Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


Chômage : sortir du silence

Je suis régulièrement contacté par des conjoints ou des conjointes de personnes en recherche d'emploi. On m'explique alors la difficulté de vivre avec quelqu'un qui se replie, cache ses émotions ou au contraire se réfugie dans une sorte d'impatience, d'irritabilité causée par un moral en berne, accusant le coup d'une recherche jusque là infructueuse et sensiblement angoissante. 
La sphère familiale, dans son ensemble, est impactée par le chômage de l'un ou de l'autre poussant parfois le principal intéressé à cacher le plus longtemps possible la perte de son emploi. 

Sans aller jusque'à reproduire le comportement de Jean-Claude Romand pendant 18 ans, je constate que l'annonce à son conjoint de la perte d'un emploi est parfois repoussée à l'extrême, attendant les premiers signaux réconfortants d'un recrutement rapide (comme une convocation à un entretien..) pour informer l'autre de la situation temporaire traversée... 

annoncer la perte d'emploi à son conjoint
Sortir du silence

Les ruptures conventionnelles (ces licenciements déguisés) assorties - parfois - d'une indemnité de départ ou pour le moins, d'une dispense de travail pendant le préavis, ont  tendance à renforcer ce phénomène. On quitte ou on perd son emploi avec quelques mois devant soi pour se reconstruire et se remettre en selle
Seulement... Seulement, les mois passent vite, l'énergie consacrée à la recherche d'un emploi s'émousse à force de non-réponses, de fatigue morale et physique accumulée. Bref, le jour où l'annonce de la perte de son emploi est "officialisée" à son conjoint est un jour sombre. Je sais bien qu'un couple est sensé fonctionner dans la plus grande confiance et peut-être transparence, mais je me garderais bien de juger qui que ce soit tant les situations de perte d'emploi sont vécues intérieurement, dans l'identité même de la personne concernée et que chacun encaisse d'abord l'évènement dans son intimité, comme il le peut...

Evidemment, je défends le dialogue, pourtant, si vous vous reconnaissez dans cette description - vraiment courante, croyez-moi- je ne peux que vous encourager à sortir de votre silence et à exprimer, ou partager au plus vite votre situation, avec un professionnel de l'accompagnement, si l'évoquer en famille reste délicat. Vider son sac, s'exprimer, prendre de la distance, réfléchir, poser des actes sans attendre je-ne-sais-quel-miracle. 
Le silence est un poison, ne gardez rien pour vous, partagez, parlez, car ce que vous vivez est important. 
Vous êtes important et ce que vous avez en vous l'est tout autant.

Lorsque le moment sera venu pour vous d'annoncer votre chômage à votre conjoint, gardez bien à l'esprit que la façon de relater votre situation, vos inquiétudes, aura forcément un impact sur la réaction de l'autre, une réaction intériorisée ou exprimée, totalement (sans filtre) ou partiellement. De la manière dont vous vous exprimerez dépendra l'ambiance familiale des semaines, des mois à venir. Exprimer l'émotion est nécessaire, dire ce que vous ressentez, ce que vous pensez constituera les fondements de votre vie de couple... Pour autant, laisser l'autre face à vos émotions, vos inquiétudes ne pourra que provoquer l'amplification des peurs ou l'usage constant de propos rassurants auxquels vous n'adhérez pas en ce moment... 
"de toute façon, j'ai confiance en toi,  tu vas rapidement retrouver un emploi...!" 
... et qui risquent de vous crisper davantage que de vous encourager. 

Ce que je vous conseille, c'est d'ajouter vos actes à ce que vous pensez et ressentez... Par conséquent, communiquez vos inquiétudes, vos réflexions, mais proposez également et systématiquement une démarche concrète, une organisation pour sortir de cette situation : "je vais organiser mon temps de telle manière, je devrai parfois m'absenter pour visiter des salons professionnels, rencontrer des personnes, je m'octroierai des moments de détente, en famille, mais aussi seul...". 
Partagez votre agenda de recherche d'emploi, tout ce qui relève de la préparation, de la stratégie : posez des actes en face de vos émotions et vous parviendrez à véhiculer, d'une certaine manière, une capacité rassurante et constructive à sortir de l'ornière pour aller vers votre prochain job. 
Vous serez en mesure d'échanger à nouveau sur les différents temps de votre journée, sur vos objectifs, les vôtres - c'est-à-dire ceux qui ne dépendent que de vous : candidatures spontanées, appels réseaux, réponses aux annonces, refonte du CV, visites de salons, activités sur les réseaux sociaux, mise en place d'une vraie veille, relances, etc... plutôt que de fuir toutes les questions relatives à vos démarches... Et si vous ne l'avez pas encore fait, tentez le coup, présentez votre plan d'action, votre organisation pour rapidement remettre de l'ordre dans cette situation inconfortable et anxiogène.

Haut les coeurs,  mes amis ! n'hésitez pas à me contacter si vous ou votre conjoint êtes concerné de près ou de loin par ce billet.





Envoyer ses voeux à son réseau

Envoyer ses voeux à son réseau professionnel

C'est le début de l'année ! Quelle chance ! Voici l'opportunité rêvée de souhaiter vos voeux à tous ceux qui, de près ou de loin, peuvent contribuer à votre retour à l'emploi. 

Vous avez créé un profil sur LinkedIn ou Viadeo, et bénéficiez, de fait, de toutes les adresses internet de vos contacts... L'aubaine.. Vraiment. 

Si, comme moi, vous avez opté pour l'élargissement de votre réseau, alors, je ne peux que vous conseiller d'ouvrir un compte gratuit sur Mailchimp, vous permettant de préparer un courrier de voeux à vos contacts, en vous adressant à eux par leur prénom, puis de le diffuser largement sans crainte d'être considéré comme un spam... ce qui serait regrettable à la veille de vos envois de candidatures.

Dans ces voeux, souhaitez le bonheur, la réalisation, la santé... mais n'oubliez pas d'insister sur votre envie de rencontrer ou d'échanger prochainement, une phrase du type : "... pour ma part, toujours en quête de mon prochain projet professionnel, j'espère que nous aurons rapidement l'occasion d'échanger de vive voix autour de nos objectifs respectifs..." - sera parfaitement adaptée pour clore votre message.

envoyer voeux à son réseau professionnel
Souhaiter ses voeux... ou l'élégance relationnelle

Être opportuniste en recherche d'emploi ? Oui, bien sûr !


Le grand intérêt de Mailchimp est d'organiser différents types de courriers, ceux qui peuvent associer du texte à une photo, un système qui vous permet aussi de vérifier qui ouvre ou n'ouvre pas votre message et d'adapter vos relances en fonction de cette information pour le moins cruciale.

Je le reconnais, envoyer ses voeux à son réseau s'appelle faire preuve d'opportunisme, surtout si vous n'aviez pas l'habitude de la faire auparavant. Mieux vaut tard que jamais, n'est-ce pas ! Surtout lorsqu'il s'agit de votre avenir..

L'idée, derrière l'envoi des voeux, est de profiter de chaque évènement (Pâques, un évènement sportif, les présidentielles, la fête du travail, etc...) pour adresser un message ciblé à votre réseau. C'est une façon comme une autre de cultiver sa visibilité, d'informer les autres de votre situation, de l'état de vos recherches, mais aussi de les remercier globalement dès que vous serez en poste, de vous avoir soutenu par exemple, etc... Vous n'omettrez évidemment pas de soigner votre signature de mail en suivant les principes que je vous avais résumés récemment. Ne faut-il pas savoir donner pour recevoir ?

Cette période faste en souhaits est l'occasion rêvée de consolider votre réseau, de vous rapprocher de ceux que vous aimeriez compter parmi vos contacts directs, de ceux que vous pensez devoir croiser ou rencontrer. 
Profitez bien de ces belles occasions pour communiquer différemment, pour remercier aussi ceux qui sont intervenus dans votre recherches ceux qui ont retweeté dans les derniers mois votre recherche via #I4EmploiR... bref, tous ceux qui, à un moment donné de leur existence ont considéré la vôtre (d'existence en l'occurrence professionnelle) comme digne d'une intervention, d'un relai, d'un coup de pouce... 
Avez-vous envoyé vos voeux à ceux qui sont intervenus d'une façon ou d'une autre dans vos recherches ? Si ce n'est pas le cas, il est encore temps de vous manifester !

Enfin, il se peut que vous suiviez les conseils de ce blog et soyez devenu un adepte de la candidature spontanée, un chasseur d'entreprise. Dans ce cas, pensez également à manifester votre différence en adressant à l'ensemble des équipes de l'entreprise visée vos meilleurs voeux, en mentionnant que le vôtre est de rapidement les rejoindre pour travailler à leurs côtés. 

Souvenez vous, les valeurs de l'entreprise s'expriment dès les phases de recrutement, les valeurs du futur collaborateur s'expriment également à ce moment là ! Haut les Coeurs et belle année à tous !

La meilleure des résolutions ? Apprendre à fixer de bonnes résolutions...

Fixer de bonnes résolutions

Ah, les débuts d'année et leur florilège de résolutions, de décisions, de changements importants, de ruptures... Les envies exprimées, les passions à honorer, les respects naissants, les limites hésitantes... Le mois de janvier est l'adolescence calendaire, légèrement gauche et tellement rempli de possibilités !
Je vous éviterai les marronniers des résolutions, celles que l'on tient, celles que l'on laisse passer, et qui, peut-être, s'avèreront inutiles. En revanche, il me semble intéressant d'observer la façon dont vous caressez une envie, quelle qu'elle soit, pour peut-être la mettre en oeuvre. Car non, résolution ne rime pas forcément avec abandon... cela dépend du moins du type de résolution que nous évoquons.

les résolutions du début de l'année
Que sera votre Mont Everest cette année ?

Dans le domaine de la gestion de carrière ou de l'emploi, les résolutions laissent présager de belles mises en mouvement. Je ne peux que vous encourager à les dessiner, à les façonner. Cependant, saupoudrons nos objectifs de tempérance, laissons l'ambition à l'horizon et regardons, là, maintenant, où nous posons nos pieds pour avancer solidement.
En d'autres termes (si, si, j'ai bien senti que je vous perdais), fixons des résolutions à très court terme, des résolutions mensuelles, des objectifs courts, immédiats qui demandent une mise en action dans l'instant, et laissons les buts plus lointains, les monts Everest, aux rêves ambitieux qui porteront notre motivation.

Fixer des objectifs concrets


Quel serait le mont Everest que je me fixe : trouver un emploi bien payé, dans une entreprise fantastique, qui saura reconnaître en moi le génie que je suis... tout cela dans les meilleurs délais. Attention, je ne dis pas qu'il est impossible de gravir ce mont, je prétends juste que cette ascension ne se décrète pas, mais qu'elle se prépare, jour après jour, méthodiquement... Cette ascension ne dépend pas totalement de moi, mais également des conditions extérieures (de la qualité de la neige ou de la météo pour rester montagnard par exemple...). 

Les vraies résolutions sont donc toutes celles qui vous permettent de répondre à la question suivante : 
Dans ce qui dépend à 100% de moi, qu'est-ce qui me permettra de trouver l'emploi que je souhaite ?

Et là, vous décortiquez toutes, je dis bien toutes, les réponses qui vous traversent l'esprit, qu'elles soient très concrètes (par exemple : je refais mon CV, je rencontre un coach emploi...) ou plus vagues (je suis en forme, je déborde d'énergie, je crois en mon projet professionnel...).
Chaque réponse mérite d'être inscrite sur le haut d'une page d'un carnet personnel, pour faire l'objet, dans un deuxième temps, d'une déclinaison, d'une revue de tous les paramètres à prendre en compte pour voir la réalisation de l'objectif annoncé.. Par exemple, si votre réponse est "je refais mon CV", alors notez une date de commencement dans le mois à venir, une date de fin, les étapes à franchir (travail sur mes qualités, retracer le fil de ma carrière, formaliser les accomplissements, résumer mes compétences...). Notez bien que ces étapes peuvent être étalées dans le temps, elles sont courtes et  constituent des pas qui vous rapprochent de votre objectif final. Souvenez vous : on mange un éléphant à la petite cuillère ! 

