Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


My taylor is rich !

L’anglais n’est pas votre fort… ! Vous trichez un peu sur votre niveau de maîtrise, juste capable de décortiquer un courrier à condition d’avoir un bon dictionnaire à vos côtés. Vous vous dîtes : « j’attendrai d’être en poste pour me payer une bonne formation », ou bien « Si je n’ai pas besoin de parler, je devrais pouvoir limiter la casse en faisant corriger mes mails à mon ancien professeur d’anglais… comment s’appelle-t’il déjà ? ». Bref, vous marchez sur des œufs, prenant le risque de vous décrédibiliser totalement.

Que faire alors ? Prendre le problème à bras le corps et tout tenter pour améliorer votre niveau de pratique d’au moins une langue étrangère (disons l’anglais au hasard) avant d’intégrer votre nouveau poste, l’objectif étant bien entendu de vous « décoincer » rapidement et de vaincre votre éventuel complexe linguistique. Vous savez que j’ai raison, si, si, vous le savez au fond de vous.

Alors, n’attendez plus, courez chez votre libraire, faites vous conseiller (je vous invite à passer du temps du côté des romans pour les adolescents en langue anglaise), mettez tout en œuvre pour travailler chaque jour votre anglais. Une période d’inactivité professionnelle, c’est une fenêtre ouverte sur la mise à niveau de l’ensemble de vos connaissances, alors ne vous en privez pas !

Un conseil en passant, une excellente façon d’habituer votre oreille à la langue de Shakespeare ou de Presley : visionner un DVD en version originale accompagnée des sous-titres en anglais. Vous serez étonné de constater - non sans plaisir – que vous êtes totalement BILINGUE !

Jeune et alors ?

Jeune diplômé, jeune tout court, vous êtes à la recherche de votre premier emploi, le premier job, celui qui vous mettra le pied à l’étrier, vous placera sur orbite pour une belle carrière, pleine de promesses (ça y est, je suis à nouveau lyrique…).

Vous connaissez votre point faible : celui de ne pas présenter une expérience de vieux briscard.
En revanche, avez-vous conscience de vos nombreux points forts ? Je pourrais citer en vrac :

- Votre enthousiasme,
- Vos connaissances théoriques,
- Votre motivation,
- Le nouveau souffle que vous pouvez apporter à une entreprise,
- Vos connaissances des nouvelles technologies (ne dit-on pas que dans 20 ans, 50% des professions n’existent pas aujourd’hui)
- Vos connaissances linguistiques (généralement supérieures à celles de vos aînés),
- Votre capacité à appliquer les procédures, process et autres techniques,
- Vos facilités d’apprentissage des règles…

J’en passe et des meilleurs.

L’idée que je souhaite développer ici, c’est de vous aider à prendre conscience de tout ce que vous pourrez réellement apporter à une structure. Vous avez beaucoup à apporter à l’entreprise, ayez confiance en vous, vous avez une connaissance de l’entreprise grâce aux différents stages effectués, vos candidatures sont parfaitement préparées et vous possédez suffisamment de culture sur le métier ou le secteur d’activité.

Votre attitude, humble et modeste fera le reste. Enfin, dites-vous toujours que si vous êtes convoqué à l’entretien, c’est que vous êtes dans la cible, donnez alors au recruteur la chance de vous différencier en étant ouvert aux questions et en l’aidant à mettre le doigt sur vos aptitudes qui font toutes la différence avec les autres candidats.

Candidature non retenue...

Demander un feedback ?


La tentation est grande de demander un feedback au recruteur qui n'aurait pas sélectionné votre candidature. Dans une démarche d'amélioration continue, de renforcement de sa posture, ou plus simplement dans un souci de perfectionnisme, vous êtes nombreux à souhaiter obtenir une explication claire :
Dites donc Monsieur le recruteur, pourquoi ma candidature n’a t-elle pas été retenue ?
Disons le tout de suite, je fais partie des rares coachs emploi qui n'accordent que très peu de crédit à ce type de retour. Je sais bien que l'on pourrait parier sur la déontologie du recruteur, que tous vous jureront qu'ils font différemment,  mais lorsque le taux de chômage des seniors a augmenté de 70% en quatre ans, je préfère ne pas bâtir mes plans sur une déontologie que j'appellerais... de façade. En d'autres termes, je ne suis pas un partisan de la relance systématique dédiée à l'obtention d'une information dans le cadre d'une candidature non retenue. Je défends l'idée d'être actif, de faire preuve de détermination, mais pas dans cet objectif précis.

feedback candidature non retenue ?
Faut-il demander un feedback ?

Tout d'abord, contacter le recruteur pour lui demander une explication exige un point, évident s'il en est : qu'il se souvienne de votre candidature.
Ce n'est pas automatique, cela ne va pas de soi, car il aura sans doute collecté plusieurs dizaines (je n'ose écrire centaines") de profils différents, peut-être rencontré 8 à 10 candidats dans le cadre d'un recrutement spécifique... (que dire d'un professionnel du recrutement qui passe ses journées à rencontrer des candidats).

Pour quelle raison, s'il ne vous a jamais rencontré se souviendrait-il de vous ? Du coup, pensez-vous réellement que l'excuse ou le motif de ne pas vous avoir sélectionné soit fiable, digne d'inverser toute la stratégie de votre recherche d'emploi ? Non, il bottera en touche, trouvant le premier prétexte possible parce qu'il n'a probablement aucune idée de la raison précise pour laquelle votre candidature n'est pas retenue. Mais vous, c'est une explication précise que vous désirez, n'est-ce pas ?

Ce n'est pas vous qu'il n'a pas retenu, c'est un autre candidat qui a été sélectionné... nuance !


Mettons nous cinq minutes à la place de celui qui doit vous répondre… Pas évident !

Je ne suis pas certain que l’on puisse tirer un enseignement fiable de sa réponse.
En effet, comment s’assurer qu’il n’a pas cherché à botter en touche ?
- «C’est la décision de mon client... » !

Comment savoir si le recruteur a souhaité ne pas vous peiner davantage ?
- «Votre candidature est vraiment excellente, mais vous êtes sur-dimensionné pour le poste / très jeune / pas assez expérimenté / trop expérimenté...»

Comment déterminer la part de vrai, d’arrangement ou de mensonge dans le motif qu’il met en avant ? Et bien, je n’ai pas de réponse à cette question, je ne crois pas qu’une candidature soit écartée pour une raison spécifique, elle l’est généralement parce que d’autres ont été plus impactantes et rassurantes.
Alors pourquoi construire toute une démarche, remettre en question votre rédaction de CV, votre préparation, en vous appuyant sur l'unique vision d'un recruteur qui aura du expliciter une décision en inversant son schéma de pensée... car encore une fois, le candidat écarté n'est pas le sujet, c'est celui qui aura été sélectionné pour l'étape suivante qui est au coeur de la réflexion.

Et puis, n’oubliez pas que le point de vue d’un recruteur n’est pas le point de vue de tous les recruteurs ! Par conséquent, ce qui peut déplaire chez l’un n’est pas forcément à écarter d’office ! Difficile de s’y retrouver ? Non, pas vraiment, à condition de faire preuve de bon sens et de savoir tirer les enseignements de ses démarches. Façonner sa stratégie de recherche d'emploi, observer son attitude, ses réponses, définir son projet professionnel, cerner ses attentes, déterminer ses qualités et aptitudes. C'est cela votre responsabilité, pas forcément de changer de cap à chaque feedback... Il y a d'autres façons de réagir à une réponse négative (comme remercier, exprimer votre déception, afficher votre détermination, souhaiter bonne chance). Tiens en parlant de feedback, si vous souhaitez réellement relancer un recruteur, l'interroger sur le pourquoi de votre non-sélection, inversez plutôt le sens de vos questions et demandez alors :

  • qu'est-ce qui vous a semblé pertinent dans ma candidature ?
  • quel est le point clé, chez la personne que vous avez retenue, qui a fait basculer votre décision ?
Au delà de ces deux questions, adoptez surtout une posture d'acceptation du verdict, de fair-play et commencez surtout à vous positionner pour le prochain recrutement, y compris en face de ce même recruteur. N'oubliez pas :

Ce n'est pas la hauteur de la chute qui compte, c'est celle du rebond !



Vous l’aurez compris, si vous recevez un courrier vous annonçant que votre candidature n’a pas été retenue, je vous invite à rester calme et ne pas forcément subir la colère en appelant immédiatement le recruteur pour en savoir davantage, cela ne vous servirait pas à grand’chose...

Lire aussi :
- l'e-mail de remerciement
- programme express de mieux-être

Allez, courage !

Le téléphone sonne un peu moins depuis quelques semaines, j'ai remarqué que Martin a changé de trottoir lorsque je l'ai croisé dans la rue, il m'a soigneusement évité, je suis souvent obligé de décliner les sorties au ciné ou au restaurant parce que financièrement, les temps sont durs...

Bon, c'est pas la joie ! Il va falloir se prendre en main et ne pas s'installer dans la dépression ! Oui mais comment...? Recentrons-nous, s'oxygéner, relever la tête de son ordinateur, entretenir son corps, prendre soin de soi, arrêter le café et se mettre au thé vert (personnellement, ce serait très difficile), se lever tôt, se détendre en famille, appeler les amis, sortir de l'isolement. Un bon candidat est un candidat qui prend soin de lui, qui ne culpabilise pas de s'offrir un peu de détente.

Forcément, un bon candidat se comporte aussi en professionnel et non en amateur, ciblant les annonces, personnalisant ses candidatures, un bon candidat sait qu'il applique les bonnes techniques dans sa recherche et qu'elles paieront forcément un jour ou l'autre. Encore une fois, le chômage n'est qu'une période transitoire, vous ne resterez pas pour l'éternité sans emploi, je vous le promets !

Allez courage ! Haut les Coeurs !

Voyage, voyage !

Certains d'entre vous seront amenés à voyager pour le travail, s'absenter du domicile pour partir à l'aventure, découvrir de nouvelles contrées, explorer le monde, à la conquête de l'univers (bon, ok, je m'emporte un peu, la passion de mon métier sans doute).

Néanmoins, il est fort probable que si vous postulez à une fonction nécessitant de nombreux déplacements, le recruteur cherchera à savoir si votre vie familiale peut constituer un frein, une difficulté pour rester quelques jours éloigné de vos proches.

Evidemment, il sera question de rassurer votre interlocuteur sur le soutien inconditionnel que vous apporte votre conjoint et sur le fait que cela ne posera aucun problème. Ce type de question ne relève pas - à mon avis - uniquement de la sphère privée, je crois l'avoir systématiquement posée à des candidats souhaitant rejoindre le service export de mon entreprise. Ceux qui répondaient "c'est mon choix et je ne demanderai pas l'avis de mon conjoint" me semblaient plutôt mal partis pour concilier déplacements et vie familiale. Alors souriez, acceptez cette question avec plaisir et faites comprendre que votre conjoint sera ravi de vous savoir faire le métier de vos rêves !

C'est la rentrée !

CRRR, GRRRR, ça coince, ça grince, tout grippé (sans jeu de mot). C'est la rentrée ! Ouais !

Allez, une grande inspiration, il est temps de se remettre à la recherche d'un travail, de reprendre ses habitudes, les bonnes uniquement, de mettre un peu d'ordre dans ses dossiers pour repartir de plus belle, plein d'entrain et d'allégresse.

La rentrée, c'est le commencement, le début d'une période qui marquera votre retour à l'emploi. N'oubliez pas, le chômage n'est qu'un état temporaire !
Je suis le spécialiste des listes de bonnes intentions que je ne tiens pas, je ne vous demanderai pas de lister tout ce que vous souhaitez ou devez entreprendre rapidement.

En revanche, un point de départ me semble essentiel, celui qui consiste à remettre son nez dans les dossiers non archivés d'annonces imprimées, les copies de lettres de motivation, les CV. Ne gardez pas ces centaines de feuilles ! Allégez, débarrassez-vous de l'inutile, du superflu... vous verrez, cela fait un bien fou au cerveau, donne une véritable impulsion.

Votre mission - si vous l'acceptez : envoyer une candidature ciblée chaque jour. Pas la peine d'en faire plus ! En revanche, vous aurez pris soin de travailler ces candidatures en constituant un dossier relatif à chaque annonce (secteur d'activité, enjeux, problématiques, mutation du métier, si l'entreprise est connue : quelques renseignements puisés sur son site internet, les rapports financiers, l'historique), les personnes influentes, qui fait quoi, vous aurez alimenté votre réseau de contacts en rapport avec vos candidatures.
Bref, vous consacrerez vos journées à creuser, contacter, connaître, vous interdisant surtout les réponses automatiques qui n'apporteront qu'un énième futur refus pour cause de travail superficiel. Tiens, cela ressemble à une liste de bonnes résolutions, vous ne trouvez pas ?