Le plaisir retrouvé de se lever chaque matin... Coach Emploi


Que veux-je ??

Mais au fond, qu'est-ce que je veux ?
Avez-vous défini vos options de carrière ? Etes-vous en mesure de sélectionner les annonces auxquelles vous répondrez, et celles que vous écarterez, impitoyablement ? Avez-vous songé à élargir votre périmètre de recherche en déterminant vos différentes options de carrière ?

Ces questions méritent d'être posées, vous ne croyéz pas ? Je vous recommande d’articuler votre réflexion autour de trois axes principaux :

Le premier de ces axes concernerait le métier : quel job, quelle fonction souhaitez-vous obtenir ? Vous devrez probablement hiérarchiser vos réponses, quitte à noter les métiers que vous rejetez, faute d’affinité, de compétence, d’envie, que sais-je encore…

Le deuxième pourrait cerner votre volonté de rejoindre tel ou tel secteur d’activité : où voulez-vous travailler ? Dans une PME ? Dans le secteur du prêt-à-porter, dans celui de la robinetterie, de la communication ? Surtout pas dans le secteur financier ? (moi non plus !).

Enfin, le troisième axe pourrait concerner votre capacité à bouger, changer de région, de ville : pour les parisiens, combien de changements de stations de métro/RER puis-je accepter ? Quelle distance maison / Travail puis-je assumer en terme de coût et/de temps ?

Cette méthode devrait vous permettre de définir rapidement le type d’annonce auquel vous pourriez répondre. Pour vous aider, je vous propose de travailler sur la matrice de réflexion ci-jointe : Mes options de carrière.

Des Pros !

18 heures, fin de la journée, vous rangez vos affaires, classez vos dossiers, jetez un coup d’œil sur votre agenda… Mais au fait, quel regard portez-vous sur votre journée ? Avez-vous le sentiment d’avoir répondu automatiquement aux annonces qui déboulent dans votre messagerie ? Ou bien pensez-vous avoir consacré suffisamment de temps à qualifier une annonce en particulier, celle que vous considérez comme votre cible du jour, la seule qui soit prioritaire ? Bonne question n’est-ce pas ?

J’imagine que la réponse est à cheval entre les deux. Mais à y regarder de près, vous avez consacré du temps et de l’énergie à constituer un dossier dont la probabilité de réussite est faible, sabordant du même coup le temps de préparation de votre candidature à l’emploi ciblé.

Mais où veut-il en venir ? Vous direz-vous...

Je souhaite attirer votre attention sur un conseil que me donnait un jour, un grand sage*, tandis que nous galopions dans les steppes mongoles, ...excusez moi, je m'écarte un peu mais cela n'est pas sans rapport avec la situation que certains d'entre nous connaissent. Je vais essayer de restituer fidèlement ses paroles :

« Pierre, chaque soir avant de te glisser dans ta yourte, au chaud pour te reposer, tu devras te poser la question suivante : aujourd'hui, me suis-je comporté comme un professionnel ou comme un amateur ? Et chaque jour, tu auras pour seul objectif de répondre « professionnel » à cette question ».

Suivons ce sage, et décidons que rechercher un emploi, c'est un travail que l'on doit exécuter de façon professionnelle, avec méthode, rigueur et organisation... mais cela va sans dire.


* Merci M. Aucouturier !

CEPAQ !

Savez-vous décrire votre savoir-faire, l'expliquer au delà de la simple pensée spontanée, l'argumenter, point par point ?
Je vous propose d'apprendre à l'évaluer ce satané savoir-faire - point essentiel qui nous permettra par la suite de communiquer sur votre valeur professionnelle. Respirez un bon coup, levez la tête, plissez les yeux et réfléchissez tout d'abord à chaque réalisation significative qui a jalonné votre parcours.

Ensuite, pour chacune de ces réalisations, déterminez quels atouts ont contribué à son succès. Dès cette étape, vous pourriez par exemple vous focaliser sur ce dont vous êtes le plus fier dans votre carrière (recrutement d'une "dream Team", progression d'une activité sur un marché morose, lancement de l'i'pod...).
Vous mettrez évidemment vos atouts face aux obstacles rencontrés et décrirez de la même manière la liste des actions menées pour atteindre le résultat escompté.

