Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


Savez-vous ce qui rend sympathique ?

J'ai le sentiment de commencer à sucrer les fraises (pardon pour l'expression mais elle nous rapproche de l'été !), en vous répétant, une fois encore, une phrase entendue à maintes reprises de la bouche de l'un de mes anciens directeurs.

"L'important n'est pas ce que l'on dit mais la façon dont on le dit", cette affirmation me hante, la ressassant si souvent qu'à la fin, je ne sais plus si je dois la trouver absurde par la futilité qu'elle encourage ou bien tellement brillante par les clés de communication qu'elle semble nous tendre...
Ô joie, je viens de découvrir une étude d'Albert Merhabian qui finalement répond à peu près aux questions que je me pose... si, si... Savez-vous ce qui provoque spontanément la sympathie chez l'autre ? Son compte en banque ? Non, essaye encore. L'intelligence de son propos ? Non, cherche encore! Sa beauté ? Non, mais on se rapproche ! Son charme alors ! ça chauffe !

Bien, il semblerait que ce qui provoque le sentiment de sympathie vis-à-vis d'une personne lambda soit dans 58% des cas l'expression de son attitude ou de son visage... Le sourire, les yeux, l'ouverture des gestes de la main, j'en passe et des meilleures, les conseils fleurissent un peu partout, mais encore une fois, du bon sens : faites la gueule et personne ne vous appréciera, souriez et l'on vous rendra votre sourire !

La deuxième principale raison qui provoque ce sentiment de sympathie, c'est la note vocale dans 38% des cas, l'expression de la voix, sa couleur (voir le billet précédent), je n'évoque pas spécialement une belle voix (bien que cela facilite le travail), mais bien la façon dont on utilise toute une palette de nuances, d'accents, d'intonations pour renforcer nos propos.

Enfin, et c'est là que la dorénavant célèbre citation de mon ancien patron prend tout son sens, le facteur sympathie n'est évoqué que dans 7% des cas pour le fond, c'est à dire pour le sens des mots, le contenu du propos... Bref, dites les pires atrocités en souriant, vous n'abimerez que de très peu votre capital sympathie ! Bon, je suis assez dubitatif sur ce dernier point, notamment dans le cas de propos excessifs, mais je dois finalement me plier au constat suivant : nous faisons plus confiance à la façon dont les choses nous sont dites (attitude, ton de la voix, tout ce qui est non-verbal) qu'au sens de nos propos ! Merci M. Merhabian !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire