Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


S'autoriser à être heureux

"... et si je méritais d'être heureux" ? En voilà une question peu banale, vous ne trouvez pas ? J'ai la chance de rencontrer de très nombreuses personnes issues d'environnement différents, de toutes les classes sociales, de l'ouvrier au dirigeant d'entreprise, du cadre à l'enseignant... et pourtant, nombreuses sont les personnes qui estiment ne pas "mériter" le bonheur, conditionnant leur existence à une série de difficultés sans fin, d'épreuves en tout genre jusqu'à la dernière alerte, généralement lancée par le corps sous forme de maladie, de "clash" ou de rupture totale : "hé coco, il est temps de t'arrêter pour goûter enfin de tout ce qui t'entoure !"
S'autoriser à être heureux 

Existe t'il un fond de culpabilité à se sentir pleinement heureux ? Pour quelle raison préférons nous, parfois, fermer les yeux sur ce qui nous rend parfaitement bien dans notre vie pour écouter davantage les opinions des autres, par exemple en nous les appropriant, en admettant que la pensée commune est celle que je dois suivre. J'ai l'habitude de le dire à mes clients mais nous sommes ce que nous nous autorisons à être et notre vie ressemble toujours à ce que nous en faisons... Quel gâchis parfois de ne pas s'autoriser à laisser entrer le soleil dans nos vies. Le bonheur se conjugue au présent, et il nous arrive de nous apesantir sur le passé, ruminant nos malheurs et décidant de les maintenir dans une actualité sombre et étouffante. 

Changer d'état d'esprit ne se fait pas d'un coup de cuillère à pot, cela nécessite un entraînement (à l'image du programme de remise en forme que je propose lors de mes séminaires de développement personnel), une volonté surtout : celle de décider de concentrer toute son énergie à ce qui est bon pour nous, davantage qu'à ce qui nous ronge et nuit au bien-être. Cet entraînement peut consister à récapituler chaque soir tous les évènements de la journées, toutes les joies, aussi subtiles soient-elles, les bonnes nouvelles, les bons moments, même brefs, tout ce qui a contribué en rendre certains moments du jour plus agréables et positifs. Se centrer sur ces détails, c'est d'abord s'autoriser à les observer, pour ensuite se reconnecter à un sentiment de gratitude, même s'il semble parfois décalé dans un quotidien lourd.
Il ne s'agit pas de ne regarder que le verre à moitié plein, mais d'admettre également que l'autre versant peut apporter équilibre et distance dans une actualité morose. Plutôt que de ne m'autoriser qu'à considérer la difficulté de mon quotidien, je m'autorise aussi à relever tout ce qui fonctionne bien, à quel que niveau que ce soit. De nouveaux sentiments pourront être générés en se concentrant sur des éléments plus positifs, ces derniers auront rapidement une incidence sur votre bien-être.

S'autoriser à être heureux, passe aussi par l'accueil d'une souffrance, le lâcher prise et la reconnaissance d'une difficulté, reconnaissance méritant de la compassion de vous même pour vous-même. Je crois ferment que nous pouvons être notre propre meilleur ami en acceptant nos émotions, en les laissant s'exprimer, simplement, sans misérabilisme mais avec humanité, sans fierté mal placée, sans peur de reconnaître la part de vie et de bonheur à l'instant présent.

J'ai beaucoup voyagé et ai toujours été surpris par la capacité, dans certaines cultures, de personnes plongées dans la misère à reconnaître, dans leur existence difficile, une part de bonheur illuminant constamment leur visage par un sourire aussi profond que sincère. Je vous invite donc à tester cette nouvelle habitude, à reconnaître quotidiennement cette part de vie, de joie, de soleil et à vous autoriser, petit-à-petit à mériter le bonheur... vous m'en direz des nouvelles !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire