Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


La fin de l'écriture cursive ?

Vous l'avez certainement lu, entendu, l'écriture cursive est peut-être en train de disparaître... Nous faisons dorénavant partie de ces dinosaures, ces ancêtres poilus (voir plus bas) qui gardent le réflexe d'une prise de notes volée et jetée sur un morceau de papier

Cette idée me rend perplexe, pour ne pas dire triste. Que l'on soit un jour, incapable de graver son prénom avec celui de son amoureux sur le tronc d'un arbre, d'écrire une citation sur les murs des toilettes ou de s'amuser à dessiner un message sur le sable, l'abandon de l'écriture m'apparait d'abord comme un attentat à la créativité et à la poésie... Bien sûr, je sais bien qu'un SMS rédigé en Novlangue relève parfois parfois d'un style post-moderne; mais quand même, ça compte la poésie, ces petits instants suspendus à des mots posés, réfléchis et soupesés à l'allure d'un souffle fragile. 


Que l'écriture cursive ne soit plus enseignée me gêne, je n'aurais probablement pas le plaisir de lire une lettre manuscrite de mes petits-enfants, et eux, ne connaitront pas le bonheur de recevoir un courrier parfumé, une missive enflammée,  de lire une déclaration qu'ils pourront précieusement conserver dans un portefeuille durant plusieurs années. Mes carnets de voyage resteront fermés et inaccessibles, privant leurs lecteurs de témoignages d'autres mondes, d'aventures émotionnelles et de rencontres épiques. C'est comme cela, je dois me faire une raison...

Les petits mots de mes enfants, les lettres de ma femme, de mes grands-parents, de ma famille, de mes parents, amis sont mes trésors... Bien plus que je ne sais quel sms, e-mail m'annonçant une fantastique nouvelle. J'ai précieusement conservé les enveloppes, les papiers vieillis gardent le sillon d'un pliage, d'une attention, d'un temps que d'autres m'ont accordé, un temps relatif, qui dure plusieurs années, un temps pendant lequel ceux que j'aime posaient des mots qui aujourd'hui encore me touchent, physiquement, comme ces lettres que je tiens dans ma main...

le drame de l'abandon de l'enseignement de l'écriture manuscrite dans certains pays
Un mot en attaché...

Oh, bien sûr, il y a bien longtemps que je ne reçois plus de lettre - à part bien sûr les lettres de motivations ! A part en fin d'année, une petite carte de voeux... et encore ! L'écriture, même si elle ne voyage plus, reste pourtant le vaisseau le plus formidable qui soit pour se lancer dans l'aventure personnelle d'une exploration au long cours, celle de sa propre personne. Ecrire, c'est poser le monde, son monde et l'observer sous toutes ses coutures. L'écriture cursive prend alors la forme de collines et de vallées, de pics et de nuages, le paysage de pensées aussi subtiles que personnelles... 

Cette écriture cursive fait de nous des artistes, traduisant le monde des rêves en une réalité chahutée, empreinte et gravée pour l'observer dans un temps coupé et interrompu. Avez-vous remarqué comme l'écriture stoppe l'écoulement du temps, comme elle renforce le sentiment de présence, comme si l'encre prolongeait notre expérience physique pour honorer le mouvement de notre main et le célébrer pour l'éternité.
Je ne connais pas mieux que l'écriture pour prendre de la distance, discerner, réfléchir... dans plusieurs dimensions, que dis-je, dans toutes les dimensions... Alors si plus personne n'apprend à écrire de façon manuscrite, ces dimensions resteront bien ternes, exprimées en caractères binaires. Ceux qui se souviennent garderont le privilège de voyages insensés, ceux qui nous rapprochent tant de nous, de nos sentiments, de nos émotions, de nos sens...

Je ne sais pas s'il s'agit d'un progrès de l'humanité de savoir aller vite, de ne rechercher que le plaisir à consommer, se concentrer uniquement sur "l'essentiel", de stocker des informations selon les modèles bien pensant... prendre des notes, pour quoi faire du reste, quand wikipédia se souvient de tout à notre place, tout est tellement plus simple quand il s'agit juste d'aller chercher l'information là où elle se trouve... L'écriture cursive, c'est le cimetière des éléphants, les idées, les concepts y retournent pour que l'on garde, tous, quelque part, une trace, un endroit dont nous connaissons intuitivement l'existence, c'est peut-être là que se crée la mémoire collective, celle qu'ont perdu, petit-à-petit les habitants de Macondo

Nos ancêtres les plus anciens faisaient preuve de créativité et d'abstraction
Dessin par un homme de Néandertal


Quel rapport avec le coaching emploi...? Me direz-vous... 
Puisque je considère l'écriture cursive comme un véritable moyen d'explorer ses propres territoires, connus et inconnus, nous retirer cette liberté en détruisant sa transmission et son enseignement, nous prive d'un droit fondamental... penser et agir par nous-même, sans obéir à aucun cadre, retrouver le pouvoir créateur par l'écriture, le pouvoir de décider quelles intentions nous manifesterons dans nos vie uniques...
A vos stylos !

Lire aussi :




Merde, j'aurais du m'écouter...!

Ecouter son intuition


L'intuition a un gros défaut, elle n'est pas vérifiable immédiatement... Elle se transforme alors chez certains en doute, en hésitation, en attente, en phase d'observation. Nous ne reconnaissons pas dans l'instant, la valeur d'une petite voix (peu audible du reste) et cela est vraisemblablement du à notre éducation, à notre culture. 
Vous souvenez-vous, quand vous étiez enfant, lorsque spontanément vous affichiez une franchise désarmante en posant la question qui tue, en abordant innocemment, le thème tabou de la famille. Souvenez vous du regard noir,  injecté d'éclairs de vos parents, vous suppliant silencieusement de vous taire ou de disparaître sous la table... Cela vous rappelle quelque chose ? 

Eh bien, vous compreniez alors immédiatement qu'entre ce que vous aviez perçu, compris, capté et ce que vous pouviez en faire - comme l'exprimer par exemple - il y avait un je-ne-sais-quoi qui mettait en danger et qui méritait amplement d'être validé par les parents avant d'agir. Ce peut être un début d'éducation, de formatage à ne pas tenir compte de sa petite voix, ou en tout cas, d'émettre très rapidement une série d'alertes pour éviter toute complication.

renforcer son intuition
Ecouter sa petite voix

Aujourd'hui, nous sommes de grands enfants. Des adultes, quoi. Notre petite voix fonctionne toujours, elle capte dans l'environnement des informations que nous étouffons ( au choix) dans ce que l'on appelle : 

"les faits, le réalisme, le cynisme, l'ironie, le manque de confiance, la fatalité, le déterminisme, la peur de nous tromper, le rationnel, la logique, l'esprit cartésien, le monde des bisounours, la névrose, la pathologie, l'incapacité, le non-mérite, la sanction, l'impossibilité, l'incapacité, la dépression, l'obéissance, le conformisme... j'en passe, et des meilleurs !" 

Cela vous dit quelque chose ? 
Pourtant, même si nous n'écoutons pas notre intuition, il nous arrive de la vérifier par la suite et de constater, dépité et légèrement honteux, que l'on avait initialement bien raison... Notre première idée, impression, flash... était la bonne.
Mais alors, sommes nous dépourvus d'intuition ou de capacité à lui faire suffisamment confiance pour l'écouter davantage et en tenir un peu plus compte ? 
Personnellement, j'opte pour la deuxième version, et celle-ci repose entièrement sur l'estime de soi et la connaissance de soi.

Une bonne façon de se familiariser avec son intuition, c'est de la noter, systématiquement, puis de la vérifier, le cas échéant. Cela contraint à reconnaître en soi une véritable capacité à ressentir les ambiances, percevoir l'invisible, entendre l'inaudible... bref, à mettre ses capteurs en éveil et s'en servir !

Vous constaterez peut-être, combien votre petite voix est en harmonie avec ce qui est essentiel pour vous, comme vos valeurs par exemple... oh, pas celles que votre éducation vous demande d'appliquer à la lettre, non, non, les vôtres ! Celles qui n'entrent pas dans le jugement du bien et du mal ! Les vôtres, celles que vous suivez instinctivement parce que c'est plus fort que vous... celles qui parfois se contredisent (comme la générosité et l'attirance pour le résultat), celles qui nécessitent une bonne dose de sagesse et d'acceptation pour les vivre pleinement et les honorer. Connaissez-vous vos valeurs ? Tout ce qui vous guide, et qui créé le stress ou le sentiment de confusion lorsque vous leur tournez le dos ?

L'intuition n'est rien d'autre que la reconnaissance de tout ce qui vous anime, de ce que vous êtes, de tout ce que vous captez. Alors dans ce cas, suivre son intuition, c'est exercer son intégrité la plus totale et rester fidèle à soi, à ce qui compte vraiment, sans craindre de se tromper, ni de subir le regard des autres... 
Envie de tester ? Notez dans un beau carnet tout neuf toutes les impressions qui vous traversent, vous aurez rapidement l'occasion de les vérifier. Chiche !

Lire aussi :


Misez tout sur vous !

Attendre un miracle ou agir ?


Entre nous, qu'avez-vous fait, très récemment, pour vous améliorer dans un domaine, quel qu'il soit ? Qu'avez-vous mis en place pour augmenter votre valeur, celle que vous vous reconnaissez ou celle que l'on vous attribue ? Faites-vous en sorte de progresser, d'apprendre, de développer votre savoir faire, vos aptitudes, vos idées, vos qualités... ou vivez-vous sur vos acquis, cette fameuse expérience que rien, ni personne ne remet en cause ? 

Bonne question, n'est-ce pas ! Je suis parfois étonné d'entendre parler d'ennui au travail, de manque de reconnaissance, d'une absence de motivation, d'intérêt chez des personnes qui ont oublié d'investir sur eux-mêmes pour augmenter à chaque instant leur propre valeur.

attendre un miracle n'est jamais la bonne solution
Qui misera sur vous si vous ne le faites pas vous-même ?

De quelle façon pouvez-vous enrichir votre quotidien, y compris au travail ? Avez-vous formalisé une approche qui puisse vous mettre en mouvement, une stratégie personnelle d'évolution, de maîtrise ? Emportés par la routine, le poids des habitudes, il nous arrive d'oublier les raisons pour lesquelles nous étions jadis enthousiastes, conquérants de nos vies, heureux de nous lever chaque matin. Cet oubli nous coûte cher. Très cher même. D'abord à titre personnel, il creuse le lit d'un fatalisme poussiéreux, nous rendant dépendants de situations non choisies, subies, ferment d'une santé relative, chétive et faible, il nous écarte de toute énergie vitale, de toute lucidité, de toute responsabilité également, puisque nous attribuons bien volontiers notre immobilisme (souvent professionnel) aux autres, au chef de service, au manager, au patron, à l'entreprise en général, à la société aussi... "Personne ne me comprend...".


Investir pour soi


Mais au fond, ne pourriez-vous pas vous (ré)approprier ce sentiment de progression, d'avancée, de mouvement ? Ne peut-il pas aussi (d'abord) exister en vous ? Comment investissez-vous sur vous ? Et si vous ne le faites pas, pourquoi les autres devraient ils l'assumer pour vous ? Vous l'avez compris, n'attendez pas la reconnaissance si vous même ne vous engagez pas - un minimum - dans la progression de vos compétences.

Je vous propose, rien de moins, de créer un futur ambitieux, basé sur votre propre valeur en vous posant à chaque instant, la question suivante : en quoi cet évènement contribue t'il à me faire progresser ? Cette question est fondamentale puisqu'elle vous oblige à envisager une expérience - quelle qu'elle soit - sous l'angle de son apport, de son contenu, de sa richesse davantage que sous l'angle de la sensation qu'elle vous procure. Un échec n'est plus seulement désagréable, il devient la base d'une réflexion, d'un approfondissement des acquis, un apprentissage nouveau, très enrichissant.

Parier sur soi

Pour développer ces capacités, je vous recommande de ne plus attendre et d'investir - enfin - MASSIVEMENT sur vous ! De quelle façon ?

  • Restez connectés, inspirés. Branchez-vous uniquement sur les personnes qui vous tirent vers le haut, celles qui sortent de votre zone de confort. Observez vos mentors, lisez leur expérience, vivez leur histoire, respirez leur air... Retrouvez toutes les énergies dynamisantes, celles qui vous procurent tonicité, force et motivation... Ces énergies n'ont rien à voir avec votre travail ? Pas grave, vos lectures quotidiennes, vidéos inspirantes, conversations (ayez pour objectif de partager ce que vous venez d'apprendre !) nourrissent et maintiennent le feu sacré en nous, cet élan intérieur surgissant du fond de votre coeur, avec toute la puissance de votre motivation. En coaching, nous travaillons sur les fameux parasites (dans nos relations, dans notre façon de vivre...), tout ce qui nous écarte de l'énergie phénoménale qui est en nous.
  • Développez votre expertise, constamment, à chaque instant... Sollicitez les formations, lisez, apprenez tout ce que passera sous vos yeux. Souvenez-vous de cette question fondamentale : qu'avez-vous appris aujourd'hui ? Listez chaque soir, scrupuleusement la somme de petites et grandes choses acquises, expérimentées, entendues au fil des jours... Vous serez surpris à quel point l'ennui que vous décrivez n'est qu'une vue d'esprit et combien, chaque instant regorge d'apprentissages formidables et porteurs de projets. Hey, si vous avez une expertise, une passion, une priorité, renforcez-la immédiatement, payez-vous des formations, avec votre propre argent, n'attendez pas je-ne-sais-quelle-autorisation de votre employeur ! C'est cher une formation ? C'est le prix de deux ou trois restaurants, d'un costume, d'un sac à main, d'un meuble que vous pourriez revendre, c'est le prix d'une dizaine de dvd, d'un demi i-phone, quelques paquets de cigarettes, quatre séances de psy... bref, tout est relatif, pensez à tout ce que vous avez dépensé le week-end dernier qui n'enrichit pas forcément votre valeur.
  • Sachez relever la tête, en vous concentrant sur les faits par exemple, en évitant d'interpréter ce que vous ne savez pas... STOP, arrêtez-vous, parlez, échangez, engagez un coach emploi et mettez en perspective les trésors qu'il vous appartient dorénavant d'observer et d'apprécier. L'immobilisme entraîne l'émergence de pensées sombres, lancinantes, ruminantes... Favorisez la prise de distance en investissant votre temps autrement, en apprenant à ne rien faire, en aimant ne rien faire sans jamais avoir l'impression de vous ennuyer. Apprenez à relativiser en développant votre capacité à prendre du recul et à envisager votre situation différemment. Apprenez à ne plus saboter votre incroyable potentiel et construisez votre véritable projet professionnel.

En général, tout le monde est d'accord avec ce que je viens d'écrire et pourtant, peu le font réellement.  Si cette situation vous touche, vous concerne, parlons-en très rapidement, tout de suite même, ne replongez pas dans l'auto-sabotage, il se peut que demain soit enfin, le premier jour du reste de votre vie. Chiche !


Mes 25 bonnes raisons de lire une histoire à mes enfants

"En ce moment, je n'ai le temps de rien, je ne vois même pas mes enfants grandir !". 
Vous est-il arrivé de vous dire que nous passons bien trop peu de temps auprès de nos enfants, de constater subitement que votre "petit dernier" est en train de changer, qu'il grandit incroyablement vite ? Bien sûr, les sollicitations diverses, le rythme de nos vies professionnelles, les temps passés dans les transports en commun ou dans nos véhicules, nous écartent immanquablement de ce qui le compte le plus pour beaucoup d'entre nous. Seulement voilà, il y a un temps qui ne se rattrape pas, c'est celui que l'on consacre à nos proches. Ce vrai temps de présence, profond dense, extraordinairement riche qui nourrit à lui tout seul les plus belles motivations qui nous poussent à courir...

Je suis peut-être comme vous, me réveillant parfois subitement d'un rêve non maîtrisé, rêve qui accélère le temps et raccourcit les relations, un réveil brutal qui se résume par un...

"j'aurais du passer plus de temps avec mes enfants..."

Sur cet amer constat, j'ai détecté un moment particulier dans mes journées, un moment privilégié que rien ne remplacera jamais, un moment que je souhaite partager avec vous qui se résume à une dizaine de minutes quotidiennes. Pas n'importe quelles minutes, il s'agit du temps que je consacre à la lecture d'une histoire à mes enfants.

Nous avons chacun des journées chargées, orientées autour de "priorités" subjectives qui nous alimentent en aventures, perspectives, projets, stimulations, excitations... Un tas d'évènements qui excusent notre non-présence et la difficulté à être dans le présent pour lâcher l'ailleurs.

Le développement personnel et la lecture d'histoires aux enfants
Petit Clown et la Ballerine

Il est 20h40, je suis confortablement installé sur le lit de ma petite dernière, elle est blottie dans mes bras et je lui lis une histoire, à voix haute, sautant, c'est vrai, quelques pages parfois, pour aller plus vite mais me rendant bien compte que ce moment n'a pas de prix et qu'il devient un élément essentiel de la personne que je deviens. Je vous propose de lister avec moi tous les bienfaits de ce temps de lecture, un temps suspendu entre le rêve et la réalité, un temps à part, dans lequel peut-être, je découvre dans l'oeil de ma fille la personne que je deviens :


  1. Dix minutes de lecture d'une histoire à mes enfants constituent l'un des plus puissants facteur de détente que je connaisse.
  2. Je réalise que je fais l'effort d'être compris, l'effort de bien communiquer.
  3. J'entends et j'écoute ma voix, veillant à exprimer le plus justement possible les intonations imaginées par l'auteur du livre... Je vis l'histoire, je rêve éveillé.
  4. Lorsque je lis le petit Clown et la Ballerine, je ne pense pas à mon client, ni à mon patron... Je pense au Clown qui essaie de séduire la Ballerine...
  5. Dans le regard de ma fille je sens une intensité formidable, elle me connecte à l'instant partagé et je goûte pleinement, dans le bon rythme cet instant magique...
  6. C'est vrai qu'il m'arrive de sauter des pages, mais souvent, je prends le temps, je lis calmement, doucement, posant ma voix le plus délicatement possible, à l'exact opposé de ma façon de parler à ce fournisseur récalcitrant avec lequel je n'arrive à rien...
  7. C'est plus fort que moi mais quand je lis une histoire, j'essaie aussi de me concentrer sur la petite pression de la tête de ma fille sur ma poitrine... Je suis à la fois dans la lecture et dans mon corps et cela ne m'arrive pas si souvent que cela dans une journée...
  8. Moi qui ne retiens aucune blague drôle, il y a au moins deux livres que je connaisse par coeur !
  9. Toutes les lectures me renvoient au petit garçon que j'étais... Du coup, je pense à ce qu'il aurait dit sur l'adulte que je suis devenu, j'espère que je ne le déçois pas, en tout cas j'y pense et je fais tout pour être à la hauteur de ce qu'il imaginait,
  10. Ce ne sont que dix minutes, mais elles sont consacrées à une unique personne, de vraies minutes qui pèseront lourd pour nous deux, toute notre vie,
  11. Lorsque je lis une histoire, les silences ont autant d'importance que les mots, je ne cherche pas à occuper le temps ni l'espace, il est comme l'écrin du plaisir que je ressens,
  12. Lire une histoire, c'est un superbe prétexte pour échapper à la vaisselle,
  13. Les enfants ont toujours des questions importantes, des réflexions simples, essentielles, ils perçoivent une réalité immédiate, évidente que nous oublions souvent de relever à force de la compliquer,
  14. Lire une histoire, c'est aussi regarder des images, de beaux dessins, quelque chose de raffiné, d'élégant, très différent des milliers de mails que je traite au cours de l'année, un espace de douceur "dans un monde de brutes",
  15. Avez-vous remarqué que de se sentir dans le présent, en vie, cela permet de mettre de côté le stress, les idées sombres et tout ce qui nous a "bouffé de l'énergie..."
  16. Quand je suis confronté à une situation anxiogène, je me rattache parfois à une image poétique, une expression lue la veille, et je rigole silencieusement, cela m'aide à relativiser la situation,
  17. Les histoires donnent des idées aux rêves, aux miens et plutôt que de rêver à je-ne-sais-quel avion manqué, je rêve de cirques ambulants, de pains d'épices, de petits cailloux...
  18. Les lectures enfantines ont un effet incroyable sur ma créativité en séance de brainstorming... Je suis devenu le plus fort au "imaginons qu'il n'y ait aucune limite !"
  19. Mon quota de tendresse est préservé. La tendresse que je donne bien sûr, mais aussi celle que je reçois.
  20. Je me sens plus utile à lire une histoire qu'à faire réviser les tables de multiplication (surtout celles de 6 et 7 !)... en tout cas, je m'énerve moins. 
  21. Il n'est pas rare que mes autres enfants nous rejoignent, comme attirés, aimantés par l'ambiance, les vibrations... La lecture d'histoire créé un champ électromagnétique formidable, celui qui amplifie les bonnes ondes.
  22. La lecture marque le démarrage de ma soirée, j'ai un "avant" et un "après" qui ponctue à merveille mes journées,
  23. Je ne connais pas mieux que la lecture - sous toutes ses formes - pour développer mon empathie et ma sensibilité.
  24. C'est pendant les moments de lecture et de décompression que me viennent les idées les plus géniales (si, si, géniales !) - c'est souvent à cet instant que je saute des pages pour me dépêcher de noter mon idée.
  25. J'espère que les lectures d'histoire font du bien à mes enfants ! Et si ce n'est pas le cas, pas grave, moi, cela me comble !

Voilà les raisons pour lesquelles j'aime lire des histoires à mes enfants, dix minutes chaque jour, pas plus ! Vous avez compris qu'elles équilibrent à elles-seules les 1430 autres minutes de la journée, je crois qu'il s'agit là de l'un des meilleurs "rendements", "investissements" qui rend sacrément vivant. Et vous, comment sont vos moments de lecture ?

Lire aussi :
- Mes 30 bonnes raisons d'avoir quitté Paris
- Nos rêves d'enfance
- 30 raisons de ne pas vivre chaque jour comme si c'était le dernier

Créer de la motivation en entreprise ou l'organisation apprenante

Ah... les joies de l'audit, celui qui valide le bon respect des process. Des mois de préparation, des contrôles internes, d'interminables feedbacks sur les "écarts" nécessitant une action immédiate pour être prêt le jour J et obtenir la certification ou du moins contribuer à son obtention... Que de stress, de révisions, d'explications préparées pour justifier d'une pratique, argumenter ses décisions auprès de contrôleurs assermentés qui passent au tamis l'ensemble de votre quotidien professionnel.... 

Beurk... L'horreur totale, obéir à un système d'une lourdeur implacable qui explique par exemple - comment engager une dépense de quelques dizaines d'euros, quels formulaires internes remplir, comment conduire des entretiens de fin d'année, quelles questions poser à ses clients, comment s'adresser en interne à son bureau d'études, etc, etc... J'en frémis encore, me souvenant combien le sentiment d'être soumis à un système aseptisé l'emportait sur toute notion d'utilité, d'intelligence et de service à mon employeur. Quel gâchis !


Beaucoup d'entreprises ploient - volontairement - sous ces fameuses procédures, ces dernières qui n'ont qu'un seul véritable effet, celui de voir des organisations parallèles, très discrètes, qui n'ont pour but que de contourner les règles afin de maintenir l'entreprise en état de marche. Ces arrangements, ces "petites tricheries", ces mensonges entre soi, constituent des actes de résistance interne, de la résistance à la bêtise. Pourtant, ils ont un impact sur l'organisation. Un impact moral d'abord, un pacte avec le diable, ce sentiment d'agir contre le système établi, celui auquel l'on participe chaque jour en intégrant l'idée que la réalité des chiffres et des procédures - a priori - bien respectées n'est qu'une figure de l'esprit, un mensonge absolu, mais nécessaire, auquel il est recommandé de se prêter.

Ce type de management, très courant et répandu, notamment dans nos grandes entreprises, valorise le résultat, le respect d'un engagement, conforme à ce qui a été décidé "avant". L'erreur est bien là, valoriser le résultat (qui encore une fois, n'est pas tout à fait le reflet de la réalité) c'est traiter l'ensemble des collaborateurs de l'entreprise comme des enfants ramenant une bonne note de l'école... Bravo, tu as une bonne note ! La réalité, c'est que tu n'as rien compris à ton cours, mais tu es capable de le répéter, du moins, le jour de l'évaluation... Aimez-vous être traités comme des enfants ? 

L'entreprise, celle qui entreprend, a pour première fonction de créer un cadre dans lequel chacun évolue et se déploie.. Cela s'appelle une organisation apprenante. J'apprends de mes expériences, de mes tests, de mes initiatives... J'apprends parce que je suis inspiré... L'inspiration est au coeur de ce système, et cette inspiration n'a rien d'un process. Elle passe par la responsabilité et l'encouragement à l'initiative, à l'effort, à la contribution pour le bien commun.
Chers entrepreneurs, je ne peux que vous inciter à passer moins de temps sur le référencement et l'organisation de vos procédures internes, et à davantage mobiliser vos équipes autour de l'initiative, du droit au test, à l'erreur si l'on veut... Cultivez l'entraînement à l'échec, apprenez de vos expériences et initiatives extérieures au manuel de process.. C'est cela une organisation apprenante qui mobilise ses collaborateurs autour d'une vision dynamique, et motivante. Le contraire de ce que je constate dans nos entreprises, le contraire de ce que vivent tous les managers et dirigeants que je coache, y compris en coaching emploi.

Lire aussi :
- L'art du compliment et de l'encouragement
- La simplicité et le management
- Les procédures tuent l'initiative et la créativité

Process de recrutement : l'obstination suicidaire d'appliquer le principe de précaution

Prise de risque


Il ne vous a pas échappé, que bon nombre d'influenceurs économiques font l'apanage de la prise de risque et des vertus de l'échec. Pour réussir, il est souvent utile et formateur d'avoir tenté, testé, essayé mais aussi échoué. Les coaches, mentors, relatent les expériences d'illustres entrepreneurs, qui, à force de travail, de prises de risques, d'échecs aussi, sont parvenus à se hisser au firmament de la gloire. Vous connaissez certainement Michaël Jordan, célèbre basketteur dont s'inspirent bon nombre de managers 

“j’ai manqué plus de 9 000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matches. 26 fois, on m’a fait confiance pour réaliser le tir gagnant à la fin d’un match et je l’ai raté. J’ai échoué, échoué et encore échoué dans ma vie. Et c’est pourquoi je gagne” 

Mais aussi Thomas Edison inventeur de l'ampoule et ses 10000 tests qui n'ont pas fonctionné : 

"Je ne me décourage pas car chaque tentative infructueuse qu'on laisse derrière soi, constitue un autre pas vers la réussite" 

Tous ces modèles sont consacrés par les gurus du marketing et du développement personnel, tous inspirent... 


le recrutement a tout à apprendre de ceux qui prennent des risques
Le recrutement n'est pas un risque


La peur de l'échec

Dans le monde du recrutement, c'est l'inverse. On hait l'échec. On ne le supporte pas, on le déteste et aucune prise de risque ne semble l'emporter sur tout projet de recrutement. 

La prise de risque dans le cas d'un recrutement, c'est admettre qu'un profil non imaginé, non projeté, non recopié, non façonné au préalable soit tout à fait en mesure de "faire le job". Du coup, de nombreuses solutions tendent à limiter "la prise de risque", à commencer par des assurances "anti-échec" comme les tests de personnalité, de bons placements "pépères" qui certes ne créeront pas d'étincelles mais ramolliront à tous les coups les envolées vers les sommets jusque là jamais atteints. 

Zone de confort

Le recrutement est sclérosé, totalement incapable de favoriser la prise de risque en sortant des sentiers battus, en créant sans cesse des recettes de profils qui génèrent, bon an mal an, les mêmes résultats.
Le paradoxe réside dans le fait que le futur collaborateur sera encouragé à prendre des risques, à sortir de sa zone de confort, à tester, améliorer ses approches pour contribuer au développement de l'entreprise. 
Le profil recherché est un aventurier, capable de sortir du cadre, de changer les règles, mais surtout... bien conforme à ce qu'on lui demande : ne faire prendre aucun risque au recruteur.

Lorsque je lis qu'un licenciement est toujours un échec, une épreuve douloureuse qu'il convient d'éviter par humanisme d'abord, puis par intérêt, je constate que dans certains cas, le licenciement est également une véritable opportunité pour le salarié, celle de le délivrer d'une situation dans laquelle il se sentait probablement mal. Nous sommes bien d'accord, 

le licenciement dit toujours quelque chose sur les capacités d'un salarié à accomplir sa mission, mais il dit aussi de façon criante qu'il y a eu une erreur dans le recrutement...

... et cela, si le recruteur pouvait l'éviter...

A l'heure où nos DRH envoient leurs managers suivent des cours de leadership, des stages intensifs destinés à renforcer la capacité décisionnelle, à sortir du cadre, à innover, à envisager la notion d'échec sous un nouveau jour, etc, etc... je constate combien leur propre comportement, leur stratégie (qu'elle soit numérique ou non) va à l'encontre de tout ce qu'ils rêvent de mesurer et d'accomplir au sein de leur établissement. 
Ils recrutent selon un process référencé (bien rangé dans le manuel des procédures) des candidats répondant à un profil "secure"et les envoient immédiatement en stage commando pour apprendre à renforcer leur posture, leadership et tous les mots à la mode qui font l'éloge de l'esprit entrepreneurial.

Le DRH est-il vraiment un stratège ?

Lorsque le DRH se positionne - généralement lui-même- comme "fin" stratège du développement de l'activité de l'entreprise, j'attends de lui qu'il sache apporter de nouvelles solutions, audacieuses, risquées peut-être, qu'il ose pour son entreprise de nouvelles démarches, qu'il tente, par tous les moyens, de créer un appel d'air, de tester, d'entreprendre, y compris, et surtout, en admettant une bonne fois pour toutes que l'échec fait partie de l'expérience.

Et au fond, que serait la réussite d'un recrutement dont on aurait annulé toute prise de risque... Un "recrutement moyen", insipide,  qui ne serait pas dénoncé durant la période d'essai ? Plaçons nous dans une perspective à plus long terme, non pas dans le temps de la responsabilité du recruteur mais bien dans celui de la vie de l'entreprise... 
Pensez-vous réellement qu'un recrutement "comme tous les autres" soit aussi porteur de résultats positifs au bout d'une dizaine d'années, ne pensez-vous pas qu'au bout du compte, ce recrutement "assuré" coûte une véritable fortune à l'entreprise ?

Ce n'est pas l'erreur de recrutement qui coûte cher, c'est l'obstination suicidaire des recruteurs à appliquer le principe de précaution dans leurs stratégies.


Proposition de valeur

Dernier point, j'invite les cabinets de recrutement à réfléchir sur cette fameuse notion de prise de risque, sur la peur de l'échec, eux-mêmes qui utilisent toutes formes de solutions pour en limiter les contours, revendent parfois des formations aux managers pour les transformer en entrepreneurs... Et vous, quel genre d'entrepreneurs êtes-vous ? Ne vendez-vous que de l'assurance ? Ne pourriez vous pas valoriser votre activité en intégrant et assumant cette part de risque, cette acceptation de l'échec qui a tant fait pour l'humanité ? 
Peut-être est-il grand temps de revoir vos arguments commerciaux et de mieux maîtriser vos argumentaires et propositions de valeurs pour vous différencier et contribuer, de façon concrète au vrai développement de vos clients.

Je coache de nombreux recruteurs dans leur positionnement professionnel. Si vous souhaitez différencier votre activité et vous épanouir dans un vrai rôle de révélateur de talents et de qualités professionnelles, contactez moi, quelques séances de coaching emploi vous permettront d'atteindre vos objectifs personnels et professionnels.

Lire aussi :
- Je n'aime pas les tests de personnalité et je n'y crois pas un seul instant
- Croyez en vos projets aussi fous soient-ils !
- Chômage : accompagnons plutôt les recruteurs !

Burnout : Un cri d'amour

J'accompagne de nombreux clients (pour ne pas dire tous) qui s'interrogent sur leur carrière, sur le sens de leur engagement professionnel mais également personnel. Beaucoup parmi eux ont connu un burn-out, un épuisement total, physique et moral dont ils peinent à se relever, culpabilisant d'avoir stoppé net leur élan et se plaçant dans une perspective jusque là jamais atteinte, celle de la vulnérabilité dans un monde relativement connu. Le poids de la culpabilité revient très souvent dans nos entretiens, la culpabilité de n'avoir su détecter les signaux précurseurs, la culpabilité de s'être écarté de ce qui est bon pour soi, d'avoir mis en danger sa santé, peut-être celle des autres, etc...

Certains décident de "se poser" quelques jours pour reprendre quelques forces et repartir au travail en se promettant de se ménager davantage, de revenir plus tôt du bureau, de moins "tirer sur la corde", de se consacrer davantage à ce (ceux) qu'ils aiment... D'autres, envisagent immédiatement une transition professionnelle plus conforme à ce qu'ils souhaitent, les plaçant dans l'environnement le plus écologique à leurs valeurs, leurs attentes, l'expression de leurs compétences...

Envisager autrement le burn-out 

Le burn-out est souvent associé à une faible estime de soi, entraînant un écart important entre l'accomplissement ou la réalisation de ses besoins fondamentaux et les actes, les faits... Si je ne respecte pas mes attentes, mes besoins, alors, je me place en situation d'estime de soi fragile, ce qui correspond au caractère "le plus prédictif" d'un burn-out latent.
Pour ne rien vous cacher, je n'adhère que partiellement à ce principe... 

Je crois profondément que le burn-out peut aussi être envisagé d'une autre façon, comme un cri d'amour, celui d'un corps malmené par une conscience épuisée. Une véritable déclaration d'intérêt, d'estime de soi, le soi représentant l'ensemble des milliards de cellules qui nous composent, nos organismes les plus subtils, les plus discrets. L'estime de soi est très souvent rapportée à la dimension intellectuelle, consciente, psychique... Le reste ne compterait pas, et pourtant, c'est ce "reste" qui sonne l'alarme et nous tire d'un aveuglement destructeur. L'intellectualisation du burn-out, tout ramener sur le plan psychique est une erreur, cela nous prive du soutien inconditionnel de ce que nous sommes, des êtres de chair et de sang. 
Malgré ses apparences sombres, je considère le burn-out comme une formidable déclaration d'amour, une déclaration à soi-même, pleine d'optimisme et de perspective... Enfin, je vais renouer et redécouvrir ce que je suis en me félicitant chaque jour d'avoir un organisme qui ne me veut que du bien, dans ce burn-out, je me souviens que mon meilleur ami, c'est moi et cela me fait du bien d'avoir enfin l'occasion de m'accorder de la tendresse.

Burn out, cela signifié "brûlé de l'intérieur," cramé, quoi... Eh bien, il est grand temps de considérer que ce qui a brûlé en soi, c'est aussi l'aveuglement et son propre comportement maltraitant, en cela, il peut être considéré comme une manifestation décisive de toute votre personne, une rébellion contre l'insoutenable, un immense cri d'estime de soi.

Lire aussi :

Le drame de l'entreprise narcissique

Je rencontre parfois des entreprises exaltantes... Une énergie folle se dégage de son personnel, de leurs initiatives, de leur comportement, une satisfaction permanente qui s'apparenterait, de loin, au bonheur absolu. 
Pourtant, j'y vois de temps en temps l'émergence d'un cynisme "positif", positif par sa forme et malheureusement pas par son fond, qui rejette toute idée contraire au dogme, à la vision collective. Cela pourrait s'apparenter à de l'autosatisfaction permanente, une foire aux bonnes nouvelles et aux initiatives qui confortent les décisions, les options, la voie à suivre dans laquelle tous les acteurs de l'entreprise sont priés de s'engager - librement bien sûr. Un peu comme si l'on passait au filtre rose l'ensemble des éléments qui constituent le socle décisionnaire de l'entreprise. 

Narcisse - Paul Dubois

A ce petit jeu, je connais un grand nombre de personnes qui se fatiguent... après avoir culpabilisé à l'idée de remettre (secrètement) en question les décisions stratégiques portées par la collectivité. L'aveuglement narcissique de certaines entreprises et de ceux qui les représentent (à tous les niveaux bien sûr) mène à l'endoctrinement, à la mise en avant systématique de stratégies dont le seul but est de révéler la qualité et le talent de cette même entreprise. 

L'image de cette dernière l'emporte au niveau collectif, davantage que sur sa réussite réelle. Je constate de plus en plus souvent, en écoutant certaines conférences d'entrepreneurs, en parcourant les pages d'accueil de certaines entreprises, le décalage entre la réalité du terrain et le discours porté et défendu par l'ensemble des acteurs de l'entreprise qu'ils représentent. 
De petites distorsions, des compromis avec la vérité, de petits arrangements qui déforment la réalité et encouragent de façon subtile ses ambassadeurs (ses employés) à participer au mensonge collectif alors que dans le même temps, elle revendique la mise en avant de valeurs telles que l'honnêteté, le courage, la confiance, la transparence... A l'image de certains de nos parlementaires défendant la rigueur fiscale, l'effort collectif et dont, tout le monde dans leur entourage, connait le comportement déviant. Il y a là plus qu'une dérive, un comportement dangereux et douloureux pour tous ceux qui participent de près ou de loin à son exaltation. 

La réalité du terrain, ce sont des résultats qui mettent en péril l'existence même de l'entreprise, des résultats que chacun, à son poste, à sa mesure, perçoit comme sombres, des résultats rarement exprimés - ou souvent trop tard - qui méritent de revenir à la raison.

Dans l'entreprise aveuglée par ses objectifs irréalistes, forcément très ambitieux, aveuglée par sa "Mission" que d'autres appellent la vision (Changer le monde, libérer les esprits, rendre heureux, etc, etc...), chacun contribue - à sa façon - à entretenir l'illusion, celle de toute une entreprise qui refoule les difficultés et paradoxes internes ou sociétaux. Beaucoup ferment les yeux sur leurs valeurs personnelles, entretiennent le "délire" pour éviter le rejet par un collectif dominant, la mise à l'écart systématique. 

Observez autour de vous, peut-être travaillez-vous pour ce genre d'entreprise, une entreprise qui met en avant ses valeurs collectives et humaines et dont chaque jour, vous constatez amèrement l'écart entre la réalité et le discours... 
La force affichée et mise en avant de certains groupes, entreprises, start ups, dirigeants, révèle au contraire une extrême vulnérabilité qu'un peu de responsabilité, de tempérance et de discrétion, d'encouragement interne à émettre une opinion, de capacité à faire machine arrière et de moins répondre aux sirènes de la vanité, permettront sans doute d'atténuer en regroupant toutes les idées et bonnes volontés, quelles qu'elles soient.

Quelle place les entreprises laissent-elles aux introvertis ?

Quelle est la place des introvertis (30 à 50% d'entre nous) dans l'intelligence collective et le collaboratif à tout crin ? C'est une question que je me pose souvent, tant l'exercice collaboratif semble devenir la solution miracle au bien-être en entreprise et au règlement de situations complexes. Notre monde est collectif et si vous n'adhérez pas au système gare à vous...

Selon certains, rien ne remplace la force d'un élan collectif, 1 + 1 = 3, l'échange, la mise en commun, la transparence, le décloisonnement, la responsabilisation par l'environnement et l'écosystème, la quasi immédiateté des traitements de réponses, l'open space, l'intranet, les CRM, les discussions instantanées sur messagerie, les groupes de discussion... tout cela abolit les distances entre collaborateurs, entre eux d'abord, mais aussi dans leur propre sphère intime, diluant confusément les barrières entre vie personnelle et professionnelle. 
Ce monde rapide, foisonnant, ultra stimulant, excité, bruyant parfois, cette mise à plat systématique et exposition à ses pairs convient à de nombreuses personnes, c'est du moins ce qu'elles prétendent, tant il est admis que la collaboration et le collectif sont des valeurs humaines, généreuses non égo-centrées. 


Se revendiquer solitaire, introverti, silencieux, timide, est devenu la tare professionnelle : "quoi, tu ne te reconnais pas dans l'intelligence du groupe ?". Je mets en garde contre l'overdose de collaboratif, contre ces travaux de groupe, cette exposition permanente qui éloigne de toute introspection, de toute authenticité aussi ou intégrité... Regardez bien autour de vous, peut-être en vous aussi : où sont passés les introvertis ? Personne n'ose aujourd'hui remettre en cause la force du collectif, les contradicteurs du "dogme pluriel" ont disparu, s'inclinant devant la loi du nombre ou du plus fort. 
Responsabiliser chacun au travers de l'engagement collectif est une erreur, une démagogie réduisant au silence tous ceux qui n'adhèrent pas au fonctionnement collectif et souhaite appartenir au groupe ou - au moins - ne pas en être rejeté... Avez-vous remarqué comme ce sont toujours les mêmes qui animent ou donnent leur avis ? Quelle est la place des autres ? 

Ne trouvez-vous pas qu'il existe un paradoxe incroyable entre deux phénomènes fort présents en entreprises : l'émergence du leadership dans la conduite de projets d'un côté et l'animation collective de ces mêmes groupes de projets...? Comment se fait-il que ces deux grandes tendances cohabitent en premières pages dans tous les catalogues de coaching et de formation de la terre ? Peut-être parce que certains abandonnent leur nature introvertie de peur d'être éjectés par le dogme collectif.

Quelle place laissent nos entreprises "libérées" aux solitaires et introvertis ? C'est une vraie question que je pose, car je suis intimement convaincu que les systèmes de gouvernance collégiaux se privent totalement de la force et de l'intelligence de ceux qui donnent le meilleur d'eux-mêmes dans l'analyse silencieuse, concentrée, dans la réflexion et le calme, dans l'esprit solitaire qui lui, ne répond en aucune manière ni aux pressions hiérarchiques, aux pressions des pairs, ni à la loi du nombre.

Lire aussi :

Conflit relationnel : et si vous faisiez le premier pas?


"Quand mon collègue se décidera à être plus sympathique avec moi, alors j'arrêterai de lui faire la tête" Non mais dès fois ! Vous l'aurez remarqué, j'aurais pu prendre un exemple issu de nos vies personnelles, avec notre mari, notre épouse, nos parents, nos proches... Vous savez ce genre de relation qui fait bien souffrir parce que l'on attend que l'autre fasse le premier pas pour nous libérer du poids d'une relation tendue...

Ce genre de phrase que nous connaissons tous a l'immense faiblesse de laisser l'autre déterminer de notre état, nous rendant totalement dépendant de son humeur, de son comportement... Comme libre arbitre, il y a mieux, vous ne croyez pas ? 
J'ai une question pour vous, et si, faire le premier pas, vous permettait aussi de vous sentir bien ? Et si la générosité de votre comportement, outre l'effet qu'il aurait sur ce fameux collègue, avait également des vertus fantastiques sur votre propre bien-être... Bonne question n'est-ce pas ?

Savoir faire le premier pas
Gilbert Garcin - Les premiers pas - 2003

Ne vous arrive t-il pas de vous réjouir de vous être bien comporté, d'avoir donné quelque chose, de l'argent, de l'attention, du temps, de la façon la plus désintéressée qui soit, comme ça, par pure bonté y compris en faveur de personnes que vous ne connaissez pas et que vous ne reverrez probablement jamais ? Avez-vous constaté comme de faire une bonne action agit également sur nous-même, comme si l'on se libérait de quelque chose, satisfait d'être, sans rien avoir en retour. Comme un soupir d'aise, pour soi. Avoir un comportement généreux pour se faire du bien, ce n'est pas si gratuit que cela me direz-vous... Et alors, au fond, pourquoi me priverais-je d'un comportement qui fait du bien à tout le monde, aux autres commet moi, qui honore mes valeurs, me fait participer, contribuer, aimer, vivre... Le pardon a des vertus bien plus durables et positives que le coup rendu. 

Bien, reprenons... Afin de ne pas dépendre du comportement de l'autre pour vous sentir bien, vous décidez de faire le premier pas. Bravo, belle générosité, bel esprit dont l'immense avantage est qu'il vous procure par la seule action personnelle que vous entreprenez de flatter votre estime personnelle. Pour autant, et vous me donnerez certainement raison, il n'est pas garanti que l'autre personne, souvenez-vous, celle dont vous attendiez le premier pas, ne soit pas exactement dans les mêmes dispositions que vous... Vous faites preuve de générosité, sincère, mais pas elle, pas l'autre : la relation, malgré votre initiative est bloquée, tendue et toujours aussi désagréable.

Le premier réflexe serait alors de revenir en arrière et d'ériger à nouveau le rideau de fer entre vous deux : un coup vous soufflez le chaud, un coup vous soufflez le froid. Pourtant, je ne peux vous inviter qu'à garder le cap sur vos sentiments et besoins, exprimez-les, évoquez vos attentes, votre demande. Avez-vous conscience que vos attentes ne se devinent pas toujours ? Votre ressenti vous appartient et personne ne peut le contester, vous êtes dans la vérité, dans votre vérité et cela créé la sincérité de votre approche. Laissez la place au temps également... la seule chose que vous maîtrisiez pleinement, c'est votre comportement, jamais la réaction de l'autre... 

Ce n'est pas toujours très simple, je le reconnais, mais rien ne vous interdit de prendre un peu de distance et de limiter les rencontres, les échanges et faire en sorte, alors,  de vous préserver d'une relation toxique à laquelle vous avez souhaité apporter une issue bienveillante. 

Managers : quand vous jouez au dur...

"On me considère comme un "tueur" en entreprise, assez distant et très autoritaire… J'ai même appris que mon surnom est "le Sergent"… comme le nom de l'auberge des Thénardier dans Les Misérables*".
Cela ne se voit jamais en entreprise mais Luc souffre de sa réputation, il est peu apprécié de ses collaborateurs, l'ambiance dans le service dont il est responsable est reconnue pour être travailleuse, concentrée, appliquée… silencieuse aussi… mais surtout glaciale. Du coup, les arrêts maladie y sont fréquents, les demandes de mutation nombreuses et les cachoteries deviennent systématiques et pesantes. 
Luc, connu pour ne ressentir aucune émotion, me confie son malaise, sa souffrance profonde, lui qui, tout au fond, est profondément sensible, affecté et touché par les autres. 

Icehotel - Jukkasjärvi


A cet instant, il m'explique son cheminement, le "combat" qu'il a du mener en interne pour faire sa place, lui, l'autodidacte venant de nulle part, pour gagner la confiance de ses supérieurs. Il s'est engagé au delà de ses forces, sacrifiant ses temps libres à la finalisation de dossiers sensibles, engageant toute sa personne au service de l'entreprise, qui du reste, l'a conforté dans son comportement en lui confiant davantage de responsabilité.
"Plus je m'engageais, plus j'étais intransigeant avec moi-même et plus je grimpais rapidement les innombrables échelons de l'entreprise !". Un cercle vicieux dans lequel la récompense des efforts s'appelle l'ascenseur social, une récompense payée au prix fort dans certains cas.

Lors de nos échanges, Luc est l'opposé de l'image qu'il véhicule dans son service. Il est jovial, sensible, courtois, il exprime librement sa sensibilité, baissant - pour une fois- le masque de l'intransigeance et de l'autorité… sa voix s'en trouve même transformée, plus ronde, plus douce, plus souriante également, plus délicate aussi. Rapidement, nous abordons des sujets plus intimes, ses joies, ses motivations personnelles, ses rêves, son enfance, ses craintes, le rejet qu'il redoutait tant chez ses parents, dans sa famille et chez tous les autres… Qu'il baisse la garde à cet instant nous a tous les deux beaucoup ému, son excès d'autoritarisme, sa tyrannie n'avait d'égale que la peur qu'il avait enfouie. L'expression dure qu'il arborait si souvent et depuis si longtemps en entreprise cachait une fragilité, une émotivité dont on l'accusait pourtant d'être dépourvu.

Ce témoignage fait écho à la lecture de "Objectif zéro sale con" ou bien encore "Petit chef ou Vrai patron," livres dans lesquels, ceux que l'on qualifie de "sales cons" doivent être rapidement renvoyés du service pour ne pas nuire à la santé générale de l'entreprise. 
Je comprends tout à fait ce principe que je ne partage absolument pas, (après tout, nous sommes tous les cons de quelqu'un, non ?), mais je défends l'idée que davantage que l'exclusion, une once de compassion injectée dans nos entreprises, permettrait à chacun de vivre pleinement sa fonction, avec émotion (eh oui, j'y crois encore !) et sensibilité sans jeu de rôle stérile (ou jeu de pouvoir) duquel ne ressort aucun gagnant. Je n'approuve pas le comportement de Luc (ni lui du reste), mais au delà de la tyrannie apparente, je perçois une profonde souffrance. Cette souffrance peut faire l'objet de ma compassion, même si je sais que ce mot n'est jamais employé dans le monde de l'entreprise. E,n tout cas, je sais que cette compassion sera toujours détectée par la personne que je considère comme étant "sans coeur".
Et vous, jouez-vous un rôle en entreprise ? Entrez dans les jeux de pouvoir ? Êtes vous la même personne dans la sphère personnelle et au bureau ? Que se passerait-il si vous étiez "authentiquement vous" dans l'entreprise, que pourriez-vous craindre ? 

J'accompagne de nombreux managers dans leur cheminement professionnel, n'hésitez pas à me contacter au 06 51 75 66 05, quelques séances de coaching emploi constituent une opportunité formidable  d'observer sa carrière sous un nouveau regard. Haut Les Coeurs !

Lire aussi :

* L'auberge des Thénardier s'appelle "le Sergent de Waterloo"

La mauvaise humeur est aussi positive !

Tout le monde il est beau

Tout le monde fuit les grincheux, c'est connu ! Celui qui peste, grogne, fait la tête, soupire, gémit, exprime sa colère n'est pas forcément le compagnon rêvé, pourtant, les faits sont là, celui que nous fuyons comme la peste a probablement un esprit d'analyse et de concentration supérieur à tous les joyeux lurons que nous sommes, il obtient globalement de meilleurs résultats - cela me fait tout bizarre d'écrire ces lignes après avoir défendu l'éclat de rire !

Mince alors, y aurait-il des aspects positifs à entretenir une pensée négative ? Puis-je arrêter de culpabiliser si je ne me lève pas gai comme un pinson, irradiant de bonheur et de bonne humeur ? A l'heure du développement de la pleine conscience, de la méditation et du développement personnel contemplatif, j'ai le regret de vous informer que les ours mal léchés se concentrent plus facilement et observent avec davantage d'attention ce qui les entoure. La décontraction positive altère sensiblement notre capacité d'attention… 

et si la mauvaise humeur nous apportait son lot de bonnes choses ?
Les vertus de la mauvaise humeur

La morosité, le "grinchisme" décuplent naturellement notre vigilance, remettant en cause, ou doutant de la certitude par scepticisme ancré. Soyez sceptique et observez votre comportement : n'est-il pas plus réfléchi ? Plus lent ? Plus adapté et précis ? 

L'état d'esprit positif entraine une baisse de vigilance et d'attention, c'est probablement l'un des aspects les plus négatifs à cet état si clairement plébiscité ! La mémoire se dilue davantage et s'éparpille risquant d'entraîner la création de souvenirs faussés ou inexacts. Le grincheux, sceptique se laissera alors moins manipuler, demandant une argumentation solide pour prendre sa décision. Entre nous,

Steve Jobs appartenait il au monde des joyeux...?


Dans le monde professionnel, la mauvaise humeur peut être un atout déterminant - je sais, je ne vais pas dans le sens de l'histoire, mais que voulez-vous, tout comme vous, il m'arrive de rencontrer un nombre très important de personnes grincheuses. Selon les études de J. Forgas*, la construction d'une stratégie nouvelle, la remise en question de principes sclérosant sourirait davantage aux grincheux de tous poils. Arrêtez de lutter systématiquement contre la sinistrose, peut-être peut-elle nous apporter davantage que nous ne l'imaginons. Bien sûr, je ne parle pas d'état dépressif, pathologique, mais juste de ces accès de mauvais humeur qui nous culpabilisent tant dans cette société où le conformisme se veut forcément positif (l'économie de marché est du reste basée sur cet état d'esprit positif… quitte à prendre des risques spéculatifs abyssaux parce que l'on croit en l'idéologie positive) !

Dans nos entreprises de "winners", je croise bon nombre de commerciaux qui savent pertinemment qu'ils n'atteindront jamais les objectifs fixés par les actionnaires. "Nous allons droit dans le mur, mais il vaut mieux montrer qu'on y croit, sinon c'est la porte, surtout en ce moment !"… Alors, ils se rendent en masse en séminaire de coaching, en formation, pour "apprendre" à atteindre leurs objectifs, et obéissent à l'incantation positive pour, en fin d'année, essayer de comprendre pourquoi leurs objectifs n'ont toujours pas été atteints. Je caricature un peu, je le sais, mais interrogez les managers sur les injonctions paradoxales et vous aurez une idée du pouvoir destructeur de la pensée positive à tout crin.

Accepter et reconnaître


Il se peut qu'une dose de scepticisme soit la clé d'une efficacité accrue. Je n'encourage pas à développer l'humeur négative, mais je n'encourage pas plus à épouser, coûte que coûte, le "politiquement positif". Repartir gonflé à bloc n'est pas la solution la plus efficace, apprenons à détecter dans notre mauvaise humeur des opportunités précieuses d'analyse, dans notre cher scepticisme, une force créative jusque là ignorée et volontairement combattue, un véritable drame… La tempérance, arrêter de lutter pour devenir un autre, accepter ses bons côtés, comme ses facettes les plus sombres semble finalement plus approprié que de se concentrer uniquement sur la magie du positif… 
Un équilibre dans lequel l'optimisme et la motivation laissent parfois la place à la prudence et à la mauvaise humeur apparait fondamentalement plus efficace que toute idéologie positive, assénée de gré ou de force ! N'oublions pas qu'accepter et reconnaître sa part d'ombre est l'une des clés de l'estime de soi, nous engageant dans le cercle vertueux d'un mieux-être, généralement positif celui-là… :) C'est aussi comme cela que je construis mes protocoles de coaching emploi.


Lire aussi :


A quand remonte votre dernier grand éclat de rire ?

Vous autorisez-vous à rire ? Oui, vous avez bien lu la question, vous arrive t'il de glousser, de pouffer, de rigoler, d'exploser de rire, à gorge déployée, de rire comme une baleine, d'être plié en deux, d'être tordu de rire, de rire aux éclats, en vous tenant les côtes, de pleurer de rire, d'essuyer vos larmes de rires en poussant un long soupir d'apaisement, secoué par quelques spasmes difficiles à calmer… :)

15 minutes de marche équivalent à 1 minute de rire :)
À quand remonte votre dernier grand éclat de rire ?

Le rire serait le propre de l'homme selon Rabelais, bien qu'il soit prouvé que nombre d'animaux rient également. En revanche, se forcer à contenir un rire, un réprimer un sourire, à faire "bonne" figure plutôt que d'exploser de rire serait, pour le coup, le propre de l'homme. 
Le rire est une expression de joie, en tout cas, il crée ou entretient un sentiment de joie, or, cette joie est parfois bien contenue (pour ne pas dire réprimée), ou non autorisée dans la sphère personnelle, familiale ou professionnelle… Vous souvenez-vous d'avoir explosé de rire lors d'une réunion de travail ? Pourtant, les occasions sont nombreuses, vous ne croyez pas ? En fait, nous apprenons dès notre plus jeune âge à rire - ou pas - selon les circonstances, selon les endroits. Cet "apprentissage" prend parfois des allures de contraintes, rire n'est pas poli, c'est la marque de ceux qui ne se contrôlent pas, de ceux qui ne maîtrisent pas leurs émotions, de ceux qui se donnent en spectacle… Du coup, grandissant dans une culture aussi contenue, bon nombre de personnes parmi nous n'osent rire, de peur du ridicule et de l'image qui sera véhiculée.

Seulement voilà, dans une société qui raffole des expériences émotives les plus fortes (souvent générées par des comportements extrêmes ou des achats), on en oublie les plus simples : rire spontanément sans crainte d'être jugé. Montrer sa joie de vivre ne passe malheureusement plus que par l'étalage de ses succès sur les réseaux sociaux en oubliant la plus élémentaire des manifestations de joie : le rire.
Nous recherchons toutes sortes de drogues, subterfuges pour nous autoriser à exprimer ce qui est en nous et dépensons des fortunes pour libérer cette émotion innée chez l'homme. C'est dommage, vous ne trouvez pas ? 

A quand remonte votre dernier grand éclat de rire ? Le rire détend et constitue une réserve formidable de bénéfices tant physiologiques que psychiques. Il réunit, soigne, apaise, oxygène, il masse, il stimule, la liste est sans fin… Une minute de rire équivaut à 15 minutes de marche, une véritable réserve d'énergie pour tous ceux qui le pratiquent et pourtant, regardez bien autour de vous, voyez vous des gens rire ? Vos collègues, votre famille, ceux qui vous inspirent ? Vous faut-il un verre (ou plusieurs) d'alcool pour commencer à vous dérouiller et moins craindre le regard de l'autre ? Vous sentez-vous libre de rire ?

Lire aussi :

Chimère relationnelle : "l'autre pense comme moi"

"J'en ai marre de ce mec, il n'a toujours pas compris que j'attends autre chose d'une relation…". Aïe, voilà un couple qui semble bien fragile, des relations difficiles et frustrantes entre adultes responsables. Cela vous rappelle quelque chose ? Pour ma part, cela me renvoie à quelques disputes (rien de grave, je vous rassure !), reprochant à l'autre de se comporter d'une façon inadaptée, répondant si peu à ce que j'imaginais comme étant bon pour notre (surtout le mien) fonctionnement, notre (surtout le mien) épanouissement.

Seulement voilà, je me surprends à attendre de mon conjoint qu'il devine ce que j'ai imaginé, ce que je pense, et alors là, évidemment, je ne connais que la frustration et la colère. Par quel miracle, la personne étant en face de moi (mon conjoint, mais aussi mon collaborateur !…) pourrait elle deviner la teneur de mes pensées, de mes attentes, si à aucun moment, je ne lui exprime clairement… Voilà le drame de bien des échanges tronqués, des jugements catégoriques : 

"je juge celui qui est en face de moi comme étant incapable de répondre à mes attentes et de satisfaire mes besoins"

Nous projetons toutes nos attentes et besoins chez les autres
Chimère relationnelle : "l'autre pense comme moi"

L'autre, mon conjoint, mon collègue,  devient le seul responsable de mon insatisfaction, je l'assomme de critiques acerbes (ou de pensées assassines- gnarf, gnarf), histoire de le réveiller un peu et de lui faire prendre conscience de mon malheur, peut-être réagira t-il… s'il m'aime vraiment (ou s'il comprend combien je suis important)…
A cet instant, tout ce qu'il entreprend est scruté, passé au laser. Je me concentre uniquement sur ses actes, sur ses manquements, sur tout ce qui me sépare au quotidien de mes besoins.

Le besoin n'est pas une valeur. Le besoin nous met en contact avec ce qui manque, intimement, qu'il soit primaire ou secondaire. Tout est question d'intensité, selon l'environnement de la personne, selon notre fragilité aussi.  
Nous avons cette fâcheuse tendance à projeter nos attentes sur les autres, imaginant qu'ils sont animés par les mêmes besoins, notamment relationnels. Je lisais récemment une célèbre étude de Lee Ross démontrant que nous imaginons très, trop, facilement que nos interlocuteurs pensent de la même façon que nous. Cela s'appelle "l'effet de consensus", nous évaluons la conduite des autres à partir de notre propre attitude ou de nos attentes.

Pourtant, nos besoins ne sont pas tellement différents d'un individu à l'autre, nous avons tous besoins de boire, manger, de nordir notre affectivité, etc, etc… (la liste des 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson est ici), ce qui varie entre nous, c'est l'intensité, la forme de nos réponses, de nos cultures et bien souvent, les ressemblances dissimulent complètement les nuances si chères à nos attentes les plus intimes. 
Le dernier point qui pimente la satisfaction de nos besoins, relationnels notamment, c'est que ces derniers fluctuent ou évoluent en fonction de nos expériences personnelles, en fonction de la satisfaction d'autres besoins vitaux (le fait de ne pas avoir peur de mourir de faim par exemple, ou d'avoir un toit sur la tête, permet de se concentrer davantage sur la satisfaction d'un besoin affectif ou relationnel ou encore culturel… Le passage au besoin supérieur ne me parait pas automatique mais disons que l'environnement agit beaucoup sur son intensité).

Selon Marshall Rosenberg, un bon moyen de casser le cercle vicieux de la relation accusatrice, consiste à savoir exprimer :
a- ce que l'on ressent : "je me sens triste…" parce que le ressenti est le nôtre et qu'il n'est pas systématiquement partagé (eh non, le monde n'est pas à notre image !).
b- … à telle occasion : "lorsque je vois que tu n'as pas sorti la poubelle…". Bien distinguer ce qui déclenche le ressenti négatif
c- … puis à exprimer ses attentes, ses besoins : "parce que j'ai besoin de vivre dans une maison propre…" ou "parce que j'ai besoin d'un partage des tâches plus équilibré…", ce besoin là, cette attente est la cause du ressenti négatif, et cette cause nous appartient totalement, pas à l'autre.

Pour résumer, et cela vaut autant dans nos relations personnelles que professionnelles, arrêtons de penser que tous les autres voient le monde comme nous et apprenons à exprimer nos attentes, nos besoins car eux-mêmes sont la seule cause d'un malaise personnel. 
Enfin, si les attentes de l'un et de l'autre ne sont jamais comblées au sein d'un couple, ou dans son emploi, peut-être envisager de mettre un terme à une relation peu épanouissante ! Mais là est un autre sujet !

Lire aussi :