Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


Bob 2021

A quoi pourrait ressembler le monde de l'emploi en 2021 grâce au Big Data ?


Novembre 2021

Allez, c'est reparti, pour la énième fois en six ans, je dois aller pointer chez Bob... rebelote... 
Moi qui pensais qu'avec mon diplôme d'ingénieur, je serais à l'abri du chômage, ben non, je n'ai jamais été ingénieur, je suis sorti directement de l'école avec l'obligation de trouver en six mois un poste. 

Je ne peux pas dire que j'ai choisi mes jobs, par exemple, comme "avant-avant-avant dernier job" (je m'y perds, mon CV fait maintenant 6 pages) j'ai du remplir pendant quatre mois les rayons d'un supermarché, l'algorithme Bob ayant capitalisé sur mes connaissances en mathématiques et géométrie... C'est vrai que pas une boîte de ravioli ne dépassait ! Jusqu'au jour où ils m'on remplacé par Willy, le remplaçant de Tally, une merveille de technologie, un robot créé par cette nouvelle usine, vous savez, celle qui n'emploie personne et conçoit des solutions automatisées pour les services administratifs et la logistique... 
Ensuite, comme je parlais un peu italien, j'ai du prendre un poste de livreur de pizzas, Bob m'avait demandé de construire un projet d'auto entrepreneur, et de me placer sur le marché de l'emploi en tant qu'indépendant. C'est ce que j'ai fait. Je me disais que la liberté me permettrait peut-être de me payer un loyer, une chambre en coloc.. mais non, je vis toujours chez mes parents.

Là, chez le pizzaiolo en ligne, j'avais emprunté une jolie somme pour m'acheter mon scooter, ma banque en ligne m'a étranglé au niveau des intérêts - mais elle s'est rattrapée en me proposant une assurance sur-mesure -, j'avais du demander à mes parents de se porter caution. 
Dans cette pizzeria, j'aimais bien l'ambiance, cela me plaisait de partir en ville et de rencontrer des gens, de leur apporter des pizzas au bureau, d'entrer dans des open spaces où tout le monde semblait courir en tous sens. J'avais des clients réguliers, et tous les jours, nous recevions sur notre serveur les commandes venant d'un peu partout... 
Mon patron, enfin celui qui représentait le fond d'investissement américain qui avait levé des fonds pour notre pizzeria en ligne, mon patron donc, travaillait énormément sur la rentabilité de notre activité. Il s'était associé à un cabinet d'audit spécialisé dans le traitement de masse de données relatives à notre secteur. Leurs calculs, issus d'un traitement de masse de données complexes (enfin j'imagine trop complexes pour moi vu le prix de l'investissement) a recommandé plusieurs ajustements, dont l'augmentation du nombre de livraisons par heure (oui, c'est toujours le même sujet, avec ou sans Big Data : comment faire plus!)... 
Entre nous, je ne pouvais pas mieux faire, mes tournées étaient optimisées par une application développée par mappy et google. Alors, j'ai du travailler plus longtemps, ce qui m'a couté une fortune en essence, j'avais parfois des journées de 17 heures et j'attendais avec impatience mon mardi matin pour récupérer de toute ma semaine de travail, c'est l'avantage de l'auto entrepreneur, la disponibilité 24/24. 

livraison de pizza par drone
Une pizza, une ! 

Je n'ai pas eu de chance parce que je suis tombé malade, une pneumonie que je n'ai pas voulu traiter. Pourtant, j'aurais pu consulter Alfred, mon robot médecin, mais ma mutuelle ne me couvrait pas suffisamment, n'ayant accès qu'à la version freemium... J'étais crevé et ce qui devait arriver, arriva, j'ai eu un accident, rien de trop grave je vous rassure ! J'ai été remercié, par sms, le soir même, mes parents se sont bien occupés de moi ensuite pendant une année. Pour être honnête, même sans mon accident je n'aurais pas pu conserver cet emploi bien longtemps, puisque tous les livreurs ont été remplacés par des drones

A nouveau face à Bob, je remplis le questionnaire en une minute, il commence à me connaître... !  Il calcule mon activité sur l'ordinateur jusqu'à me reprocher de passer trop de temps sur les réseaux sociaux, plutôt que de consulter les annonces - j'ai appris hier qu'un projet de loi vise à diminuer les indemnités si le chômeur fait autre chose que de suivre Bob ! Depuis que Pôle Emploi a disparu, je n'ai plus de contact avec qui que ce soit.. tout a été centralisé par Bob, le calcul des indemnités dégressives, ma mutuelle santé, mes allocations (enfin quand j'en recevais). Devant mon ordinateur, je dois regarder la caméra constamment allumée, Bob me scrute et examine mon visage il me conseille de dormir et me prescrit des somnifères pour être en forme pour mon prochain job. Il s'occupe de tout ! 

