Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


Sel et pivoine

Il peut arriver que l'anxiété provoque des phénomènes physiologiques relativement désagréables sur le candidat, notamment en entretien de recrutement. Bon sang, ce n'est pas simple d'assurer de bout en bout, de penser à tous ces détails qui peuvent faire basculer votre prestation, d'un côté comme de l'autre sans que vous ne puissiez réellement comprendre ce qui a déterminé le choix de votre interlocuteur.

Encore une fois, il ne s'agit pas d'être naturel en entretien mais bien de donner le meilleur de vous-même, et c'est là que les choses se compliquent.

Vous êtes tendu, stressé, inquiet et vous vous mettez à transpirer, d'une façon inhabituelle, comme cela ne vous arrive jamais, tandis que vous parlez de vos compétences, vous ne pensez qu'à la goutte de sueur coulant sur votre front, vos mains trempées, l'odeur acide, vous ne focalisez que sur cette transpiration qui vous empêche d'exprimer tout votre potentiel. Bon, inutile de venir habillé d'une combinaison d'homme-grenouille, il existe un truc tout simple, détestable au possible mais qui fonctionne et vous rend tout sec : le sel... Berk, berk, berk... Un conseil de Mamie Pierre, avalez une cuillère à café de sel (régime sans sel s'abstenir!) un bon quart d'heure avant l'entretien, c'est horrible mais l'eau de votre corps sera fixée le temps de votre intervention. Vous vous sentirez assoiffé mais sec et donc libéré.

Deuxième point, vous rougissez, comme ça, subitement, pour un oui, pour un non, une remarque, une question. Que faire, continuer de parler ? Comme si de rien n'était, les joues brûlantes, les yeux rougis par le feu de votre visage, imperturbable - a priori - vous demandant "me voit-il rougir ?" sachant au fond de vous que "bien sûr, il ne voit que cela". Je pense qu'une seule attitude convient : celle de dire tout haut ce que l'autre constate sur votre visage "vous me faites rougir !" - le sourire est plus que recommandé.

Chacun réagit à sa façon, le seul impératif, ne pas vous laisser envahir par un sentiment de malaise, un phénomène qui vous gêne et vous empêche de donner le meilleur qui est en vous.

1 commentaire:

  1. Bravo et merci pour votre blog qui "booste" bien,et que je découvre !
    J'ai travaillé dans l'insertion et dans la formation,et moi aussi je souhaitais écrire sur ce sujet sur mon blog. Mais là,je suis "stoppée net ", chapeau!
    Par hasard, auriez-vous un billet sur la reconversion?
    Cordialement,
    Claire

    RépondreSupprimer