Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


Reconnaître ses propres atouts

Savoir s'encourager

Vous arrive t'il de vous féliciter ? Là, comme ça, rien que pour vous, dans le secret de l'intimité, vous vous penchez sur vos réalisations et dîtes : "tu peux être fier(e) de toi, tu as fait du bon travail..."
Certes, il vous est arrivé d'entendre quelques compliments à votre égard, ils vous font plaisir, on est d'accord, mais bon... vous restez parfois sceptique quant à la valeur des propos, parce qu'"il n'y a rien d'extraordinaire" à ce que vous avez réalisé... vous semble t'il...

Courir après la reconnaissance des autres et ne pas reconnaître ses propres atouts, les siens, à soi relève de la gageure, de l'épuisement, d'une course effrénée, sans fin demandant de puiser d'une façon extraordinaire dans nos réserves d'énergie.

Ce que je vous propose, c'est que vous puissiez vous rencontrer, oui, vous rencontrer avec vous même en commençant, pourquoi pas par la fréquentation de vos réalisations, de vos succès, de vos réussites. Quelles sont les étapes de votre carrière professionnelle, comment avez-vous évolué et pourquoi vous a t'on confié telle ou telle responsabilité ?
Il ne s'agit pas forcément de mettre en place un bilan de compétences (qui ne vous révèlera que les informations que vous lui aurez transmises...) mais davantage de vous remémorer les grandes lignes de votre carrière pour en faire ressortir les réalisations, ce que pensaient vos collègues, votre hiérarchie... Demandez-vous : pour quelles raisons suis-je parvenu à aller au bout de tel projet, de tel enjeu (y compris personnel), de telle situation... ?
Bref, la reconnaissance passe souvent par la connaissance de vos propres atouts, de ce que vous êtes, plutôt que ce que vous faites, il convient alors de dépasser la sphère professionnelle pour vous reconnecter à votre identité et ce que vous êtes (le coaching emploi est une bonne ressource pour entamer cette réflexion, non ?)

Il arrive que l'on aie une fâcheuse tendance à répéter un schéma familial ou un système de croyance du type : "c'est normal de travailler dur..." ou bien "on a rien sans efforts...", nous plongeant parfois dans l'incapacité de reconnaître la valeur de l'effort ("après tout, c'est normal...") ou tout simplement l'avancée de nos travaux. Sans "psychologiser", je vous invite à vous interroger objectivement : d'où vient mon système de croyance ? Pourquoi ai-je décidé de l'adopter ? Se peut-il que cette certitude s'avère fausse au moins dans un cas ? Enfin, que dirais-je à une amie dans la même situation, est-il pensable que je lui déclare : "écoute ma cocotte, tu n'as rien fait de bien, puisque tout ce que tu as réalisé est normal, c'était juste ton boulot !".. euh, vous imaginez ?

Enfin, comme nous l'évoquons souvent sur ce blog et durant nos séances de coaching, adopter ce genre de croyance peut avoir de nombreux "avantages", notamment ceux de ne pas se lancer, de rester dans une zone de confort - pas forcément agréable j'en conviens, mais moins inquiétante que la perspective d'un inconnu... Lorsque j'évoque les "avantages", je ne suis en aucun cas dans le jugement, il est parfois difficile de sortir de schémas automatiques, pourtant, cette sortie repose sur une question : est-ce que mon fonctionnement actuel me permet de réaliser ce qui est important pour moi et de m'épanouir ? Si la réponse est positive, alors, ne changez rien et continuez d'avancer de cette façon qui semble si bien vous convenir, en revanche, si la réponse est négative, n'entrez pas forcément en psychothérapie pour de nombreuses années et testez le coaching sur quelques séances de façon à mettre (enfin) en mouvement un système  plus conforme et adapté à vos attentes et projets.

1 commentaire:

  1. Anonyme09:33

    Merci, pour le moment mes démarches sont toujours au 'ralenti', j'ai toujours mis du temps à m'organiser, mais là cela devient urgent, je recherche une perspective et pour le moment je végète un peu et j'en viens à me dire ce que vous décrivez dans ce billet : "Je n'arriverai à rien sans acharnements". Belle croyance, n'est ce pas ? Je serai ravie de vous rencontrer en Novembre prochain sur Nantes. Pour justement parler de ces croyances limitantes qui font que je n'avance pas.
    Bien Cordialement, Hélène

    RépondreSupprimer