la rancoeur ou la colère - que je comprends tout à fait - n'a pas sa place dans l'entretien de recrutement. Préparez cette question en vous plaçant du point de vue de l'entreprise,  en revanche, illustrez toujours la façon dont vous vous êtes remis en selle, dont vous abordez ce nouveau cap professionnel, l'opportunité que constitue - pour vous - ce licenciement économique (par exemple, une formation en cours, découvrir une autre culture d'entreprise, prendre du recul sur vos aspirations...) 


Licenciement pour faute 

Le licenciement pour faute est plus complexe à aborder. Ceci dit, facilement vérifiable par votre futur employeur, il doit, lui aussi, être abordé en toute transparence et honnêteté. N'oubliez pas que les recruteurs passent leurs journées avec des candidats souvent plongés dans les mêmes situations que vous et repèrent assez facilement le bonimenteur du candidat honnête. Errare Humanum Est, n'est-ce pas ? Pour vous aussi. Vous n'êtes pas non plus à l'abri d'une erreur.

Prenez votre inspiration, et très brièvement, en une courte phrase, assumez ce qui s'est passé, cela vous permettra d'afficher une attitude calme et rassurante, d'autant plus si vous en tirez des enseignements, en montrant que vous avez appris ou franchi un cap dans votre carrière.
N'oubliez pas que :
ce n'est pas la hauteur de la chute qui compte, c'est celle du rebond... 
...et ce rebond, vous allez le vivre et l'incarner chez votre futur employeur. Toute expérience, même difficile, mérite une analyse et peut s'aborder positivement en termes d'enseignements. Vous pouvez convenir que ce licenciement a été un véritable coup de massue, mais que aujourd'hui, avec le recul, vous retirez de cette expérience, la satisfaction d'avoir évolué, appris et réalisé un certain nombre d'objectifs... C'est une façon comme une autre de positiver sur votre ancien employeur.

La confiance et la responsabilité étant au coeur du process de recrutement, préparez systématiquement votre réponse, de façon très concise et factuelle. Inutile de ressasser le passé, de vous complaire dans la plainte et le regret.

Le licenciement est un fait, appartient à votre passé mais ne vous résume ou caractérise JAMAIS. 

Par conséquent, ce que vous faites aujourd'hui de cet accident a beaucoup plus de valeur que n'importe quelle autre explication plus ou moins bancale et très souvent relatée dans l'émotion..

Expliquer sa démission

Dans le cadre d'une démission ou d'une rupture conventionnelle, le départ est "accepté" par le candidat. Je relativise le mot "accepté", car dans de nombreux cas, le salarié n'a aucune autre issue que de quitter l'entreprise, pour se mettre à l'abri et se préserver (notamment dans le cas de relations tendues avec sa hiérarchie, ses collègues, aux limites d'un burnout...). 
Les conflits et disputes ne sont pas l'argument à mettre en avant - vous vous en doutiez. 
Préférez aborder le fait que vous ayez fait le "tour de la question", que vos fonctions avaient évolué, que vous êtes en quête d'évolution, surtout au bout de quelques années. 
Qu'il s'agissait là d'une décision difficile à prendre mais que vous et votre employeur avez convenu que vos motivations pourraient être réalisées ailleurs... Le fond laissant entendre que vous avez mûrement réfléchi cette décision, qu'elle a été acceptée par votre employeur. Vous avez donc atteint et réalisé vos objectifs et visez une évolution pour illustrer et exploiter davantage vos qualités professionnelles... Ce qui explique le fait que vous soyez aussi motivé à l'idée de participer au recrutement en question...

Dans tous les cas, les raisons l'emportent moins que votre façon de réagir, de rebondir, de positiver le cas échéant. Les faits sont têtus et obtus, mais la réalité prend une toute autre tournure lorsque vous la transcendez en un potentiel, un gisement d'opportunités. Le fond, l'emporte sur la forme. Cette dernière doit être coute et précise, elle nécessite une véritable préparation et ne peut s'improviser.



5 commentaires:

  1. Bonjour Pierre,
    merci à vous pour ces conseils, je vous lis régulièrement depuis quelques années au fil de mon évolution professionnelle, et ce toujours avec grand plaisir !

    Je me trouve à présent malheureusement dans la dernière situation évoquée : une rupture imposée pour cause de tensions avec la hiérarchie, à la différence que je ne dispose que de 8 mois "d'ancienneté"... Et donc il reste une grande souffrance pour cause de climat tendu, de collègues mécontents et peu coopératifs (un euphémisme), et d'une charge de travail très importante. Poste s'étant achevé dieu merci au 31/12 !

    Je viens d'accepter un nouveau poste (yes !), et on me demande ma dernière fiche de salaire...
    Problème : une fois la rupture acceptée, je me suis mise en arrêt maladie, car l'on souhaitait me faire cravacher encore plus durant les dernières semaines (une honte), avec une "carotte" à la clef, à savoir la mobilisation de mon patron pour m'aider à retrouver un emploi...

    Vous le voyez, encore difficile pour moi d'éviter le pathos même en exposant des faits très simples ;)

    J'en viens à ma question : cette dernière fiche de salaire indiquant que je n'ai pas travaillé + pris mes vacances durant le dernier mois, peut-elle me porter préjudice ?
    Si oui, en quoi ?
    (Je n'aurai pas de contrat signé de la part de ma nouvelle entreprise avant le 14/03, or on me demande la fiche de salaire cette semaine.)

    Merci à vous, et bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Did et merci pour votre commentaire.
      Tout d'abord, je me réjouis avec vous de cette très bonne nouvelle !
      Concernant votre demande, j'aurais tendance à être beaucoup plus optimiste que vous ne semblez l'être : en effet, vous rejoignez une entreprise le 14 et le délai administratif de la rédaction du contrat et de la constitution de dossier me semble tout à fait logique; De ce fait, j'imagine que votre ancien bulletin de salaire vous a été demandé comme l'ont été vos diplômes, carte vitale et dossier d'état civil. Le bulletin valide votre employabilité par le fait que vous n'avez pas menti sur l'intitulé du poste anciennement occupé. Rien d'autre.
      De plus, la proposition d'embauche que vous avez reçue a un caractère officiel et juridique que les jours de congés du mois de décembre ne sauraient remettre en question..

      Haut les coeurs ! Did, je vous souhaite de vivre une très belle aventure
      Pierre

      Supprimer
    2. Bonjour Pierre,

      Merci à vous pour vos encouragements, ils me vont droit au cœur ! ;)

      Petite précision utile : la proposition d'embauche et ses conditions est verbale et non écrite.
      J'ai fait la demande d'un mail récapitulant les éléments de la rémunération etc, et l'assistante RH m'a répondu que c'était possible, mais qu'il faudrait faire une proposition d'embauche, que la chef RH n'était pas souvent disponible, que ça partirait par courrier, etc...
      J'ai donc indiqué que l'on pouvait s'en passer, et que je faisais confiance à mon interlocutrice.
      Est-ce le processus habituel ?

      Cordialement,
      Did

      Supprimer
    3. Je ne peux vous répondre précisément, mais je constate que vous avez joué la carte de la confiance et cela vous honore totalement.

      Supprimer
    4. Bonsoir Pierre,
      encore merci pour votre retour, c'est fort aimable à vous.
      je souhaitais juste vous informer de la suite, qui est heureuse : j'ai reçu des nouvelles de l'entreprise, qui effectivement n'a aucunement modifié sa décision d'embauche. >>>> C'est dans la poche !! ;)

      Tout de bon à vous !
      Did

      Supprimer