A priori, je travaillerai demain dans une ferme en construction, une ferme 3.0 qui n'est pas encore totalement équipée en robots. Je suis affecté à la tour "carottes" où je devrais changer les ampoules de lumière artificielle défectueuses. C'est temporaire, Bob a mis en relation cette ferme avec une start-up spécialisée dans l'analyse des lumen. Donc, en attendant, c'est moi qui vais remplacer les ampoules,  pendant trois semaines, 21 jours pleins - 8h00 à 21h00, 42 euros la journée. Je me reposerai ensuite...

la ferme 3.0 ou ferme verticale
Ferme verticale 100% gérée par des robots


J'ai une grande méfiance pour le big data, je n'ai pas envie d'être une statistique, je ne le suis pas du reste. La première fois que j'ai été témoin d'un traitement type "Big Data", c'est quand l'entreprise pour laquelle je travaillais, a mis en place le recrutement prédictif pour l'ensemble des commerciaux. Tout le monde y a cru, cela a créé un léger décollement des ventes la première année qui a beaucoup inquiété nos concurrents. Evidemment, ils ne sont pas restés inactifs, ils ont débauché notre meilleur commercial, lui ont fait passer des tests, non pas pour connaître ses secrets de réussite, mais davantage pour détecter ses failles... partant du principe que si le succès est prédictif, alors l'échec l'est tout autant. Comme tous nos commerciaux répondaient aux mêmes critères de recrutement, il a été facile de précipiter l'ensemble de notre force commerciale vers l'échec en actionnant les bons leviers, et c'est comme cela que nos concurrents ont pris toutes nos parts de marchés. Ah l'aveuglement et la prétention des vendeurs d'algorithmes... ! Et pourtant, tout le monde applaudissait les progrès de la technologie, la transparence ! Les juristes et avocats à l'époque étaient surchargés de dossiers prudhommaux, c'était juste avant qu'ils ne soient eux-mêmes remplacés.

Depuis 2016, le chômage a bien baissé.. enfin plutôt le nombre d'inscrits au chômage. En revanche, la précarité, la vulnérabilité et la pauvreté ont explosé. La natalité du pays est en berne, les retraites ne sont plus assurées - de toute façon, il y a bien longtemps que je me suis fait une raison, je devrai travailler encore bien longtemps.. comme mon père, 70 ans, qui distribue des tracts en ville. Je me demande parfois si un jour, je pourrais exercer mon métier d'ingénieur... mais ça, j'y crois de moins en moins.
Depuis trois ans maintenant, Bob s'occupe aussi de l'éducation nationale, c'est lui décide quel type d'études est attendu par les entreprises, il t'oriente en fonction des 10 réponses que tu lui a apportées à l'âge de 12 ans en sortie de 5ème. Je n'ai pas connu cela, et si un jour j'ai des enfants, j'espère qu'ils auront accès à quelque chose de plus stimulant.

J'ai envie de quitter la France, de tout plaquer, ou bien de m'installer à la campagne et de faire pousser mes légumes, loin de Bob. J'ai rassemblé des matériaux, je pourrais presque me construire un bungalow, quelque part, il me faudrait juste un peu d'argent pour le déménager. 
En 2016, ils avaient ouvert leurs bras à Bob en lui remettant les clés de l'emploi, au début, tout le monde y croyait, même moi, et puis petit à petit, l'algorithme s'est développé, s'est amélioré grâce aux contributions gratuites d'une multitude de développeurs et a comblé toutes les demandes d'emploi vacants par des solutions logicielles, par des robots que Bob lui-même commercialisait (mais ça, on s'en est rendu compte plus tard). L'accès illimité aux données et le big data  ont permis de cerner les attentes des entreprises en termes de main d'oeuvre que Bob s'est empressé de remplacer par d'autres solutions, plus compétitives, plus hype, plus Silicon...

L'année prochaine, de nouvelles élections présidentielles. Je ne sais pas trop quoi en attendre. J'ai entendu ce matin, qu'un jeune de 19 ans se présente, en binôme avec un algorithme révolutionnaire qu'il a créé pour sauver la France. Tout le monde a l'air d'y croire... ils doivent sans doute avoir raison..

Lire également :

Big data à Pôle emploi : méfiez-vous des marabouts !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire