Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


La mode du "Happy" en développement personnel

Une bouffée d'oxygène

Que de lignes dans ce blog... Près de 1100 articles ! Des centaines de pages, des mots, des points, des idées, des pensées, des conseils, du coaching emploi... Chaque jour ou presque, j'alimente mon blog, je trouve l'inspiration chez mes clients, dans ma vie et tente, très modestement, de vous restituer une synthèse digeste, un éclairage apportant, je l'espère de tout coeur, une bouffée d'oxygène... Vous me croyez là ?

Allez non, soyons honnête, je n'écris pas du tout dans le but de changer le monde, ni d'apporter ma contribution (je sais un mythe s'écroule), j'écris avant tout parce que je suis heureux d'écrire... ! Et que cela ma fait du bien, me permet de réfléchir, de distancier, de comparer, de ressentir et de mesurer, le pouls de ma vie ou celui de ma passion de toujours : la rencontre avec l'autre, ma propre rencontre aussi.
J'écris par plaisir personnel, j'écris pour moi et tant mieux si cela peut en inspirer d'autres, tant mieux si mes billets peuvent apporter une réponse, un angle nouveau... Mais ce n'est pas mon but premier.

Au nom de cette honnêteté, je dois ajouter une chose. Je ne suis jamais satisfait de ce que j'écris. Non pas par fausse modestie (j'adore recevoir des compliments) mais parce mon blog est limité par l'écran... comme un article dans un magazine est limité par sa page en papier. Vous vous en doutiez certainement...  il manque quelque chose d'essentiel dans mes mots, il manque le doute que je peux ressentir à chaque instant, l'odeur du doute...pour être plus pragmatique... 

Aucun conseil n'évoque le doute, l'interrogation ou le vertige
Sueurs froides


Le doute

Il manque cette dimension impalpable aux conseils que je rédige, la profondeur personnelle d'une révélation, le vertige d'une pensée, d'une compréhension que je comparerais à une forme de nouvelle évidence, se traduisant parfois ... :
 en frisson, en moiteur, en gouttes de sueur... 
Les mots, les miens en tout cas, n'expriment pas, dans le billet qu'ils habitent, l'interrogation permanente, la découverte d'autres mondes, la peur de ne plus maîtriser, ces mots ne révèlent pas :

  • le regard perdu dans une réflexion, 
  • le soupir d'exaspération quand ils limitent la pensée, 
  • la contrariété d'un commentaire négatif, 
  • l'incapacité d'exprimer dans un vocabulaire riche les myriades de nuances qui colorent une idée... 
Lorsque j'évoque sur ces mêmes pages le développement personnel, les mots utilisés oublient la rencontre avec soi, ce choc de sens, la moiteur d'une main, les sanglots de souvenirs effacés. 

Papier glacé

Un article dans la presse, dans un blog ou les conseils couchés sur quelques pages d'un livre de développement personnel ne sentent jamais la sueur, celle que je connais souvent dans mon bureau, face à un client, celle que je devine au téléphone, cette confrontation à une vérité personnelle parfois dérangeante, surprenante, souvent nouvelle. Aucun mot, aussi cru ou  direct soit-il, ne reflète entièrement la portée d'un conseil. C'est à vous de le vivre et de le faire vôtre.

Les conseils en développement personnel ne sont que ce que vous en ferez,

 ...rien d'autre. Je ne reconnais jamais, ni dans mon blog, ni ailleurs, l'intensité d'un échange avec un client.

Chavirement intime

Personnellement, je ne sais pas traduire ces instants de chavirement intime, les miens ou ceux de mes clients, en un article vibrant dans toutes ces dimensions... Et cela est probablement l'aspect qui me dérange le plus... Je vous rassure - non, je me rassure - je n'ai trouvé nulle part ces écrits multi-dimensionnels..
En matière de développement personnel, les mots sont plats, sans réelle intonation, sans grain, sans odeur, quel qu'en soit son auteur. Il ne révèlent pas suffisamment le tournoiement intérieur, l'effondrement de certitudes, la fierté de se rapprocher de soi, la peur, la souffrance...

Le passage dans un après que l'on ne connait pas.

J'essaie d'être le plus "happy", le plus positif, léger possible dans tout ce que j'écris mais la vérité de mon métier et de ce que je souhaite exprimer est davantage ancrée dans un questionnement personnel, une révélation soudaine qui ne provoque que très rarement, pour ne pas dire jamais, des éclats de rire

Le développement personnel que je connais sent infiniment plus le sel de la vie et le silence d'une révélation que le fracas d'un éclat de rire, 

pourtant à la mode... Je ne me reconnais pas dans la "happy" attitude de l'instant si chère aux coachs, le chemin vers le mieux-être est parfois ponctué d'une autre intensité ressemblant davantage au recueillement de se (re)trouver. Personnellement, c'est cet instant magique qui me nourrit !

Lire aussi : 
- Yoga du Rire (parce que je sais aussi faire !)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire