Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


La confiance en soi est un concept de magazine !

"Découvrez tous les trucs pour avoir confiance en soi", "la confiance en soi facile...", "5 minutes par jour pour regonfler votre confiance en vous...!". Vous l'aurez certainement remarqué, nous sommes abreuvés de conseils en tout genre, de livres, de parutions, de magazines nous invitant à ne plus ressentir les effets désagréables d'une confiance en soi en berne...



De mon côté, j'ai l'impression que l'on en fait des tonnes de cette confiance en soi, un véritable dogme, le passage obligé pour atteindre des succès phénoménaux et ressentir la joie éternelle, le bonheur... Dans mon activité, j'ai souvent l'occasion d'accompagner des personnes qui ont tracé un chemin remarquable, une réussite sociale pleine et qui sont parvenues à construire une carrière à faire pâlir d'envie les plus ambitieux... Et pourtant, à aucun moment ces personnes talentueuses aux résultats formidables ne se considèrent comme ayant confiance en elles, bien au contraire, elles mentionnent le doute, la peur, le discernement comme des éléments incontournables à chacune de leurs décisions...

Le manque de confiance en soi ne serait-il donc pas un frein ? Nous aurait-on menti ? La confiance en soi ne serait-elle qu'un concept de magazine ? 

Je crois que cette fameuse "confiance en soi" est un ensemble d'éléments, de paramètres,  de "sous-confiances" disons le, dont l'intensité varie au jour le jour. En gros, elle correspond à une fluctuation ininterrompue de ressentis, de hauts et de bas et ne reste jamais un bloc inerte constitutif de notre personnalité : "Hier j'avais confiance en moi et aujourd'hui, je ne ressens plus cette force...".

Cette sensation de confiance se construit sur différents niveaux, à ce stade, je ne me peux m'empêcher de me référer à Robert Dilts dont j'utilise chaque jour les travaux dans ma pratique de coach (du reste, un grand merci à ICF de m'avoir récemment invité à le rencontrer lors d'un de ses conférences !). Pour faire simple, on pourrait résumer la confiance en soi à une série d'analyses, certaines légères, d'autres beaucoup plus fournies, de paramètres ajustés pour répondre à quatre critères :

1- ... et c'est très terre-à-terre, comment réagit mon corps ? Comment je me comporte à l'intérieur de moi-même ? Suis-je en état de fonctionner ? Ai-je reçu du bon carburant ? Quid de mon pot d'échappement (je suis très automobile en ce moment !) ? Quelques ajustements sont-ils nécessaires à mettre en place, de mauvaises habitudes (boulimie, consommation d'alcool...) à transformer par un petit changement, une reprise d'activité sportive... Bref, rétablir un sentiment de confiance en soi, passe d'abord par répondre aux attentes les plus élémentaires de votre corps ! Nous évoquons ici, une forme de vitalité essentielle à la personne.

2- Connaissez-vous vos valeurs ? Ben oui, avant de vouloir transformer le monde, il est intéressant de (re)conNAÎTRE ses valeurs, la façon dont on souhaite contribuer à ce qui nous entoure. Le stress est généralement exprimé autour de valeurs trahies ou non écoutées : "mes valeurs me disent "blanc" et mes actions, mon comportement me dit "noir" : c'est le grand écart qui me plonge dans le stress le plus inconfortable qui soit !".
Vos valeurs vont orienter vos décisions, vos actions, notamment lorsque vous agirez dans le sens de ces dernières, lorsque vous respecterez pleinement ce qui fait que vous êtes la personne que vous êtes, dans toute vos différences et complexité. Vous comportez-vous de façon intègre à votre personne, répondez-vous à vos besoins ?

3- De quelles ressources allez-vous avoir besoin pour avancer, progresser, continuer à apprendre et construire un chemin qui vous est propre, écologique dans tous les sens du terme. Donner du sens dans l'action, apprendre à se dépasser en explorant le territoire des ressources nécessaires pour accomplir et honorer vos valeurs. Stimulez-vous votre créativité par une curiosité débordante, un désir d'apprendre et de construire de nouvelles compétences ? Bref, avez-vous construit votre confiance en vos capacités et compétences, ce qui vous permet dans un deuxième temps à parfois prendre des risques importants ?

4- Votre aptitude relationnelle vous permet-elle d'exprimer vos émotions, vos motivations et dans le même temps de recevoir celle des autres ? C'est ce que Edward Thorndike appelait l'intelligence sociale, ou cette capacité à entrer en contact (contact dans le sens électrique : "jonction de deux conducteurs laissant passer le courant").

Une analyse, un questionnement sur chacun de ces critères ou niveaux créée le discernement puis la distance nécessaire pour redonner du pouvoir, le pouvoir d'agir par forcément en totale confiance mais souvent avec la conviction que l'on fait face à la réalité en observant ses besoins, ses atouts et parfois aussi ses peurs.
Bref, avoir confiance en soi passerait davantage dans la reconnaissance de ses peurs plutôt que dans la volonté farouche de les étouffer.

3 commentaires:

  1. ah ah ah! c'est fou, j'ai écrit un article sur le concept de la (soi-disant) confiance en soi cette semaine également, même si l'approche est fondamentalement différente, nos idées de base se rejoignent...

    RépondreSupprimer
  2. Merci Pierre pour cet excellent article. Je partage.

    RépondreSupprimer
  3. Voila qui remet en question cette sacro-sainte notion de confiance en soi... Tout n'est pas si simple apparemment, et tant mieux !
    Je suis particulièrement sensible à l'approche corporelle... Que ressentons-nous, quel message nous fait passer notre corps... A ne pas négliger :)

    RépondreSupprimer