En face d'un objectif, aussi minime soit-il, pensez à inscrire la raison pour laquelle vous estimez nécessaire de commencer rapidement.. ce n'est en aucun cas pour vous flageller par la suite si - d'aventures - vous n'avez pas bougé pour franchir ces étapes mais davantage pour vous responsabiliser, pour regarder en face ce qui, dans l'approche, mérite ou méritera d'être corrigé. Après tout, un peu de méthode et d'objectivité ne nous nuira pas..

Alors, que souhaitez vous mettre en place dans l'année à venir ? Et par quoi commencez-vous dès maintenant ? A vos carnets mes amis !




Café Coaching Emploi - Paris 12-13/01/17

Café Coaching Emploi

Mise à jour du 6 janvier : il reste quatre créneaux disponibles.. n'attendez pas trop longtemps !

J'aurai l'immense plaisir de vous rencontrer en face-à-face au coeur de Paris les jeudi 12 et vendredi 13 janvier 2017.



Café Coaching Paris Bordeaux
Coaching à Paris by HLC Conseils

Échangeons à l'occasion d'un entretien de travail d'une heure, deux heures, trois ou même quatre heures en plein centre de Paris.


Que vous soyez en pleine réflexion sur votre carrière, besoin de faire le point, de vous placer dans une perspective de mouvement, sur vos projets professionnels, en recherche d'emploi (travail sur le CV, sur la confiance), en quête de développement personnel ou en phase de finalisation d'un projet d'entreprise, rencontrons-nous et explorons ensemble la situation que vous traversez à l'occasion d'un échange confidentiel, bienveillant et dynamisant. 


Ces échanges sont denses et extrêmement énergisants... et constituent une formidable opportunité de débuter l'année sous une nouvelle impulsion.


Le principe est simple, vous réservez - en cliquant sur le bouton Paypal situé plus bas - le nombre d'heures d'entretien que vous souhaitez, puis nous déterminons ensemble le créneau qui nous convient à tous les deux, vous recevrez bien entendu tous les détails relatifs au lieu de notre rencontre.

D'ici notre rendez-vous, je vous encourage à me faire part du sujet qui vous préoccupe ou bien à m'envoyer vos documents liés à notre entretien (pierredenier@hlc-conseils.com), nous aurons l'opportunité de travailler sur les thèmes qui vous tiennent à coeur, en prenant le temps de vous mettre en action. 
Contactez-moi par e-mail ou via le formulaire placé sur la droite de cette page, les créneaux horaires partent très, très vite, aussi n'attendez pas la veille pour me contacter !

A très vite


Entretien individuel


Bob 2021

A quoi pourrait ressembler le monde de l'emploi en 2021 grâce au Big Data ?


Novembre 2021

Allez, c'est reparti, pour la énième fois en six ans, je dois aller pointer chez Bob... rebelote... 
Moi qui pensais qu'avec mon diplôme d'ingénieur, je serais à l'abri du chômage, ben non, je n'ai jamais été ingénieur, je suis sorti directement de l'école avec l'obligation de trouver en six mois un poste. 

Je ne peux pas dire que j'ai choisi mes jobs, par exemple, comme "avant-avant-avant dernier job" (je m'y perds, mon CV fait maintenant 6 pages) j'ai du remplir pendant quatre mois les rayons d'un supermarché, l'algorithme Bob ayant capitalisé sur mes connaissances en mathématiques et géométrie... C'est vrai que pas une boîte de ravioli ne dépassait ! Jusqu'au jour où ils m'on remplacé par Willy, le remplaçant de Tally, une merveille de technologie, un robot créé par cette nouvelle usine, vous savez, celle qui n'emploie personne et conçoit des solutions automatisées pour les services administratifs et la logistique... 
Ensuite, comme je parlais un peu italien, j'ai du prendre un poste de livreur de pizzas, Bob m'avait demandé de construire un projet d'auto entrepreneur, et de me placer sur le marché de l'emploi en tant qu'indépendant. C'est ce que j'ai fait. Je me disais que la liberté me permettrait peut-être de me payer un loyer, une chambre en coloc.. mais non, je vis toujours chez mes parents.

Là, chez le pizzaiolo en ligne, j'avais emprunté une jolie somme pour m'acheter mon scooter, ma banque en ligne m'a étranglé au niveau des intérêts - mais elle s'est rattrapée en me proposant une assurance sur-mesure -, j'avais du demander à mes parents de se porter caution. 
Dans cette pizzeria, j'aimais bien l'ambiance, cela me plaisait de partir en ville et de rencontrer des gens, de leur apporter des pizzas au bureau, d'entrer dans des open spaces où tout le monde semblait courir en tous sens. J'avais des clients réguliers, et tous les jours, nous recevions sur notre serveur les commandes venant d'un peu partout... 
Mon patron, enfin celui qui représentait le fond d'investissement américain qui avait levé des fonds pour notre pizzeria en ligne, mon patron donc, travaillait énormément sur la rentabilité de notre activité. Il s'était associé à un cabinet d'audit spécialisé dans le traitement de masse de données relatives à notre secteur. Leurs calculs, issus d'un traitement de masse de données complexes (enfin j'imagine trop complexes pour moi vu le prix de l'investissement) a recommandé plusieurs ajustements, dont l'augmentation du nombre de livraisons par heure (oui, c'est toujours le même sujet, avec ou sans Big Data : comment faire plus!)... 
Entre nous, je ne pouvais pas mieux faire, mes tournées étaient optimisées par une application développée par mappy et google. Alors, j'ai du travailler plus longtemps, ce qui m'a couté une fortune en essence, j'avais parfois des journées de 17 heures et j'attendais avec impatience mon mardi matin pour récupérer de toute ma semaine de travail, c'est l'avantage de l'auto entrepreneur, la disponibilité 24/24. 

livraison de pizza par drone
Une pizza, une ! 

Je n'ai pas eu de chance parce que je suis tombé malade, une pneumonie que je n'ai pas voulu traiter. Pourtant, j'aurais pu consulter Alfred, mon robot médecin, mais ma mutuelle ne me couvrait pas suffisamment, n'ayant accès qu'à la version freemium... J'étais crevé et ce qui devait arriver, arriva, j'ai eu un accident, rien de trop grave je vous rassure ! J'ai été remercié, par sms, le soir même, mes parents se sont bien occupés de moi ensuite pendant une année. Pour être honnête, même sans mon accident je n'aurais pas pu conserver cet emploi bien longtemps, puisque tous les livreurs ont été remplacés par des drones

A nouveau face à Bob, je remplis le questionnaire en une minute, il commence à me connaître... !  Il calcule mon activité sur l'ordinateur jusqu'à me reprocher de passer trop de temps sur les réseaux sociaux, plutôt que de consulter les annonces - j'ai appris hier qu'un projet de loi vise à diminuer les indemnités si le chômeur fait autre chose que de suivre Bob ! Depuis que Pôle Emploi a disparu, je n'ai plus de contact avec qui que ce soit.. tout a été centralisé par Bob, le calcul des indemnités dégressives, ma mutuelle santé, mes allocations (enfin quand j'en recevais). Devant mon ordinateur, je dois regarder la caméra constamment allumée, Bob me scrute et examine mon visage il me conseille de dormir et me prescrit des somnifères pour être en forme pour mon prochain job. Il s'occupe de tout ! 

A priori, je travaillerai demain dans une ferme en construction, une ferme 3.0 qui n'est pas encore totalement équipée en robots. Je suis affecté à la tour "carottes" où je devrais changer les ampoules de lumière artificielle défectueuses. C'est temporaire, Bob a mis en relation cette ferme avec une start-up spécialisée dans l'analyse des lumen. Donc, en attendant, c'est moi qui vais remplacer les ampoules,  pendant trois semaines, 21 jours pleins - 8h00 à 21h00, 42 euros la journée. Je me reposerai ensuite...

la ferme 3.0 ou ferme verticale
Ferme verticale 100% gérée par des robots


J'ai une grande méfiance pour le big data, je n'ai pas envie d'être une statistique, je ne le suis pas du reste. La première fois que j'ai été témoin d'un traitement type "Big Data", c'est quand l'entreprise pour laquelle je travaillais, a mis en place le recrutement prédictif pour l'ensemble des commerciaux. Tout le monde y a cru, cela a créé un léger décollement des ventes la première année qui a beaucoup inquiété nos concurrents. Evidemment, ils ne sont pas restés inactifs, ils ont débauché notre meilleur commercial, lui ont fait passer des tests, non pas pour connaître ses secrets de réussite, mais davantage pour détecter ses failles... partant du principe que si le succès est prédictif, alors l'échec l'est tout autant. Comme tous nos commerciaux répondaient aux mêmes critères de recrutement, il a été facile de précipiter l'ensemble de notre force commerciale vers l'échec en actionnant les bons leviers, et c'est comme cela que nos concurrents ont pris toutes nos parts de marchés. Ah l'aveuglement et la prétention des vendeurs d'algorithmes... ! Et pourtant, tout le monde applaudissait les progrès de la technologie, la transparence ! Les juristes et avocats à l'époque étaient surchargés de dossiers prudhommaux, c'était juste avant qu'ils ne soient eux-mêmes remplacés.

Depuis 2016, le chômage a bien baissé.. enfin plutôt le nombre d'inscrits au chômage. En revanche, la précarité, la vulnérabilité et la pauvreté ont explosé. La natalité du pays est en berne, les retraites ne sont plus assurées - de toute façon, il y a bien longtemps que je me suis fait une raison, je devrai travailler encore bien longtemps.. comme mon père, 70 ans, qui distribue des tracts en ville. Je me demande parfois si un jour, je pourrais exercer mon métier d'ingénieur... mais ça, j'y crois de moins en moins.
Depuis trois ans maintenant, Bob s'occupe aussi de l'éducation nationale, c'est lui décide quel type d'études est attendu par les entreprises, il t'oriente en fonction des 10 réponses que tu lui a apportées à l'âge de 12 ans en sortie de 5ème. Je n'ai pas connu cela, et si un jour j'ai des enfants, j'espère qu'ils auront accès à quelque chose de plus stimulant.

J'ai envie de quitter la France, de tout plaquer, ou bien de m'installer à la campagne et de faire pousser mes légumes, loin de Bob. J'ai rassemblé des matériaux, je pourrais presque me construire un bungalow, quelque part, il me faudrait juste un peu d'argent pour le déménager. 
En 2016, ils avaient ouvert leurs bras à Bob en lui remettant les clés de l'emploi, au début, tout le monde y croyait, même moi, et puis petit à petit, l'algorithme s'est développé, s'est amélioré grâce aux contributions gratuites d'une multitude de développeurs et a comblé toutes les demandes d'emploi vacants par des solutions logicielles, par des robots que Bob lui-même commercialisait (mais ça, on s'en est rendu compte plus tard). L'accès illimité aux données et le big data  ont permis de cerner les attentes des entreprises en termes de main d'oeuvre que Bob s'est empressé de remplacer par d'autres solutions, plus compétitives, plus hype, plus Silicon...

L'année prochaine, de nouvelles élections présidentielles. Je ne sais pas trop quoi en attendre. J'ai entendu ce matin, qu'un jeune de 19 ans se présente, en binôme avec un algorithme révolutionnaire qu'il a créé pour sauver la France. Tout le monde a l'air d'y croire... ils doivent sans doute avoir raison..

Lire également :

Big data à Pôle emploi : méfiez-vous des marabouts !