Vous me suivez ? L'idée, c'est de vous permettre de construire un argumentaire du type : "J'ai réalisé telle chose, dans tel environnement, pour ce faire, j'ai défini telle série d'actions en m'appuyant sur telle qualité personnelle". Bon, quel nom on lui donne à cette méthode... CEPAQ ? A vous de déterminer ce que signifient ces lettres...

A méditer...

Le pire péché envers nos semblables, ce n'est pas de les haïr, mais de les traiter avec indifférence; c'est là l'essence de l'inhumanité.

A vot' service !

Bon sang de bois, remettons les choses dans l’ordre !

1- L’entreprise doit recruter un nouveau collaborateur pour répondre à un besoin, à une nécessité.
2- Vous postulez pour proposer vos services mais en aucun cas pour quémander un emploi.

Pourquoi tant insister sur ce point ? Tout simplement parce que cela représente une différence fondamentale dans l’attitude que vous adopterez face au recruteur. L’idée étant de rétablir un certain équilibre entre vous et votre interlocuteur, cet équilibre n’existant finalement que dans nos têtes.

Adepte de la méthode Coué ? Oui, sans aucun doute, en revanche, ce n’est pas une question de confiance en soi que d’aborder un entretien de recrutement sous cet angle. Effectivement vous proposerez une solution à l’employeur, cette solution porte votre nom et vous devrez « dérouler » votre argumentaire sans vous emmêler les pinceaux. Il s'agit d'une démarche très simple qui vous libèrera de cette sensation de dépendance, cette affreuse impression d’avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête et qui vous permettra de concentrer votre énergie sur votre prestation plutôt que sur les enjeux qui en découlent.

Mesdames, Messieurs, vous êtes tous des prestataires de service, alors changez de regard sur vos candidatures !

Débranchez !

Pour rester connecté au monde qui nous entoure, rien de mieux que de vivre au rythme des heures de bureaux. Pourquoi cette réflexion ? Parce que je reçois beaucoup trop de messages (très) nocturnes de demandeurs d’emploi, des courriels envoyés entre 1 heure et 4 heures du matin.

Je m’inquiète pour votre santé, figurez-vous ! Nous évoquions récemment ce sentiment de solitude contre lequel il faut farouchement se battre, néanmoins, ne vous enfermez pas dans un rythme décalé, où la nuit, les yeux rougis par l’écran terne de l’ordinateur, vous errez de sites en sites, à la recherche de quelque chose à quoi vous raccrocher. Vaste programme !

Non, non et non, sachez décrocher ! La nuit surtout, reposez vous, et si vous dormez mal, utilisez vos insomnies pour lire, écouter de la musique, manger un morceau de chocolat, vous bichonner un peu, vous le méritez ! Mais n’allumez plus votre ordinateur, sinon vous entrerez dans un cercle infernal, celui d’analyses systématiques d’informations qui se croisent, se télescopent et reviennent sans fin vous hanter, même la journée.

Rassurez-vous, vous ne raterez pas l’annonce convoitée, elle sera dès la première seconde de son existence dans votre messagerie parce que vous aurez créé des alertes sur tous les sites d’emploi. Arrêtez de culpabiliser, votre recherche d’emploi vous occupe toute la journée, c’est déjà pas mal ! Vous ne croyez pas ?

La qualité avant tout !

Je sens monter en vous un besoin d’aborder le thème des qualités ! Me trompe-je ?
A la question, quelles sont vos qualités, attention à ne pas vous lancer dans un long monologue, énumérant un chapelet sans fin d’adjectifs, de superlatifs. Soyez raisonnable et tranchez dans le vif ! Trois, quatre qualités majeures suffiront… si, si, pas plus.

Certaines qualités reviennent plus souvent que d’autres. Ainsi le nombre de personnes perfectionnistes crève les plafonds de nos statisticiens, un esprit rigoureux est également au top des sondages.

Et pourquoi ne pas aborder des thèmes qui montreront votre capacité à vous intégrer dans une équipe (j’ai l’esprit d’équipe, enthousiaste, je sais me faire apprécier de mes collègues, sympa, d’humeur égale, courtois, respectueux), votre capacité à gérer des situations complexes (pragmatique, posé, logique, inventif, esprit de synthèse).
Vos capacités commerciales : sens de l’écoute, de l’observation, curiosité (c’est un vilain défaut !), votre sens du résultat, de la performance.
Par ailleurs, vous pouvez amener la conversation sur vos qualités managériales : prise de décision, sens de l’équité, loyal envers votre entreprise, intègre et honnête, travailleur, de culture participative.

Enfin, à la question « que disent vos amis de vous », répondez que l’on peut compter sur vous, vous êtes quelqu’un d’agréable, de solide, de fiable, un ami, à la vie, à la mort !

Pour les défauts, je vous invite à parcourir le billet suivant : http://emploicharente.blogspot.com/2009/03/y-comme-un-defaut.html

Liberté, Égalité, ...

Allez, à mon tour de me jeter à l'eau. Plouf !

Je désire soumettre à vos commentaires un projet que je caresse depuis quelques semaines. Votre avis m'est précieux !

Nous sommes globalement d'accord pour dire que notre société est malade, précarité des emplois, exclusion des jeunes, des plus anciens, accumulation de CDD, délocalisations, crise financière, crise économique, crise sociétale... Bref, ce n'est pas folichon !

Nous rêvons de solidarité, d'entraide, de proximité, de respect... nous rêvons, de Fraternité.
Sans être naïf, je me dis pourtant que nous aspirons tous à un changement, évidemment, d'abord celui des autres mais finalement, nous, que pouvons nous apporter, chacun dans notre coin ?

Personne n'est à l'abri du chômage, tout bascule, vite, impitoyablement. Ma proposition serait la suivante : qu'un actif suive, aide un demandeur d'emploi et que ce dernier s'engage dès qu'il aura réintégré un poste à parrainer une personne en recherche dans son secteur géographique.

Pour cela un outil : internet, l'incontournable pour le lien, cela signifie la création d'une base de données, de rencontre, où les volontaires bénévoles s'inscrivent et contactent, parce que c'est à nous de faire le premier pas, ceux qui ont besoin d'aide.

Quels bénévoles me direz-vous ? Eh bien vous qui êtes en poste, ouvriers, employés, cadres.
Pour quel public ? Pour tous ceux qui recherchent un emploi.
Pour quoi faire ? Être là, écouter, chercher à deux, éplucher ensemble les annonces et partager ce poids tellement "bouffant" qui pèse sur les épaules de beaucoup de nos concitoyens.
Pour quelle finalité ? Simplement prendre les choses en main et faire en sorte de contribuer au "mieux-être" de nos voisins, donner ce que l'on aimerait recevoir dans pareille situation.

Vous l'aurez compris des volontaires seront nécessaires aux quatre coins de la France, mais également des informaticiens ou spécialistes d'internet pour créer ce site. La presse nationale commence à s'intéresser à ce projet, alors, fonçons, lançons nous sans calcul. Et vous qu'en pensez-vous ? pierredenier@gmail.com

Je ne sais pas me vendre...

Quelle drôle d’expression ! Il ne s’agit pas de vendre son âme au diable mais de se mettre en avant, d’apporter un éclairage différent sur votre candidature en valorisant votre savoir-faire, votre expérience et Vous, d’une façon générale. Encore une fois, n’oubliez pas que si vous êtes convoqué à un entretien, c’est que vous êtes dans la cible et que vous correspondez peu ou prou au profil recherché par le recruteur.

Ayez toujours à l'esprit que le recruteur est parfois un intermédiaire, un conseiller qui devra rendre compte de votre prestation. Pensez à le rassurer, il est aussi dans une démarche commerciale puisqu’il devra recommander quelques dossiers à son client.

Comment se mettre en avant ? Tout simplement en acceptant le dialogue, en faisant preuve d’ouverture et d’enthousiasme, ayez une attitude constructive, l’entretien est une opportunité réelle d’échange et vous devez l’appréhender de cette façon. Si d’emblée, vous avez l’impression de vous rendre au tribunal, jugé par un recruteur, sans avocat pour prendre votre défense, alors effectivement, ça part mal !

Prenez les choses différemment, l’entretien constitue avant tout l’opportunité d’exprimer tout l’enthousiasme qui vous habite, de montrer le sérieux de votre démarche, la motivation réelle et profonde qui vous anime, votre capacité à intégrer rapidement et efficacement une entreprise.

On vend toujours mieux ses proches que soi-même, prenez un peu de recul et demandez-vous comment vos amis s’exprimeraient s’ils devaient défendre votre candidature. Vous verrez, avec un peu d’exercice, les mots et l’attitude viendront plus facilement. Je sais bien que les enjeux sont importants pour celui qui est en recherche d'emploi, néanmoins, ce fameux recruteur ira toujours plus facilement vers le candidat qui sourit plutôt que vers celui qui ne parvient pas à s'ouvrir.

N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez travailler ce point spécifique. Bon courage !



L'après entretien 2 ...

De retour chez vous, après un entretien qui fut bien entendu excellent, vous devez vous prêter à un petit jeu, celui de récapituler les points essentiels abordés durant la rencontre mais également (et sutout !) vous livrer à une critique constructive de votre prestation.

Etes-vous content de votre prestation ? Quels ont été les points forts dans votre l'entretien, quels sont au contraire les points faibles qu'il vous faut travailler.

Pourquoi vous prêter à cet exercice ? D'abord pour garder une trace de ce qui a été évoqué, mais surtout pour travailler vos points faibles en les ayant identifiés. Vous devrez sur la base de vos réflexions et observations vous poser la question suivante : que répondrai-je la prochaine fois que l'on me posera cette question ? En gros, vous rentrez dans un système d'amélioration continue, un cercle vertueux où, l'expérience du recrutement devient un "plus".

Je vous propose un type de fiche récapitulative d'entretien, adaptez la à vos besoins, votre personnalité, n'hésitez vraiment pas ! Fiche récapitulative d'entretien à télécharger

Lettre recommandée

Envoyer une candidature spontanée, revient à s'adresser à un inconnu, qui n 'a pas forcément besoin de nouvelle recrue. Le résultat peut varier selon le type d'emploi recherché mais le résultat est généralement très incertain.

Je vous propose une autre approche qui peut s'avérer plus efficace : essayez d'adresser vos candidatures à des personnes avec lesquelles vous avez un quelconque lien.

Quel type de lien me direz-vous ? "Monsieur Machin m'a conseillé de vous adresser ma candidature, il m'a rappelé que nous étions de la même école, à quelques années d'intervalle" ou bien "je vous adresse ma candidature sur les recommandations de M. Truc qui fut l'un de vos fournisseurs / clients / etc...". Ces lettres d'introduction ont généralement de bien meilleurs résultats que les candidatures spontanées.

Aussi, cultivez votre réseau, questionnez, soyez curieux, vous retiendrez des noms de décideurs, d'entreprises. Cherchez dans vos souvenirs, vous ressortirez des noms de collègues croisés durant des stages, creusez sur Viadeo ou autres, observez qui est en contact avec qui, vous en ressortirez forcément avec quelques recommandations.

N'hésitez pas à vous concerter et partager vos expériences, vous êtes près de 500 personnes (merci !) à lire ce blog chaque semaine. Ce serait dommage de ne pas en profiter !


Anti-Sèche...

Le téléphone sonne, une sonnerie, deux sonneries, trois, quatre... vite, courrez avant que le répondeur ne se déclenche !

« - (vous, essoufflé) hfff Allo hfff... ? - (se pincer le nez en lisant) Oui, bonjour ici le cabinet de recrutement Recrut2000, nous avons sélectionné votre dossier, je souhaiterais m'entretenir quelques instants avec vous »Un entretien ne se refuse pas ! Parce que « un tiens vaut mieux que deux tu l'auras », et puis zut, vous l'avez rêvé ce coup de fil.

Première des choses, vous calmer, reprendre votre souffle, respirez lentement, inspirez, expirez. Jusque là, tout va bien, n'oubliez pas que vous êtes convoité !

Ensuite, mettez-vous ensuite dans les conditions d'un entretien, asseyez vous à table plutôt qu'au fond de votre canapé (téléphone sans fil plus que recommandé), souriez (voir l'un des billets précédents) et répondez aux questions de votre interlocuteur.

Quelle astuce peut vous permettre de ne pas vous emmêler les pinceaux ? Avoir un CV à portée de main, celui-là même que vous aurez envoyé pour répondre à l'annonce. Je vous invite à garder un CV imprimé près de chaque téléphone de votre habitation – pourquoi ? Pour reprendre les bons intitulés des postes occupés, les bonnes dates (d'autant plus si vous avez gommé quelques mois d'inactivité) et surtout pour répondre avec assurance et conviction.

En écrivant ces mots, j'imagine un CV imprimé au format d'un poster (120X80 cm), trônant sur le mur du salon. Mais là, ce serait trop. Vous ne croyez pas ?

Trop lourd !

« - Mais si ! Je vous ai envoyé mon CV il y a 1 heure !
- Effectivement, j’ai remarqué, votre pièce jointe est tellement lourde que ma messagerie est complètement bloquée ! »

Certains CV prennent une place considérable du fait de leur poids et malheureusement, il m’arrive régulièrement de devoir éteindre sauvagement mon ordinateur lorsque un message reste bloqué, dans un endroit que j’ignore mais qui se situe quelque part entre votre messagerie et la mienne.

Inutile de vous dire que l’agacement est à son comble, l’ordinateur inutilisable pendant de longues et précieuses minutes, et surtout, votre CV ne m’est toujours pas parvenu – j’ai préféré le sacrifier.

La plupart des documents trop lourds contiennent des photos, des logos, des effets décoratifs "jipègues" – sous format jpg.

Evitez d’alourdir vos documents, pensez à réduire le poids de vos photos en diminuant le nombre de pixels qui la composent. Par ailleurs, je ne crois pas utile de placer le logo des sociétés pour lesquelles vous avez travaillé, je n’en vois pas forcément l’intérêt, sauf si vous les avez créés !

Encore une fois, pensez à bien valider l’accessibilité à votre CV et à éliminer tout se qui pourrait empêcher - ou retarder - ou compliquer sa lecture.

Allez, au régime !

Hauts les coeurs !

Chaque jour, j'accompagne bénévolement des demandeurs d'emploi dans leur recherche. Je les aide à construire leur CV, leur lettre de motivation, je les entraîne aux entretiens de recrutement, soit en face-à-face, soit par téléphone.

Afin de répondre aux questions récurrentes, j'ai ouvert ce blog en abordant quotidiennement tous les aspects essentiels ou futiles liés à la recherche de l'emploi. Le bon sens paysan dicte mon approche, et finalement, j'ai l'impression d'être un escroc qui n'a rien inventé !

J'accorde une attention toute particulière au savoir-être des candidats demandeurs d'emploi. La connaissance est une chose (bien entendu incontournable), le comportement en est une autre. J'ai la fâcheuse tendance à beaucoup insister sur ces règles élémentaires, ces "valeurs" qui harmonisent tant les relations humaines : courtoisie, respect, honnêteté, intégrité, loyauté. A mon sens, ces notions - loin d'être abstraites - sont la garantie d'un recrutement réussi.

M'attachant à rester positif et optimiste, je le répète, demandeur d'emploi n'est pas un métier, ni une spécialité, c'est un état temporaire ! Alors dîtes-vous que le CV parfait n'existe pas, et qu'il convient de concentrer nos efforts sur un seul objectif : décrocher ce fameux entretien qui lui, montrera que vous êtes le candidat parfait !

N'hésitez pas à me contacter : pierredenier@gmail.com

Hauts les Coeurs !

Se différencier coûte que coûte...

Nous sommes tous d'accord pour prôner la différence, rester soi, coûte que coûte, et ne pas trahir sa personnalité dans la recherche d'emploi. Voir "Être dans le Vent..."
Néanmoins, il convient de respecter certaines règles pour parvenir jusqu'à l'entretien.

La différenciation ne doit passer que par une seule case, celle de l'excellence. Se démarquer pour se démarquer pourra prendre des allures de flop intégral si vous n'avez pas un brin de créativité et de talent. Faire original pour faire original : c'est l'échec assuré.

Soyons réalistes, la vraie personnalité d'un candidat sera approchée pendant l'entretien et uniquement pendant celui-ci. Votre comportement, votre caractère, votre savoir-être, tout cela vous saurez l'exprimer et le mettre en valeur en face-à-face, pendant une interview d'une heure à une heure trente.

Savoir se démarquer avant l'entretien, c'est savoir se présenter dans une lettre de motivation, c'est avoir corrigé ses fautes, c'est avoir travaillé sur une belle mise en page, c'est présenter un CV en adéquation avec les besoins du recruteur, c'est se mettre à sa place et répondre aux questions qu'il se pose. Un CV n'est qu'un moyen, un passeport ! Arrêtons de le considérer comme une éprouvette contenant notre ADN !

Rechercher un emploi est une étape dans une carrière professionnelle, une étape très temporaire. Le recrutement est un mariage entre une entreprise et un candidat, évidemment, votre personnalité devra "coller" avec les attentes du recruteur et croyez moi, vous aurez tout le temps de l'exprimer en entreprise cette fameuse différence.

Bonne perf !

"C'est quoi pour vous un bon commercial, un bon acheteur, un bon chercheur, un bon tout ce que vous voulez... ?". Voilà un grand classique du recrutement, une question peu évidente qui peut vous emmener sur un terrain glissant si vous improvisez totalement.

Je vous invite à prendre quelques instants et à réfléchir à ce que vous pourriez répondre, vous parlerez de compétences techniques, de savoir-faire, d'expérience, pourquoi pas de savoir-être mais n'oubliez jamais de mentionner un point capital qui - logiquement - devrait faire dresser les oreilles du recruteur : parlez du "sens de la performance" et du résultat.

Un bon candidat doit mentionner dans son entretien qu'il est possédé par le sens de la performance, qu'il cherche à atteindre ses résultats, qu'il travaille pour développer, améliorer une situation au service de l'entreprise.

Mine de rien, cette malheureuse phrase devrait vous permettre de sortir du lot, surtout si vous la dîtes avec conviction. Alors, n'hésitez pas une seule seconde, outre le flot de qualités requises , un bon candidat doit également affirmer haut et fort qu'il possède le sens de la performance. Vous avez compris ? LE SENS DE LA PERFORMANCE !

Avoir un bon copain

« Oh, je ne m'en fais pas pour toi, je sais que tu retrouveras rapidement du travail ». Les semaines passent, les mois aussi, beaucoup de CV envoyés, quelques entretiens qui se comptent sur les doigts de la main, une fois ou deux fois dans la short list, une liste pas assez short du reste. Et puis au final, rien.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, n'hésitez pas à solliciter de l'aide, vous avez besoin d'un regard extérieur, objectif. Vous avez besoin de parler à d'autres personnes que celles de votre entourage. Un bilan de compétences peut être l'occasion de faire un point sur vos démarches, voyez de quelle façon le Pôle Emploi peut vous aider à le financer. Contactez des associations, il en existe probablement autour de chez vous. Je suis également à la disposition de ceux qui le souhaitent.

N'oubliez pas que cette démarche est la vôtre et que malheureusement, personne ne viendra vous chercher là où vous êtes si vous ne faîtes pas ces premiers pas. C'est moche, mais c'est une réalité.

Votre pire ennemi en cette période, c'est la solitude dans votre recherche, solitude intellectuelle mais aussi solitude tout court. Pour lutter contre elle, pas d'autres solutions que d'entreprendre, d'être actif et d'aller au devant des autres, provoquer la rencontre, susciter l'intérêt. Sans cet effort, vous perdrez pied rapidement.

Solennellement je vous le demande, sortez de l'isolement, vous gagnerez rapidement en Tonus, vitalité et conviction et croyez moi vous ressentirez vraiment une différence dans vos démarches.

Hauts les Coeurs !

Petits détails, mais...

Des petites choses auxquelles il faut penser… Tout ce qui incommode le recruteur laissera une empreinte négative de votre candidature. C’est le bon sens me direz-vous. Alors dans ce cas, évitez de mâcher un chewing-gum, trouvez une table ou un siège sous lesquels le coller discrètement.

Nous avons déjà évoqué les tics de langage et ces mots bizarres qui reviennent sans cesse dans la conversation, néanmoins, avez-vous pensé aux dégâts causés par une mauvaise haleine ? Cette fameuse dernière cigarette - si peu appréciée du reste - juste avant de vous rendre à votre entretien, ce café avalé dans le bistrot en face.

Le sujet est délicat mais réel. Si votre interlocuteur semble irrésistiblement reculer au fur et à mesure que vous rapprochez de lui, c’est probablement le signe qu’il ne vous écoute plus et qu’il ne réfléchit qu’au moyen de vous échapper.

Sans être docteur en psychologie, je peux vous assurer que le cerveau humain s’accroche bêtement à des détails, oubliant ou échappant aux lois les plus rationnelles, pour finalement torpiller une prestation. Alors veillez bien, à la diffusion de votre parfum, pensez à votre rafraîchisseur d’haleine et gardez toujours le papier de votre chewing-gum pour vous en débarrasser sans appréhension !

A small Word...

Tiens, c’est étrange, vous me dîtes que votre CV loge sur une page ou sur deux, pourtant, lorsque je l’imprime, quatre feuilles sortent de l’imprimante. Bizarre, bizarre… et cela représente 15% des candidatures que je reçois.

Ce qui arrive chez moi doit arriver ailleurs, vous ne croyez pas ?

Le format word présente le danger suivant, vous passez de longues heures à paginer votre CV, à faire en sorte que le texte soit bien aligné, les colonnes correctement calées, les sauts de pages maîtrisés, et pourtant, celui qui reçoit votre CV ne peut pas l’exploiter, votre document est illisible, tout le texte est contenu dans la colonne de gauche, celle qui fait 3 cm de largeur…

La règle d’or : figer votre document en l’adressant à votre interlocuteur sous format PDF. Les paramètres de réglage de marge et de pagination variant d’un ordinateur à un autre, vous éliminerez du coup tout risque de non validation de votre candidature pour cause de CV non exploitable.

N’oubliez pas que personne ne vous appellera pour vous signaler que les documents que vous avez joints à votre e-mail ne peuvent être lus, encore moins ce satané logiciel de tri des CV , alors ayez le réflexe du format PDF.

Noir c'est noir !

Je reçois beaucoup trop de CV qui ressemblent à un faire-part de décès. Triste, noir et blanc, une petite police d’écriture, fine et puis parfois, un semblant de colonne qui me fait penser à une croix, une grande croix. Gloups

Et si vous ajoutiez un peu de peps à vos candidatures ! Un rien de couleur, juste pour égayer un peu ce CV qui retient toute la misère du monde.

Evitons bien entendu l’association de coloris qui n’ont rien à faire ensemble, en revanche, on peut imaginer une couleur qui souligne l’ensemble du document, qui ne serve qu’à mettre en valeur la rubrique.

Pensez à une couleur qui ressorte à l’impression, le bleu par exemple, très classique mais d’une grande efficacité. C’est une couleur qui inspire le sérieux. Le jaune est évidemment plus gai mais ne ressort pas vraiment sur un fond blanc.

Une petite mise en garde, veillez à l’association des couleurs choisies sur un papier coloré qui peut être du plus mauvais goût, notamment dans le cadre d’un envoi par courrier postal.

Enfin, n’appliquez pas un fond de couleur sur l’ensemble de votre CV. Pourquoi ? Parce qu’en une impression – qui dure une éternité – la cartouche d’encre de l’imprimante sera vide, l’agacement du recruteur à son comble, le papier tout humide et gondolé par la quantité vertigineuse de matière qui le recouvre. Allez, ne broyez pas du noir !

La banane !

Vous savez ce que vous allez faire ! Vous allez bannir de votre vocabulaire toute formule à connotation négative ! Exit les mots tristes comme échec, problème, doute, difficulté, conflit, opposition, heurter, confrontation, clash, krach, Boum, Huuue…! Bon, d’accord les deux derniers sont juste là en hommage à Jacques Dutronc.

Etre positif en période de chômage ne va pas de soi, fuyez les horoscopes et entamez une rééducation, profonde, de toute votre attitude, profitez du printemps, il est là aussi pour cela !

D’abord, vous allez apprendre à sourire, forcez-vous car si vous faites la tête, vos chances d’obtenir le job sont quasi-nullesaprès-tout, Voltaire disait « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé », je rajouterais modestement : c’est aussi bon pour votre recrutement.

Ensuite, apprenez à ne vous servir que d’un vocabulaire lumineux – il faut PO–SI–TI–VER, sans être Oui-Oui, ne doit se dégager de votre personnalité que dynamisme, bonne humeur, idées claires. Cela n’est pas à la portée de tous, mais entre quelqu’un de rayonnant et quelqu’un de monotone ou triste, devinez sur quelle personne se portera le choix du recruteur?

Je sais bien que rester sans activité, quelques semaines, quelques mois mais surtout quelques années n’incite pas à la franche rigolade. Mais regardons les choses en face, un sourire remplacera toujours favorablement des yeux tristes.

N’hésitez pas à me contacter, on regardera ensemble vers l’avenir.

Tous ensemble !

Je sais bien qu'il est difficile de se mettre en avant, de se vendre auprès d'un recruteur. Il est compliqué d'expliquer une vie pleine de rebondissements, pas forcément linéaire. Des choix, ceux que nous avons décidé de suivre lorsque nous avions 20 ans et qui aujourd'hui s'avèreraient très différents. Nous avons payé pour nos mauvaises décisions, de l'ennui, du chômage, que sais-je...

Nous avons également connu nos heures de gloire, reconnus par nos pairs, élèves prometteurs, admirés de nos professeurs. Savez-vous ce que disait Oscar Wilde : " L'expérience est le nom que l'on donne à ses erreurs". Et bien oui, nous nous sommes tous trompés à un moment ou un autre, nous avons tous fait de mauvais choix, par vanité, gourmandise ou manque de chance. Assumons ! Bon sang, assumons, arrêtons de fuir et de cacher ce que nous sommes !

Je sais bien que vous êtes confrontés au conformisme. Recevant une dizaine de CV chaque jour depuis de nombreux mois, je reste néanmoins très optimiste et confiant. Vous ne trouvez pas que le linéaire est terriblement ennuyeux, que tout ce qui est prévisible est terriblement inintéressant ?
Moi si. Je ne rêve que de parcours atypiques, de baroudeurs, d'explorateurs, de pionniers dans l'incapacité de me montrer le cap qu'ils suivent. Le vrai, le véritable, l'essentiel, n'est pas dans votre CV, il est en vous, uniquement dans ce que vous êtes, ce que vous êtes devenus. Vive le risque, vive le différent, vive la richesse de nos expériences.

Quel est le slogan d'HEC : "Apprendre à Oser". Allons -y ! Apprenons tous ensemble car je peux vous assurer que vos profils, ceux-là même que vous rêvez plus communs, sauront trouver l'intérêt d'un recruteur.

L'après entretien 1...

Une lettre de motivation pour décrocher un entretien, c'est bien, mais une lettre de motivation pour décrocher un job, c'est mieux !
Tiens, qu'est-ce qu'il raconte celui-là..?

Ce que je vous propose de faire, c'est simplement de confirmer votre motivation à l'issue de l'entretien. Et si vous montriez au recruteur que vous êtes déterminé à obtenir l'emploi proposé, et si vous lui disiez combien vous souhaitez rejoindre l'entreprise concernée, combien vous vous sentez en adéquation avec le profil recherché. Au passage, vous glisserez l'ensemble des compétences qui vous caractérisent, en insistant bien sur celles qui semblent (vous le savez maintenant) déterminantes aux yeux du recruteur.

N'hésitez pas à envoyer un courrier relativement court, d'une page environ, montrez votre volonté à ne pas laisser échapper cet emploi, remerciez le recruteur de vous avoir reçu, d'avoir souhaité vous rencontrer, de vous avoir désigné comme répondant au profil recherché. Les candidats qui remercient à l'issue d'un entretien sont très peu nombreux alors saisissez une façon courtoise de vous démarquer.

Je vous recommande d'adresser ce courrier dans les 24 heures qui ont suivi l'entretien - pas plus tard - à la personne que vous avez rencontrée, un e-mail suffira. Je suis absolument convaincu que vous marquerez positivement l'esprit du recruteur. Alors, ne vous gênez pas !